Cloud Computing Communication interactive Événements Réalité virtuelle

Rencontres de femmes digitales et soirée au Château Giscours…

5 juin 2008

Je reviens aujourd’hui sur deux rencontres faites lors de mon récent marathon bordelais. Il s’agit de rencontres, comme le dit l’une d’entre elles de «femmes digitales», la première étant, bien entendu, Isabelle Juppé. Au-delà des et de nos blogues et de l’intégration du Web 2.0 en entreprise, notre discussion a porté sur deux sujets qui me passionnent : L’intégration des jeux vidéo dans le cursus scolaire et les entrepôts de données…

Lors de notre rencontre-débat à la librairie Mollat, à Bordeaux, j’avais à peine effleuré le sujet du «Digital Game Base Learning» beaucoup plus important, à mon avis, que la simple utilisation des jeux vidéos par les jeunes et de ce que peuvent faire les parents face à ce phénomène en constante croissance… Au restaurant chez Jean, par la suite, j’ai eu l’occasion d’élaborer sur le sujet et celui des entrepôts de données avec Isabelle mais aussi plusieurs autres femmes digitales-blogueuses.

Depuis ma rencontre avec Marc Prensky à New York, je suis profondément convaincu que les jeux tels que World of Warcraft et tous les «Serious games» à venir sont une partie de la solution au décrochage scolaire chez les garçons et aussi une possible réponse au Québec au fort taux de suicide chez ces derniers.

En fait, l’école, comme les entreprises sont en fracture face à la société numérique qui ne cesse de croître et qui, comme une lame de fond, est en train de tout balayer sur son passage. Surtout la relation de hiérarchie et de pouvoir verticaux qui sont à la base même de notre société occidentale et le ciment de ses institutions.

Cette fracture numérique nous mène tout droit à ce que Ray Kurzweil et d’autres, même chez Microsoft, appellent la singularité technologique, la théorie où l’homme et la machine finissent par se rejoindre… Le cerveau humain, selon Kurzweil, sera entièrement «cartographié» d’ici 2020, ce qui permettra, selon lui, l’apparition des cyborgs et des robots humanoïdes mais aussi d’intégrer au cerveau des connexions synaptiques lui permettant de passer de l’univers réel au virtuel et inversément… D’où l’importance, entre autres, du «Digital Game Base Learning». De la science-fiction, tout cela ? Écoutez plutôt la conférence qu’il a donnée à TED l’an dernier.

[youtube IfbOyw3CT6A&hl]

D’un autre côté, Google travaille sans relâche sur son projet d’ordinateur planétaire. Le but non-avoué : Créer une mémoire unique de l’Humanité, une sorte d’Encyclopedia Galactica, imaginée par Isaac Asimov dans sa série Fondation. Pour que cette mémoire prenne forme, Google, Amazon et Microsoft sont en train de parsemer la planète de méga-centres de serveurs, pour l’entreposage de données.

Et c’est là mon second sujet favori : Les usines d’information ou «Information Factories» telles que définies par Wired. Et justement, ce fut mon second sujet d’entretien avec Isabelle Juppé car dans son livre «La Femme digitale», elle consacre plusieurs paragraphes à la nouvelle bibliothèque d’Alexandrie et à son système de stockage des données basé sur la «petabox», une invention de Brewster Khale d’Internet Archive de San Francisco et capable d’engranger 1,5 petabyte de données, ce qui a permis à la bibliothèque égyptienne de numériser et d’archiver 50 milliards de pages Web.

Impressionnant mais bien peu de choses, désolé, quand comparé aux usines de Google, comme celle de The Dalles en Orégon, qui emmagasinent déjà plusieurs centaines de petabytes de données et qui grossissent quotidiennement de plusieurs térabytes de Gmails, de pages MySpace ou Orkut, de cartes et données Gmaps, de vidéos YouTube, de blogues personnels et autres services Web maintenant offerts aux entreprises.

Imaginez la somme de données qui sera bientôt entreposée dans ces usines de serveurs construites souvent dans d’anciennes alumineries alimentées en énergie par des barrages ou centrales capables de produire plusieurs gigawatts d’électricité. Et toute cette capacité maintenant accessible à tous, vous et moi et pas seulement qu’une bibliothèque (le principe de la Longue Traîne et du Web 2.0) pour un milliardième de cent par byte d’entreposage et quelques 10 sous seulement par gigabit/seconde de bande passante !

C’est donc sur ce sujet que s’est terminée notre rencontre qui risque d’être renouvelée en juillet car Isabelle et son mari, Alain Juppé, maire de Bordeaux, seront au Québec pour les célébrations du 400e anniversaire de la ville de Québec.

Lors de cette soirée fin de marathon, au restaurant Chez Jean, j’ai aussi rencontré deux autres femmes formidables. Décidément, les femmes digitales sont de plus en plus présentes dans mon cercle réel et virtuel d’ami(e)s… Il s’agit d’Isabelle Brezzo (tiens une autre…) et de Florence Gauté. Toutes deux sont à les têtes dirigeantes de l’Association PRIMA, une OBSL qui a pour mission de «faire oublier les souffrances de la maladie et de l’hospitalisation chez les enfants en rompant l’isolement, le temps d’une connexion» et travaille au développement de projets plurimédias pour ces enfants.

Dans l’ordre habituel : Isabelle Brezzo, Didier Honno et Florence Gauté, tous trois de PRIMA

Le temps d’une première rencontre et une autre est fixée pour la veille de mon départ. Je vous reparle donc de leur Soirée de Gala qui aura lieu le 4 juillet prochain. J’aurais bien voulu y assister, surtout que le gala aura lieu au Château Giscours, un des grands crus du Médoc…

Vous pourriez également aimer

3 Commentaires

  • Répondre Mario Asselin 5 juin 2008 - 15 h 28 min

    Claude…

    J’ai suivi ton parcours avec beaucoup d’intérêt et je dois dire que tes billets étaient riches. Merci beaucoup de tout ce que tu nous as rapporté.

    J’attire ton attention (et celle de tes lecteurs) sur un événement qui aura lieu en France, fin août, qui touche au domaine du «serious gaming», http://www.ludovia.org . Voilà un rendez-vous rassembleur qui me permettra peut-être de repasser par Bordeaux au retour, histoire de vérifier si tout ce que tu as dit sur l’hospitalité bordelaise est bien vrai 😉

    Beau travail!

    Tu peux dire mission accomplie…

  • Répondre yannleroux 7 juin 2008 - 15 h 53 min

    Bonjour Claude
    Eh bien, quel marathon ! Dommage que je n’ai pas pu suivre la caravane de digiborigènes a travers tout Bordeaux !
    La question du croisement des apprentissage et des mondes numériques n’intéresse particulièrement. Je la prend d’une façon différente de celle de Marc Prensky. Il me semble en effet que le principal défaut des serious games est qu’il ont pour fonction d’apprendre quelque chose. Pour des visées de formation, c’est formidable. Mais pour des enfants qui sont en grande difficulté scolaire c’est d’abord le plaisir de jouer qu’il faut les aider à restaurer. Aussi, je pense qu’il vaut mieux partir de *leurs* jeux et travailler avec ce qu’ils proposent

    Je suis d’accord avec toi sur les promesses des mondes numériques. Elles sont grandes, et exaltantes. On sent qu’il y a là toute une poussée pour penser avec et dans ces mondes. Ils sont également pleins de chausses trappes, entre la main mise du commerce sur nos données personnelles jusqu’a la mise en place de dispositifs panoptique.

    Aussi, me semble t il urgent de pousser les parents a rejoindre leurs enfants. A les rejoindre tout court, tant les enfants apparaissent de plus en plus souvent comme des ennemis à mater et a dresser alors qu’ils ne demandent qu’a être éduqués. A les rejoindre ensuite dans ces mondes numériques avant qu’une génération entière ne désespère totalement du monde des adultes.

    Il y a du boulot !

    Malheureusement, sur le sujet, je dois avouer que des psychologues n’ont pas beaucoup aidé. K. Young aux USA et M. Stora en France ont avancé le spectre d’une addiction aux jeux vidéos, aux chats, à MSN. C’est donner une explication simple a des phénomènes complexes : si la chère tête blonde travaille mal à l’école, c’est à cause des jeux vidéos.

    C’est aussi diaboliser ce qui apparait de plus en plus comme une tentative de donner une solution collective, avec des outils créés ad-hoc, a des problèmes qui minent la société

    Certes c’est “dans les nuages”. Certes, ce sont des liens faible.

    Mais c’est précieux. Et fragile

    @Mario Asselin, on se verra à Ludovia 🙂

  • Répondre ibrezzo 10 juin 2008 - 17 h 51 min

    Coucou Claude!
    Grace à toi (et à philippe) j ai reçu beaucoup des cousins d amérique du nord! Même une photo sur la toile…
    J ai encore du mal à croire que certains puissent penser qu’un écran d ordinateur puisse isoler du monde; mais il y a toujours des gens qui ne verront que le verre à moitié vide pendant que d autres essaieront de le remplir… et tant qu à faire avec du bon vin!
    Notre rencontre fut un (trop bref) moment de partage et un bel exemple du passage du virtuel ou réel.
    Ma maison, ma fille, mon chat, moi, mes amis virtuels et en vrais se languissent déjà de votre prochaine visite à Bordeaux. Si je trouve les sous (sic!) j irais meme jusqu à offrir à l asso une super mini caméra pour réaliser un joli podcast de la soirée de gala du 4 juillet à Chateau Giscours (je mets une bouteille de coté, chut…)
    Bisou d une brunette bordelaise
    Isabelle Brezzo

  • Laissez un commentaire