Communication interactive Entreprise 2.0 Événements NTIC

Vous voulez participer à webcom gratuitement ? Alors, à vos claviers…

14 août 2008

Juste un court billet aujourd’hui pour terminer celui d’hier sur webcom-Montréal. Ainsi, en donnant accès gratuitement aux présentations spéciales (keynotes) du matin, en poursuivant avec le concept de webcamp gratuit pour tous, en renouvelant l’expérience Yahoo-Live, en offrant gratuitement sur le site toutes les conférences en captation vidéo dans les jours qui suivent, les organisateurs font un véritable effort pour rendre la conférence accessible à tous et toutes. Ils ont franchi un pas de plus aujourd’hui en offrant à dix d’entre nous blogueurs, 20 billets à distribuer à nos fidèles lecteurs.

L’annonce du Yahoo-Live faite au webcom de mai dernier Nous avons donc deux billets chaque à distribuer, des billets d’une valeur de près de 500$ et qui donnent accès à TOUTES les conférences, le repas, le cocktail, etc. Ce que vous avez à faire pour en avoir un ? Pas compliqué… Vous n’avez qu’à répondre en commentaire à ce billet à la question suivante : «Dites-moi en quelques paragraphes quel serait, pour vous, la parfaite conférence webcom ?». Les deux meilleurs commentaires seront déterminés avec les organisateurs d’ici la fin septembre, ce qui vous donne plus d’un mois pour participer.Je publierai les noms des gagnant(e)s ainsi que leurs commentaires début octobre et transmettrai les noms aux organisateurs pour qu’ils les inscrivent à la conférence. Alors, à vos claviers… Partez !

Vous pourriez également aimer

6 Commentaires

  • Répondre StelladelaRhune 16 août 2008 - 14 h 25 min

    si tu pouvais expliquer le concept de l’accessibilite pour tous
    a loiiiiiiiiiic
    pour le web 08 de decmebre a paris

    heu ce serait bien!!!!!

  • Répondre mathieubernatchez 18 août 2008 - 16 h 44 min

    Hello Claude!

    Bon, comme il n’y a qu’un commentaire, je me lance (si personne d’autre ne répond, je suis sûr de gagner mon billet gratuit, yé!)

    J’ai toujours eu beaucoup de difficulté avec l’importance (à mon avis démesurée) que l’on accorde aux médias sociaux et machins 2.0 dans les conférences en affaires Internet, Webcom n’échappe pas à cette critique, même si j’ai adoré la dernière édition.

    Pour moi, donc, le “Webcom de mes rêves” serait axé sur des stratégies concrètes qui ont fait leurs preuves et accorderait moins de place aux trucs collaboratifs.

    Ça fait des années que des entreprises investissent dans l’ergonomie, le référencement, la mesure, les newsletters, etc. C’est trop “traditionnel” pour certains, mais ça marche, on sait comment faire, il y a des recettes éprouvées par de nombreux exemples et plein de gens auraient des tas de trucs vraiment pertinents à dire sur le sujet. Même si c’est moins glamour qu’un truc 2.0, ça marche, c’est payant, on sait comment faire.

    Le problème avec les trucs collaboratifs, wikis, bloques et autres mashups d’agrégateurs de fils RSS en podcast, c’est qu’on se base habituellement sur quelques exemples très typés pour généraliser et dire aux gens que ça s’applique en général.

    Prenons les blogues d’affaires, par exemple. Ça fait au moins deux ans qu’on en parle à temps plein, même dans les médias généralistes. Pourtant, combien d’entreprises réussissent quelque chose de mesurable avec leur blogue d’affaires? 4 ou 5 au Québec? Si on s’intéresse aux blogues d’affaires, on réalise bien vite qu’à part des consultants indépendants qui travaillent en marketing Internet, il n’y a vraiment, vraiment pas grand chose. Ces consultants prétendent que le blogue fonctionne bien pour eux, qu’il amène de nouveaux clients… Mais les consultants en affaires Internet sont tellement en demande ces temps-ci que, selon moi, ces gens seraient occupés à temps plein de toute façon, blogue ou pas. Par ailleurs, le public qu’ils visent est très techno et ne peut se passer de leur Google Reader, pas vraiment des gens représentatifs de la population en général…

    Combien de temps passe l’internaute moyen à interagir à propos de marques et entreprises dans une journée typique? Même dans Facebook, à part avec la pub (très traditionnelle), quelle entreprise a réellement réussi à créer un “buzz”? Combien de vos décisions d’achat ou perceptions d’une marque ont été influencées par les médias sociaux? Combien investissent dans des trucs collaboratifs qui restent déserts, publicité vidéo virale dont on entendra jamais parler… On expérimente dans des trucs “cool” alors que les sites d’entreprises sont faciles à améliorer avec des stratégies simples qui ont fait leurs preuves. Commençons au moins par régler les trucs faciles…!

    C’est ce que j’aimerais qu’on me dise dans le prochain Webcom! Et surtout comment faire 😉

    Sur ce, c’est toujours un plaisir de te lire 😉 Et bon succès avec Webcom!

    Mathieu

  • Répondre jfpoulin 20 août 2008 - 15 h 20 min

    Bon voici mon billet juste pour ne pas laisser la satisfaction a Mathieu de gagner par dépit les billets pour Webcom.

    Je crois en effet moi aussi que l’on donne un peu trop la nomination de web 2.0 a trop de chose en ce moment sans trop comprendre le concept de web 2.0. On sait qu’on doit le mettre dans les demandes de subventions pour que ce soit a la mode, dans les descriptions d’offre d’emplois et dans le nom des conférences mais ne devrait-il pas y avoir une désignation plus large pour ce que devrais être le web en ce moment?

    Si je prends par exemple ne serait-ce que dans les offres d’emplois on mentionne que la personne devra avoir des notion de web 2.0 alors qu’il serait beaucoup plus pertinent de mentionner que le candidat devrait être versé dans les notions d’utilisabilité, d’ergonomie , d’accessibilité du W3C etc. Il me semble que la notion de Web 2.0 comme “buzzword” a occulté d’autres aspect de la création interactive.

    La notion de base du web 2.0 provient de la contribution de l’utilisateur a enrichir les sites qu’ils visitent, c’est cette même interaction bi-directionnelles qui fascinent tout les investisseurs car elle permettrait en théorie dans la meilleur mode de wikipedia a un site de se remplir en contenus a un coût presque nul puisque c’est la masse des utilisateurs qui la fournie… Oh jouissance pour l’investisseur ou pour la l’organisme qui a donnée les fonds si c’est le cas. Combien de site en construction n’attendent que le client pour fournir les sacro-saints contenus…

    Bien souvent on ne peut créer se genre de dynamique réellement car elle a tendance a donnée une voix a l’utilisateur qui parfois ne se gène pas pour égratigner l’image de marque d’un produit. Modération ou pas modération. Mais évidement on s’entend pour admettre que le web 2.0 ne devrait souffrir de modération…. sacrilège.

    Comme le mentionne Mathieu le blogue d’affaire devrait être considéré comme une création du web 2.0. Mais en vérité il ne l’est réellement que si le blogueur ou l’entreprise permet de créer un dialogue en permettant les commentaires des visiteurs dans le blogue..(ce qui n’est que rarement le cas dans les blogues corporatif d’ailleurs non?)

    Bon je déblitère ce qui pourrait prendre un livre a expliquer évidemment mais j’en revient a la raison de mon petit mini-billet voici donc ma parfaite conférence:

    Pour moi donc le Webcom idéal adresserait les réel défis d’implantation du web 2.0 en entreprise et adresserait également la notion même de web 2.0? Ergonomie, accessibilité etc..

    Et d’ailleurs une conférence qui annonce le web 2.0 ne devrait-il pas avoir un site web plus web 2.0? Ou trouve-t-on en temps réel la liste des autres invités a la conférence? Il faut plus qu’un blogue et des annonces sur Facebook pour être web 2.0 a mon avis… 🙂

    JFPoulin

  • Répondre Muriel 21 août 2008 - 20 h 47 min

    Claude,
    Voilà mon rêve éveillé de Webcom :

    Idée 1
    Je rajouterai une conférence qui traite de la perception et de la réalité lié au web, tendance 2.0
    Sans rentrer dans le vif du sujet quelque chose de sociologique/psychologique.
    Ça permettrait aux néophytes de démystifier et perdre leurs appréhensions face à cette vague 2.0. si on pouvait rattacher cela à des comportements ou des faits vécus (relativiser).
    D’un autre côté, ça forcerait les experts et les stratèges à adapter leurs discours en le renforçant avec des propos plus terre à terre et une approche plus humaine (adaptation).
    Qui sait, on découvrirait peut-être une recette magique pour concilier tout le monde ?
    On finirait p-ê par comprendre pourquoi même dans cette industrie, qui se gargarise de stratégie, on est tributaire de la pensée stérile du “gagne petit”.
    (En référence à ta montée de lait)

    Idée 2
    Ensuite une étude de cas mais plutôt que d’avoir seulement les experts sur le podium, je prendrai des personnes dont le projet est encore en chantier (ex. : L’hôpital Douglas)et des experts.

    Les uns pourraient témoigner du chemin parcouru, les autres faire une critique constructive et un parallèle avec d’autres études de cas. Évidemment, on parle du marché local et pas forcément d’une start-up en web.
    Quand je te disais que je rêvais éveillée…

    Quoiqu’il en soit Claude, merci pour cette initiative et la peine que tu te donne à faire rayonner Webcom.

  • Répondre jfpoulin 4 septembre 2008 - 21 h 17 min

    Alors qui gagne les tickets?? 😉

  • Répondre claudemalaison 4 septembre 2008 - 21 h 22 min

    JF, t’as pas lu ou quoi ?

    «Je publierai les noms des gagnant(e)s ainsi que leurs commentaires début octobre et transmettrai les noms aux organisateurs pour qu’ils les inscrivent à la conférence. Alors, à vos claviers… Partez !»

  • Laissez un commentaire