Parcourir les Tags

Communication interne

Communication interactive Entreprise 2.0 Gestion des organisations Identité numérique

Entreprise 2.0: à quand une université qui forme des hybrides?

6 novembre 2009

Il y a un peu plus d’un an, j’ai écrit un billet sur le phénomène des hybrides. C’est quoi un hybride me demandez-vous en choeur? Simplement une personne qui de par sa formation ou son expérience de travail, peut cumuler aussi bien les expertises et les usages de la communication et de l’informatique. Cela vaut aussi bien pour les RH et les Ti ou encore toute autre combinaison.

Depuis ce premier billet, j’estime toujours que les entreprises et les universités doivent à tout prix s’entendre pour former ces hybrides, ce qui n’est pas le cas actuellement. Aujourd’hui, on forme toujours les jeunes comme les moins jeunes à des disciplines uniques, qui n’intègrent pas l’utilisation des nouvelles technologies dans leur travail de tous les jours et pourtant, le Web est maintenant un incontournable.

Les diplômés qui sortent de nos institutions de «haut savoir» sont encore, dans bien des cas, très peu en mesure d’assumer la direction d’une stratégie Web d’entreprise (entreprise 2.0). Pour cela, il faut comprendre les grands enjeux certes, mais aussi les technologies qui aideront à les réaliser. Les entreprises perdent actuellement temps et argent à reformer professionnellement leurs diplômés récemment engagés. L’équation est simple: perte de productivité + perte d’argent = perte de compétitivité.

C’est pour cela que je me suis investi dans l’organisation de conférences professionnelles, tout d’abord Intracom puis webcom-Montréal mais aussi dans la formation professionnelle à l’Université de Montréal afin de réaliser un vieux rêve que je partageais avec Jean Lanoix : créer une université d’hybrides ou à tout le moins, des programmes d’hybridation dans nos universités… Mon cours a évolué depuis ses débuts. J’avais tout d’abord repris le traditionnel “Pratiques de la communication interne”.

Pas surprenant, les étudiants s’y inscrivaient avec en pensant retrouver un cours traditionnel avec les grandes théories sur la communication et les vieilles pratiques. Je devais les déprogrammer et dans bien des cas, les plus réfractaires aux nouvelles idées et pratiques étaient les jeunes de la génération Y.

Mais le cours a pris cette année une appellation beaucoup plus appropriée soit : Communication interactive en entreprise et j’ai bien hâte de voir à la prochaine session, quelles seront les attentes. Ce cours est un premier pas, timide je l’avoue mais avec des collègues comme Serge Leclerc et Guy L’Italien et mon directeur de programme Patrice Leroux qui eux aussi s’y mettent, nous devrions être en mesure d’améliorer un tant soit peu et bien humblement, les usages de la communication en entreprise.

Mais avant que le rêve ne se réalise vraiment, il faudra attendre l’arrivée de la «NetGen» à l’université et ensuite dans les entreprises car ce sont eux les vrais hybrides naturels, ceux et celles qui trouveront tout naturel de se faire parler de stratégie de création et d’animation de communautés, de groupes collaboratifs en wikis et de communication corporative par les blogues et la WebTV.

Nouveau paradigme

Ce qui m’amène à bifurquer du sujet et de traiter de ma propre éducation.  J’aurais pu disserter sur ma formation universitaire ou mon expérience professionnelle en communication interne et en technologie, ce qui a fait de moi un de ces hybrides,  des conférences de 2005, les premières à parler de Web 2.0 et qui ont mené à ma spécialisation, mon créneau professionnel en Entreprise 2.0 mais je voudrais plutôt insister sur une autre formation/éducation. Celle de mon fils.

C’est lui qui m’a formé aux univers virtuels et aux jeux vidéos. Le «Serious gaming» c’est aussi son influence. C’est après l’avoir regardé collaborer sur WoW que j’ai fait le lien avec les difficultés des jeunes de la «NetGen» avec le système scolaire traditionnel et que j’ai ensuite pris contact avec Marc Prensky, le père des Digital Natives et grand apôtre du DGBL (Digital Game Based Learning) à l’école.

Nous assistons actuellement et devant nos yeux à l’émergence (j’aime ce mot) d’un nouveau paradigme: pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la transmission du savoir s’inverse. Ce sont maintenant les jeunes qui apprennent aux plus vieux. Vous demeurez sceptiques ? Alors, je vous montre le début d’un article paru dans l’ancienne version de  Le Devoir.com (ci-haut mais non-disponible gratuitement sur internet…dommage).

Ce qui ne veut pas dire que nous les vieux profs n’avons plus notre place, loin de là. Même les fameux Y ne sont pas des hybrides. Donc, avant que les trois générations qui travaillent actuellement en entreprise (Y, X, et BB) ne disparaissent dans les brumes de l’Histoire, il y a encore beaucoup de travail en formation universitaire mais aussi en formation en entreprise!

Mais il y a aussi tout un travail à faire dans les écoles primaires, secondaires et au Cégep avec les profs. Il faut leur enseigner à enseigner différemment et à utiliser les usages du Web 2.0 et surtout 3D. Actuellement ces derniers sont dépassés par leurs propres élèves dans bien des domaines. Normal qu’ils se sentent démotivés et aussi normal qu’ils démotivent leurs élèves, surtout les garçons, moins portés sur l’apprentissage linéaire et individuel mais beaucoup plus sur les apprentissages de groupe avec rétribution quasi immédiate.

Mais cela c’est une autre histoire… Le serious gaming et le DGBL à l’école, ce n’est pour demain. Les jeunes n’ont pas encore un ordinateur portable et un téléphone intelligent et on ne leur montre pas encore assez à bloguer leurs travaux ou encore à gérer leur identité numérique, alors…

Communication interactive Entreprise 2.0 Gestion des organisations Ideagoras Innovation wikis

Cinq raisons pour ne pas être une entreprise 2.0… (2/2)

7 octobre 2009

Je poursuis ma réflexion sur les objections et parfois les peurs qui sont exprimées envers l’adoption des outils et stratégies 2.0 par les entreprises québécoises. Remarquez qu’elles doivent être les mêmes en Europe comme aux USA.

Crainte du buzz négatif

Quand les gestionnaires/managers et professionnels de la communication parlent de la perte de contrôle du message, il se justifient souvent comme étant les chiens de garde de la communication professionnelle et les garde-fous contre les dérapages communicationnels. On les entend souvent dire que si l’opportunité leur est offerte, les employés vont se mettre à dire n’importe quoi, critiquer leurs supérieurs et leur entreprise, se « bitcher » (comme dit Michelle Blanc) entre eux et même aller jusqu’au harcèlement. De plus, ils imaginent le pire à l’externe: les secrets coulés, les dénonciations anonymes etc.

Rien de plus faux. Que ce soit dans un blogue un wiki ou un réseau professionnel, tous les employés sont identifiés par leur nom, donc on oublie l’anonymat. Deuxio, pensez-vous une seconde qu’un employé s’exposerait de lui-même à la critique de ses PAIRS en émettant un commentaire diffamatoire ou une remarque, disons sexiste? EH ! c’est sa crédibilité professionnelle qui est en jeu ici!

C’est un peu comme avoir l’air fou en se saoulant et en faisant l’imbécile au party de Noël devant tous les collègues et patrons. Et comme dans pareil cas, ce sont ces mêmes collègues qui viennent calmer le jeu en commentaire dans un blogue dans un réseau professionnel. Troisio, les communautés ou réseaux internes ont ou auront de plus en plus, comme je l’ai mentionné dans le billet précédent, des « règles d’engagement » ou code de déontologie communautaire, créé, mis en place et géré par un responsable des communautés internes avec l’aide et l’appui des employés eux-mêmes. C’est d’ailleurs ce qu’on fait les employés chez IBM à l’aide d’un wiki…

C’est aussi ce qu’ils affirment dans l’étude dont je parlais hier: selon la première édition d’un baromètre réalisé par Novamétrie et Digital Jobs sur les stratégies RH et les réseaux sociaux et France « Les collaborateurs sont donc favorables à un code de bonne conduite. Ils sont 86% à juger qu’il n’existe pas de charte d’utilisation des réseaux sociaux dans leur entreprise. « Il y a une sorte d’urgence dans ce domaine », constate Christophe Excoffier, de Novamétrie, en rappelant que les collaborateurs ont une vraie expertise des réseaux sociaux. « Ce sont eux les experts de ces outils ». Ça, c’est ce que l’on nomme de la responsabilisation. Le bon vieil empowerment…

Sceptiques? Prenez un exemple vieux comme la communication interne elle-même. Quel est l’événement interne le plus mobilisateurs et le plus responsabilisant jamais organisé par les communications internes? Je vous le donne en mille: les opérations portes-ouvertes.

Eh bien c’est le genre d’événement où on demande aux employés de participer et d’être le centre d’attraction dans leur milieu de travail. En fait, on « crowdsource » l’événement en leur demandant d’organiser des kiosques, de mettre en valeur leurs véhicules de travail, etc. Et ils ne se font pas prier et le font souvent bénévolement et sont plus que fiers d’inviter parents et amis afin de leur montrer leur expertise et leur savoir-faire.On ne fait rien d’autres dans un blogue ou une communauté professionnelle…

Pour en avoir organisé plusieurs, je peux vous dire que c’est mobilisateur en diable mais aussi un des moyens de développer un très fort sentiment d’appartenance et de fierté. De plus, les employés de sentent valorisés et reconnus. Ces événements restent gravés dans la mémoire collective pour des années. On les responsabilise et que font-ils? Des conneries? Que non… Plutôt tout le contraire et ils montrent de façon éclatante à tous que les employés SONT la marque de l’entreprise et une marque positive. C’est de 2.0 avant le chiffre…

Pas des outils professionnels

C’est le syndrome Facebook… Ce sont des médias ou réseaux sociaux donc des endroits où les employés vont perdre leur temps (ça c’est le prochain point). Ici tout est question de perception. Facebook et MySpace, les deux réseaux sociaux les plus populaires sont vus par les entreprises comme des endroits où on va socialiser, se tirer des moutons ou des vampires donc perdre du temps précieux.

Les dirigeants sont rarement au courant qu’il existe sur le Web des réseaux professionnels, tels que LinkedIn ou Viadeo et que c’est sur ces modèles que se bâtissent aussi bien aux USA qu’en Europe les premiers réseaux internes, les premières communautés professionnelles.

Ce que les dirigeants oublient aussi c’est que ces communautés/réseaux sont générateurs de vélocité à l’interne car ils permettent, par la génération de profils professionnels basés sur l’expertise, de répondre plus rapidement à la clientèle, de former plus rapidement des équipes de travail et de projet mais aussi de générer de l’innovation, comme je l’ai mentionné dans le dernier billet dans le cas des idéagoras. Ces dernières sont aussi des communautés professionnelles où les employés ne vont pas perdre leur temps mais bien fournir à l’entreprise les idées qui risquent de la faire gagner sur ses concurrents.

Chronophage

Perdre du temps… La hantise des gestionnaires/managers. Et ils se donnent souvent en exemple… Je n’ai pas le temps de bloguer, je suis déjà débordé. Où trouverais-je le temps? Poser la question est un peu lui répondre… C’est une question d’organisation du travail, de gestion du temps… Mais aussi la création de nouveaux usages et de nouveaux emplois basés justement sur les usages.

Chez IBM, où tout employé peut avoir son blogue, un wiki, et faire des podcasts, on compte plus de 16 000 blogues actifs avec 70 000 auteurs et plus de 26 000 wikis avec près de 60 000 contributeurs. IBM a une plate-forme de réseautage professionnel qui liste 600 000 profils d’employés et 1 200 000 recherches sur ces derniers. Le réseau a généré 1 800 communautés qui comptent 147 000 membres. Et tout ce beau monde serait en train de papoter, de se lancer des moutons? IBM avec pareilles pertes de temps serait au bord de la faillite!!! Pourtant, il n’en est rien…

C’est que chez Big Blue, les dirigeants ont décidé d’intégrer nouveaux outils aux pratique et usages, modifiant ainsi la structure même du travail et la nature de la communication. IBM personnifie par ses nouveaux usages l’entreprise 2.0. La communication est devenue conversation et le travail est devenu collaboration.

Chronophage? En faisant ce billet, est-ce que je perds mon temps et est-ce que je bouffe du temps sur mes autres activités? À cela je réponds par la négative. Et vous?

Communication interactive Entreprise 2.0 Événements Ideagoras Intranet

#ParisLille 2- Il manque toujours un je-ne-sais-quoi…

10 juin 2009

Il faut donc, en ce second billet post-mortem, que je vous parle de mes ami(e)s de chez Bouygues Télécom. Mais pas seulement d’eux. Aussi du groupe concurrent dans les télécoms, soit SFR car ces derniers ont profité d’une fusion pour réviser toute la communication interne de la stratégie aux outils en passant par les messages. Une part importante a été faite à la refonte de l’intranet. SFR est ainsi passée à l’intranet 2,0 avec «My SFR». (Je vous le répète, les Français aiment les termes anglais).

Par contre, je ne parlerai pas de la Caisse d’épargne et de l’excellente prestation des ami(e)s Cécile Baudel et Éric Blot. J’attends plutôt que leur expérience soit terminée avant de vous en parler dans un billet distinct. Alors, c’est quoi ce nouvel intranet à saveur 2.0 chez SFR ?

En fait, il est très simple et structuré autour de trois outils. Le premier est un blogue centré autour de l’information sur l’actualité de SFR et de son environnement. Les employés peuvent commenter l’actualité de l’entreprise, réagir sur des dépêches Reuters mises en ligne. Ils peuvent également poster des articles avec des photos, des vidéos, des liens sur des thèmes choisis : SFR et son marché, les innovations et tendances, l’entreprise responsable, l’actualité RH, offres, produits et évènements.

Le deuxième outil est une boite à idées 2.0, intitulée «Vos idées». Il s’agit de dépasser la boite à idées classique. Les RH proposent des thématiques. Par exemple, pour la semaine du développement durable, ils ont demandé : « Quelles sont les idées que vous auriez que nous n’avons pas eues ? » Un peu vague comme question. C’est peut-être la raison pourquoi Jean-Marie Vinas, responsable de la communication interne, a parlé de résultats mitigés pour cette agora d’idées

Enfin, le troisième outil est inspiré des réseaux sociaux. Il propose un espace communautaire, baptisé «Vous» dans lequel chaque employé peut bâtir son profil (expérience professionnelle, formation, centres d’intérêt…) de façon libre. Ce profil est public et doit permettre aux employés de se retrouver autour d’un intérêt commun en termes de travaux transversaux. Dans cette partie du site, conçue avec l’éditeur de gestion du recrutement Jobpartners, il est également possible de détailler son projet professionnel et de le rendre visible uniquement par les responsables des ressources humaines. Un employé peut alors exprimer ses souhaits d’évolution professionnelle, tout au long de l’année, sans attendre les entretiens annuels.

Et parce qu’un bon outil n’a d’intérêt que s’il est utilisé, SFR n’a pas lésiné sur les moyens pour faire connaitre auprès de ses employés leur nouvel intranet. Ainsi, les trois directions qui ont fait partie du pilotage du projet (ressources humaines, communication et informatique) mentionnent systématiquement l’existence du nouvel intranet 2.0 dans toutes leurs actions de communication interne.

Sauf que lors de sa présentation à la conférence parisienne, Jean-Marie Vinas s’est borné à présenter du texte et aucune capture d’écran des outils. Un peu endormant… C’est en faisant quelques recherches que j’ai fini par trouver l’image publiée ci-haut. Je ne sais pas pour vous mais en terme de graphisme, on a déjà vu mieux…

Enfin, Bouygues Télécom…

Pour en revenir à nos amis de chez Bouygues Télécom, je ne les avais pas revus depuis 2005, lors d’Intracom Paris. Déjà, il y a quatre ans, leur intranet avait les fameux 12 mois d’avance sur ceux du Québec. En fin de conférence, donc, je suis assis à la même table ronde que Sarah Alezrah ainsi que l’ami Richard Collin, prof à l’école de management de Grenoble et aussi spécialiste de l’entreprise 2.0 et le tout, animé par Thierry Do Espirito.  Vous dire que je n’ai pas été surpris par les interventions de Sarah et surtout quand elle a présenté leur plate-forme vidéo interne «Wooby Motion» en référence à la concurrente française de YouTube, Dailymotion

En terminant sur la rencontre annuelle des responsables communication interne, je remarque que même si les entreprises françaises ont pris de l’avance dans l’intégration des stratégies et outils du Web 2.0, il manque toujours un je-ne-sais-quoi, un formalisme hiérarchique qui inhibe les vrais usages 2.0. Lors de la table ronde, j’ai insisté sur la nécessité pour les communicateurs de se remettre en question et de faire évoluer leur pratique en communication interne. Pourtant, il y a toujours cette résistance à laisser l’initiative aux employés dans la communication.

Une intervention en particulier de Michel Abitteboul, m’a fait penser à Andrew Keen et ses remarques vitrioliques dans son bouquin sur le Culte de l’amateur... Aux RH comme en communication, reste encore un noyau dur qui résiste et dont les membres s’estiment toujours les seuls «professionnels» en mesure de maitriser les messages en entreprise et aussi les seuls à bien conseiller la direction  dans leur communication verticale. La hiérarchie, surtout en France, se porte plutôt bien, hélas…

Prochain billet : direction Lille…

Communication interactive Entreprise 2.0 Événements

Conférences Paris-Lille : notre emploi du temps…

1 juin 2009

Je vais quitter Montréal ce soir. Direction ? La France…Trois interventions dans deux conférences différentes à Paris et à Lille, un panel à la télé et des rencontres au Yulbiz Lille/Blog en nord et à la Cantine à Paris. Et ce, en plus des rencontres informelles, dont le passage obligé à Harry’s pour y rencontrer, entre autres, Bertrand Duperrin et j’espère plusieurs autres connaissances.

À la conférence de Lille, je ne serai pas seul car m’accompagneront Michelle Blanc et Philippe Martin. Nous y ferons des prestations devant les représentants de la grande distribution française, dont Auchan, Castorama, La Redoute, etc. Notre hôte sur place est nul autre que Jérôme Moles, associé du Groupe Awak’iT.

Voici, notre horaire officiel :

-Claude départ de Montréal le 01/06 vers 20h30 arrivée à Paris le 02/06 vers 9h30

– Claude, journée libre à Paris le 02/06
En fait, la journée n’a rien de libre car j’en profiterai pour rencontrer plusieurs personnes et travailler sur de potentiels partenariats.

– Claude, 02/06, «meet-up» en fin de journée au Harry’s Bar avec plusieurs personnalités du Web et Entreprise 2.0

– Claude le 03/06 Conférence à la rencontre annuelle des professionnels de la communication interne, organisée par Infopromotions. Titre de la conférence :«Face à la crise, des outils intranet concrets pour communiquer et innover dans l’entreprise». Ceux et celles qui ont assisté à webcom, y reconnaitront une partie du titre de ma conférence du 13 mai. Mais c’est tout du webcom. Le contenu est presque totalement nouveau. Tout de même, je voulais vous présenter ma prestation à webcom, l’insérer (embedder) dans ce billet. Peine perdue…

Pour la voir, vous devrez aller sur le site de Canoe à CET ENDROIT. Ces dernier refusent habituellement de donner le code pour insérer les vidéos dans les blogues ou ailleurs. D’ailleurs voici l’explication fournie par les maîtres de la convergence : « Nous ne proposons pas aux usagers de Canoe TV que les vidéos soient embédées car nous ne sommes pas en mesure de laisser le contenu de nos partenaires se faire embeder sur des sites tiers sans rémunération (=pub). Nous acceptons de le faire dans votre cas et à votre demande mais ne pourrons forunir le code embed par défaut pour tout contenu de la librairie Canoe TV et ne pouvons non plus le spécifier uniquement pour votre playlist.»

Et c’est signé Guillaume Lalu, Chef de contenus – Produits média social et vidéo, Réseau Canoë, Québécor Média. Bel exemple 2.0… J’ai essayé d’insérer le code qu’ils nous ont fourni de façon si exceptionnelle mais peine perdue… Fonctionne pas.

Itinéraire, suite

-Michelle et Philippe départ de Montréal  le 03/06.

-Claude le 04/06 Participation à une table ronde à la rencontre annuelle des responsables de la communication interne. Le titre :« Blogs, wikis et réseaux sociaux, intranet 2.0 … : des outils adaptés aux nouvelles attentes des collaborateurs. Comment mettre en place et utiliser les outils du Web 2.0 au regard de la stratégie de l’entreprise ?»

-Michelle et Philippe transfert Roissy Charles de Gaulle – Lille le 04/06 en fin de matinée

-Claude le 04/06 Départ pour Lille en fin de journée

-Dîner le 04/06 au soir avec quelques amis de la région et co-organisateurs de la conférence (Digiport, ESC Lille, PICOM)

-Conférence le 05/06 à partir de 9h (voir les titres ci-haut)

-Ensuite déjeuner avec qui voudra et pour le programme de l’après-midi  (rdv business avec prospects, visites de Lille, etc.)

-05/06 soir YulBiz + Blog en Nord

Bertrand et Max, un des barman du Harry’s

-06/06 Retour à Paris AM, Table-ronde sur le Web 2.0 à TechToc.TV. PM, rendez-vous avec les acteurs du Web 2.0 français à la Cantine. Fin PM, Rendez-vous au Harry’s, le QG de Bertrand Duperrin 🙂

-07/06 retour à Montréal par Air France (747 🙂

Le lendemain, le 8 juin, pas question de roupiller pour me remettre du décalage horaire. C’est le grand jour chez Allard Harvieu Communication car nous mettrons en ligne la version 1 de notre nouveau slogue (site-blogue).

P.S. Voici le code fourni par Canoe et que je n’arrive pas à insérer. Si vous trouvez un moyen, faites-le moi savoir…

<!– Start of Brightcove Player –>

<!–
By use of this code snippet, I agree to the Brightcove Publisher T and C
found at http://corp.brightcove.com/legal/terms_publisher.cfm.
–>

<script src=”http://admin.brightcove.com/js/BrightcoveExperiences.js” type=”text/javascript”></script>

<object classid=”clsid:d27cdb6e-ae6d-11cf-96b8-444553540000″ width=”100″ height=”100″ codebase=”http://download.macromedia.com/pub/shockwave/cabs/flash/swflash.cab#version=6,0,40,0″><param name=”id” value=”myExperience24301004001″ /><embed id=”myExperience24301004001″ type=”application/x-shockwave-flash” width=”100″ height=”100″></embed></object>

<!– End of Brightcove Player –>

p.p.s Attendez-vous à des billets sur ce blogue et à de multiples «tweets» de notre part. Pour nous suivre sur Twitter, utilisez le hashtag suivant : #ParisLille

Note : Je quitte Montréal ce soir avec Ait France sur un Airbus A330. C’est le même type d’appareil que celui du vol 447 qui vient de disparaitre des écrans radar lors du vol Rio de Janeiro-Paris

Communication interactive Entreprise 2.0 Événements Identité numérique Innovation

Conférences Web 2.0. Je suis chauvin, j’en conviens et rien à voir avec les Canadiens !

6 mai 2009

J’ai écrit un premier billet sur le sujet des conférences Web le 31 mars dernier. Le temps est venu de faire, ce que l’on appelle chez les Chinois, un «update» ou si vous préférez, dans la langue de Molière, une mise à jour…  Depuis ce temps, de l’eau a coulé sous les ponts, à Lille, Washington, Montréal et quelle autre ville ne sais-je, à travers le monde (plusieurs conférences dans la Silicon Valley. Tellement qu’en faire la liste serait fastidieux…)

Mais pourquoi revenir sur le sujet direz-vous ? Ah ! bonne question et je vous le donne en mille :  parce que nous nous apprêtons à vivre une expérience hors de l’ordinaire à Montréal. Chauvin le mec ? Que oui est ma réponse ! Je parle bien entendu de webcom-Montréal. Et j’en parlerai avec autant de passion jeudi à l’émission le Citoyen Numérique de Michel Dumais à CIBL. En attendant, voici reproduit, le communiqué que nous avons concocté et qui paraît aujourd’hui dans tous les médias du Québec :

«Montréal, le 6 mai 2009 – C’est sous le thème de l’innovation et de l’identité numérique qu’aura lieu, le 13 mai prochain, la sixième édition de la Conférence internationale webcom Montréal à l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), à Montréal. Les conférenciers et participants y aborderont des thèmes d’actualité, comme l’identité numérique et l’innovation, mais aussi la valorisation d’entreprises et l’utilisation des outils du Web social comme moyen d’accroître la productivité des entreprises. webcom Montréal est la plus importante conférence francophone nord-américaine sur le Web et les nouvelles technologies de l’information et des communications.

Montréal accueillera plusieurs conférenciers locaux et internationaux dont Marc Canter, fondateur de Macromedia, Patrick Chanezon (Google), Allen Tom (Yahoo), Clara Shih (SalesForce), Jon Frederickson (Innocentive), Cyrille de Lasteyrie, Jessica Lipnack, Gabe McIntyre, Chris McGrath, Éric Blot, Charles Nouyrit, Hervé Fischer, Caroline Allard et plusieurs autres. En tout, plus de 30 conférenciers et leaders québécois de la communication d’entreprise, du marketing Web et du e-Commerce proposeront conférences, études de cas et tables rondes sur trois pistes concomitantes.

« webcom Montréal offre aux participants une foule d’occasions d’apprendre, d’échanger, de participer et de réseauter, a expliqué Michel Chioini, producteur de webcom Montréal. Nous offrons aussi un webcamp gratuit où tous les participants discutent de sujets qu’ils ont eux-mêmes proposés. »

Toute la journée et en direct sur le site de webcom Montréal, organisateurs, conférenciers, commanditaires et participants se succèderont au micro et à la caméra de Christian Aubry et de ses complices, afin d’échanger avec les internautes et de commenter la conférence en cours dans le cadre du webcom Live. Des miniconférences seront également proposées par des intervenants du Web situés en Europe et aux États-Unis. À souligner également, le retour de la formule de SpeedKeynoting gratuit de 15 h 30 à 18 h.

Avec une offre Wifi complète et gratuite, les organisateurs veulent aussi permettre à tous les participants de bloguer, microbloguer ou socialiser librement. Ils proposeront aussi les services de leurs cinq blogueurs officiels qui se partageront la tâche de rendre compte des conférences et autres événements sur leurs blogues personnels. Pour compléter le tout, les organisateurs capteront en vidéo toutes les conférences et les rendront disponibles gratuitement sur le site Web de la conférence au www.webcom-montreal.com.

À 18 h, tous les conférenciers et participants seront invités à se joindre aux membres du Yulbiz-Montréal, un regroupement de blogueurs d’affaires, pour l’événement Yulbiz-spécial qui sera suivi d’une soirée dînatoire organisée par webcom Montréal, où seront invités non seulement conférenciers et participants, mais toute la communauté québécoise du Web et des nouvelles technologies de l’information et des communications (NTIC). Le tout se tiendra au tout nouveau Bar et Bœuf, 500, rue McGill, coin Notre-Dame Ouest. Cette soirée est commanditée par Tourisme Montréal, w.illi.am/ et Allard Hervieu Communication.

À propos de webcom Montréal

webcom Montréal est la plus importante conférence francophone nord-américaine sur le Web et les nouvelles technologies de l’information et des communications (NTIC) et fait, en cela, le pont entre les plus importantes conférences au monde, organisées aux États-Unis et en Europe. webcom est le lieu de rencontre, d’échange et de réseautage et la source d’inspiration de plusieurs spécialistes du e-marketing, de stratégistes et communicateurs, décideurs et entrepreneurs. »

Voilà pour le communiqué… Permettez-moi d’y ajouter quelques informations supplémentaires et d’intérêt. Lors du «webcom-live», auquel vous pourrez participer sur place ou à distance, nous sommes en  train de planifier des présences virtuelles de conférenciers et de tables-rondes en provenance de Québec, New York et Paris… Du jamais vu !!!

Et vous avez noté dans le communiqué ? Le Yulbiz-spécial, qui habituellement se déroule le mardi soir, soit la soirée qui précède webcom, aura lieu cette fois-ci APRÈS la conférence et fera partie d’un méga-évènement qui veut regrouper tout le milieu québécois du Web et des nouvelles technologies. C’est un 6 à 8 mais aussi une soirée dinatoire et un méga-party avec DJ de renommée internationale. Ce sera une soirée privée au Bar et Boeuf, pas très loin du lieu de la conférence.  Ce sera le temps d’y rencontrer tout le gratin montréalais et les conférencier(ère)s du webcom.

Dernier point avant de passer aux autres conférences, je vous souligne que les inscriptions payantes et gratuites dépassent déjà les attentes des organisateurs. Si, comme le dit toujours Bernard Derome, la tendance se maintient, nous serons plus nombreux qu’en novembre. Alors, je dis à tous ceux et celles qui ne sont pas encore sur les rangs : inscrivez-vous vite à cette adresse, pour vivre cette expérience unique au Québec et au Canada. Il n’y a qu’à Boston, San Francisco ou Paris que vous pourrez vivre pareille expérience et encore…

Bon, puisque dans le communiqué, il est mentionné que webcom-Montréal fait le pont entre l’Europe et les USA, voyons ce qui nous attend sur ces deux «fronts»…

Euratechnologies accueille les Canadiens de Montréal

C’est de cette façon que notre hôte Lillois (eh oui en plein pays des Ch’tis) l’ami Jérôme Moles a tenu à faire l’annonce de notre présence, début juin à Lille. Je dis notre, parce que je ne serai pas seul. M’accompagneront les ami(e)s de longue date Philippe Martin et Michelle Blanc. Encore une nouvelle odyssée dans l’Hexagone pour trois des auteurs du collectif Pourquoi bloguer dans un contexte d’affaires.

Pour ma part, je compte aussi participer, comme conférencier, à la rencontre annuelle des responsables de communication interne à Paris, les 3 et 4 juin et le lendemain, je  devrais me retrouver à Lille et retrouver sur place, en plus de Philippe et Michelle, une foule de blogueurs et blogueuses, dont Éric Delcroix et Claire Leblond ainsi qu’une foule d’autres personnes intéressantes. En passant, nous participerons le 5 juin au soir, après nos conférences, à un Yulbiz-Lille. D’autres participations sont à prévoir mais laissons faire le destin…

De retour d’Europe, je me rendrai à Boston à titre de blogueur officiel de la conférence Enterprise 2.0, du 22 au 25 juin. J’ai fait un récent billet sur le sujet mais qu’il me soit permis de rajouter que l’organisation m’offre l’opportunité d’attribuer un billet gratuit pour cette conférence qui est, comme je l’ai déjà mentionné, la «grand’messe» de l’Entreprise 2.0. Alors, à qui la chance ?

Pour ce faire, dites-moi en commentaire, ce qui vous motive. Pourquoi voulez-vous être sur place à Boston en cette fin juin ? Et ne me dites surtout pas que c’est pour assister au dernier match de la finale de la Coupe Stanley entre les Bruins et les Hawks…