Nicholas Carr à Québec : Google et l’ordinateur planétaire…

Intéressante conférence que celle à laquelle j’ai assisté ce matin, au Centre des congrès de Québec, lors du colloque international «Villes, régions et territoires innovants» organisé par le Cefrio et animé par Réal Jacob des HEC. Sur le podium, Nicholas Carr, l’auteur de livre «The Big Switch», un livre qui parle des intentions de Google de créer l’ordinateur planétaire, ce dernier s’alimentant de «l’Info Cloud» généré par des mégacentres de serveurs de données, les «Information Factories» décrites par Georges Gilder dans la revue Wired.

Dans sa présentation de ce matin, Carr a présenté une nouvelle photo du mégacentre de The Dalles en Orégon. La qualité de ma photo de la photo sur l’écran est moyenne mais je la remplace dès que j’accède à la présentation .ppt de la conférence. Les deux compères (Carr et Gilder) se connaissent bien car ils écrivent tous deux pour Wired à propos des nouvelles technologies et ont comme sujet de prédilection : Google.

J’avoue que je partage entièrement leurs propos, surtout après avoir entendu Nicholas, parler ce matin de l’origine de sa fascination pour les velléités hégémonistes de Google. Le principe de base de son bouquin est le suivant. Il fait une analogie entre l’électricité et l’informatique. Aux débuts de l’électrification, la propriété de cette source d’énergie était privée. Elle a graduellement glissé vers des grandes entreprises privées ou sociétés publiques, que les américains nomment les «Utilities». Ici, c’est Hydro-Québec.

Ce sont ces grandes entités qui fournissent maintenant à tous, la source d’énergie essentielle à notre confort et notre développement. Vous le voyez venir ? Même chose pour l’informatique. Elle résidait sur nos postes de travail (client-serveur). Le «Big Switch» c’est la glissade graduelle vers les services Web qui nous sont distribués et pour lesquels nous payons mensuellement. Les ordinateurs personnels sont en train de devenir des terminaux branchés sur des mégas-centres de serveurs de données et/ou applications. De là, la possibilité du «One Laptop Per Child» ou encore du Air mais on va bientôt faire encore plus petit et portable…

Pour l’instant, plusieurs joueurs se font la lutte pour le contrôle de l’information mondiale et donc, de vos données. Un thème que j’ai souvent abordé dont ICI et qui devient de plus en plus sensible : l’identité numérique, le «Digital Divide», la portabilité des données, la sécurité des données, la neutralité du Net, la Charte des droits des utilisateurs, les ePortfolios et les «LifeLogs». Tous des sujets d’actualité et qui découlent de cette lutte que se livrent actuellement Google, Microsoft et aussi Amazon et qui font la manchette.

Ce qui fait moins la manchette, c’est comment ces géants pourront trouver la bande passante nécessaire pour être capables d’alimenter leurs clients. J’ai déjà écrit sur Internet2 , son existence et ses capacités. On sait que Google s’est positionné pour être en mesure de l’intégrer le plus rapidement possible. Pour l’instant, comme du temps d’ARPANET, il est réservé aux militaires, aux universitaires et scientifiques. Le Times of India vient lui aussi d’y faire écho. Et que dire des récents évènements entourant la lutte entre Google et Microsoft pour le contrôle de Yahoo. Encore là, ce n’est pas joué pour Microsoft.

[youtube IfbOyw3CT6A]

Nous vivons des moments déterminants que certains, comme Ray Kurzweil, nomment «The Singularity», un temps dans l’histoire où tout va basculer et faire prendre à l’humanité et la planète une nouvelle direction. Et il y a, comme toujours, les optimistes comme Kurzweil qui s’y préparent comme pour la venue d’extra-terrestres et les autres qui croient que «la Matrice» nous attend derrière cette singularité de l’histoire. Une belle journée à Québec non ?

1 commentaire sur “Nicholas Carr à Québec : Google et l’ordinateur planétaire…”

  1. émergenceweb : blogue » Le SaaS comme cheval de Troie ? Faut toujours lire ses classiques… dit:

    [...] évocateur s’il en est un… En fait, j’ai déjà écrit sur lui et son livre ICI quand il est venu donner une conférence à Québec en avril 2008, invité alors par le Cefrio. Le [...]

Laisser un commentaire