Entreprise 2.0: une impression de déjà vu, tout dépendant du point de vue!

Est-ce que je serais poursuivi par la malchance ? Bonne question et qui se pose plus cruellement en ce début officiel de conférence à Enterprise 2.0 à Boston (hier, c’était l’apéro avec les ateliers). Dans un récent billet, j’ai parlé de mes déboires avec le moteur de recherche de Twitter. Là, c’est encore la techno qui fait défaut… Ce matin, mon transformateur de courant, qui alimente mon Notebook Aspire a littéralement grillé. J’ai cherché en vain quelqu’un avec le même modèle mais sans succès.

J’écris donc ces lignes de mon ordinateur que je gardais en soutien (heureusement). En plus presque toute la matinée, nous avons souffert d’un manque de connectivité, ce qui fait que je n’ai pu twitter les présentations en direct comme prévu. Le seul moyen d’avoir du Wifi de qualité était de m’installer dans le hall. C’est de cet endroit que je fais ce premier billet.

Premier d’une série sur la « grande messe » de l’entreprise qui se veut 2.0. Elle se veut tellement en train de suivre les grands courants sociaux que près de 1 500 personnes s’entassent dans des salles de conférences trop petites pour cette foule. En début d’après-midi, Oliver Marks et Richard Collin, tous deux conférenciers et figures bien connues se sont vus refuser l’accès à une des salles. J’ai pris cette photo d’Oliver en train de regarder la conférence en vidéo sur le canal vidéo Ustream de la conférence.

Nuages et étude de cas

Traditionnellement, la conférence Enterprise 2.0 commence le lundi par une série d’ateliers et comme pour l’an dernier, Dion Hinchcliffe y était avec son « Implementing Enterprise 2.0…». Je dis comme pour l’an dernier car il semble que la conférence soit un peu une copie de celle de 2008, à la différence qu’il y a plus de personnes qui assistent et qu’un phénomène émergent (j’aime bien ce mot) prend beaucoup plus de place cette année : Twitter!

Donc, journée traditionnelle hier avec les ateliers et en début de soirée avec l’évènement « Evening in the Cloud » sur le Cloud Computing. Même genre de panel que l’an dernier avec d’un côté les vendeurs de solution qui ont huit minutes pour convaincre les clients (de l’autre côté) des mérites de virtualiser leurs données dans le «nuage» Internet. Le panel de l’an dernier était plus vivant. Cette année, étaient présents IBM, Google et EMC.

Notre hôte Steve Wylie à la soirée Evening in the Cloud

Ce qui a été plus original est la formule du « après ». L’an dernier, un simple cocktail de réseautage. Cette fois-ci, une séance semblable mais agrémentée de « speed dating in the Cloud ». J’ai vécu une expérience semblable l’an dernier dans une conférence de l’Institut Canadien. Ainsi, quatre compagnies ont entre dix et 15 minutes pour présenter leur offre ou produit. Après ce délai, sonne une cloche ou autre «gugus» sonore et les gens passent au suivant. Hier soir, nous avions chacun un jeton symbolique d’un million de $. Il fallait donner ce jeton à une des quatre compagnies, celle qui nous avait convaincu qu’elle était la meilleure pour héberger nos données. Et devinez qui a gagné ? IBM…

Ce matin, salle pleine pour une matinée de présentations spéciales ou « keynotes ». La première a beaucoup intéressé le public mais très peu pour moi. Jashua Franklin-Hodge est venu parler du site Web 2.0 de la campagne de Barrack Obama. Je retiens les 14,5 millions d’heures de diffusion sur YouTube par la communauté ce qui équivaudrait à des dépenses de pub d’au moins 50 millions $US. Communautaire mais aussi Web 2.0 marketing comme présentation. La suivante a mis en scène le journaliste/prof et auteur Matthew Fraser.

Ce dernier vient d’écrire un bouquin, préfacé par nul autre que Jimmy Wales, de Wikipedia et intitulé « Throwing Sheep in the Boardroom ». Présentation décevante, faite de lieux communs. Du contenu et évidences faits pour un public de néophytes mais certainement pas pour le public de Enterprise 2.0. À un certain moment, il a fait à l’inverse de ce que je fais en conférence et a demandé à tous ceux  qui n’étaient pas sur Facebook et sur LinkedIn de lever la main. Personne… Je retiens seulement le passage où il a parlé de la difficulté d’adoption du Web 2.0 par les entreprises en ces termes: « You cannot transform Power dependant hierarchies into hippie communes » ou encore que nous sommes en train de vivre, avec le Web 2,0 une révolution sociale et politique. Reste l’organisationnelle…

Oliver, Stowe et Richard Collin

Là où c’est devenu intéressant, c’est quand Oliver Marks et Stowe Boyd sont venus présenter les résultats du concours Open Enterprise 2009. En compétition,  quatre entreprises dont trois technologiques. Sun, Intel, Cicso et Booz Allen. J’ai demandé à Stowe pourquoi IBM n’était pas parmi les finalistes. « Tout simplement parce qu’ils n’ont pas participé » a été sa réponse…Bref, la gagnante a été Booz Allen avec leur projet de réseau professionnel nommé « Hello ».

L’interface de « Hello »

J’écris sur cette étude de cas, de un parce que c’est une étude de cas mais aussi parce que cette entreprise a intégré le Web 2.0 de façon modulaire avec de multiples solutions. Une pour le blogue, une autre pour le wiki, une autre pour le réseau social, etc. Vous me voyez venir?  Dans mon prochain billet ou le suivant, c’est promis je vous reparle de de la monoculture propriétaire nord-américaine en matière informatique, qui alourdit et quelquefois immobilise les entreprises.

2 commentaires sur “Entreprise 2.0: une impression de déjà vu, tout dépendant du point de vue!”

  1. Vincent dit:

    Un peu désenchanté le Claude non ? Je ne sais pas si c’est une si mauvaise idée de monter une entreprise 2.0 du point de vue logiciel en brique…On attend ton article

  2. Josée dit:

    Les organisations sont-elles prêtes pour le changement ? Tant que l’environnement organisationnel et les pratiques internes demeurent les mêmes (hiérarchie, centralisation des décisions et des communications, rentabilité à tout prix) il y a peu de chances pour qu’une application, aussi géniale soit-elle, produise les résultats attendus.

Laisser un commentaire