Parcourir les Tags

eLearning

Communication interactive Études Internet Mobilité Real-Time Web

Voici un billet qui porte sur le futur avec plein de références au passé. Pas pire, non ?

22 juin 2011

C’est très rare que je fais des billets sur le passé mais le sujet en vaut la chandelle… Dans celui publié lundi sur la mobilité, je faisais référence au reportage spécial réalisé en août 2000 (oui, vous avez bien lu…) par Steven Brier dans le défunt magazine Inter@ctive Week, devenu depuis le eWeek en ligne et produit par ZDNet. Dans ce reportage de fond sur plusieurs facettes du futur du Web intitulé « Internet 2004 – Inside Tomorrow »,  Brier et plusieurs autres journalistes et une batterie d’experts en technologies, dont Tim O’Reilly, ont fait d’étonnantes prédictions, certaines d’une étonnante précision onze ans plus tard, d’autres carrément à côté de la plaque. Et bien sûr ils ne pouvaient pas prévoir le Web 2.0, les iPads ou la mobilité. Ou le pouvaient-ils ???

interactive1

Dans ce premier montage, la “Une” du magazine est datée du 28 août 2000 (premier encadré à gauche) et surtout la première page de la série de reportages est intitulée :” People Get Ready For a Whole New Internet”. La rédaction avait-elle mesuré toute la portée de ce titre ?. À ce moment, ils extrapolaient pour 2004 !!! Imaginez… Le Web 2.0 est apparu quand ? Quand Tim O’Reilly a-t-il inventé ce terme devenu un peu mythique ? Oui, oui, 2004… Mieux, lisez bien le premier paragraphe du texte d’ouverture que je reproduis ci-dessous:

“It’s coming. If we listen closely, we can hear it above the pitter-patter of many feet: the ringing in the distance of little phones, the beep-beep of millions of tiny computers talking to each other. It’s a new Internet, a new way of doing busibness. Like the little flying saucers that remade a burned-out buiding in the 1987 movie Batteries not included. Ten of thousands of mini-devices will remake the Internet and change how we interact with each other.”

Des petits téléphones et de minuscules ordis qui préfiguraient les les téléphones intelligents, NetBooks et iPads qui viendraient un petit peu plus tard que 2004 mais quand même… Et plus loin, on peut lire : “Preriodically, at a conference or trade show, we would hear about a future of prevasive or ubiquitous computing, the ability to remain constantly connected – sort of “All Net, all the time”. That future is about to arrive”. Et il est arrivé en effet et ce n’est pas quatre ans plus tard qu’on mesure tous les impacts de cette révolution et de ce nouveau Web interconnecté, en temps réel et mobile mais bien une décennie plus tard.

C’est dans cette vision de l’Internet en 2004 et ainsi présentée en début de reportage que le tout était génial. Par la suite, sur les tendances à venir, c’est plus faible avec des bons coup et des erreurs mais les tendances, ce n’est pas nouveau… On a ce genre de litanies à toutes les fins d’année… Donc, en 2000, on avait listé le eLearning, le journalisme Web, le copywright, l’identité numérique, l’outsourcing, le boom du BtoB et le sans fil comme grandes tendances et pour chacune, un ou une auteur(e) s’était avancé(e) à commenter.

learning

Dans les deux premiers (ci-dessus), une bonne et une très mauvaise prédiction. En ce qui concerne le eLearning, on titrait: “Virtual learning struggling to make the grade”. En fait, dans le texte on parle du eLearning car depuis les deux concepts se sont séparés avec l’apparition des univers virtuels et du Serious Gaming. Quant au eLearning plus traditionnel avec professeur disponible à distance en vidéo-conférence, assisté d’un tableau blanc virtuel et de la possibilité pour les étudiants de poser une question à la fois en levant une petite main virtuelle, il n’a jamais pu combler les attentes… Surtout parce que les logiciels conçus à cette fin ont été trop compliqués à maîtriser aussi bien par les profs, les professionnels de l’apprentissage et surtout par les utilisateurs. En plus les logiciels 1.0 coûtaient et coûtent encore trop cher mais de là à faire du eLearning une grande tendance du Web ? On repassera…

Quant au journalisme sur le Web qui n’aurait pas de futur, là l’auteure Kathleen Quinn s’est complètement gourrée… Elle a pris la télé des années ’50 comme référence en disant qu’à l’arrivée de cette dernière des journaux et des magazines avaient disparu mais que cela n’arriverait ps avec le Web et que le journalisme avait un futur lié aux journaux !!! Et Mme Quinn d’ajouter: “As the smoke from the Web journalism’s intense burn rate clear, it’s becoming easier to see that the job of being journalism’s flame keeperstill fall to print newspapers, with their solid foundation of local advertizing”.

Le test de la dure réalité, des journaux qui meurent l’un après l’autre faute de publicité qui se déplace vers les médias sociaux et les journaux en ligne ou strictement mobiles comme The Daily pour iPad ou encore la triste fin de grève au Journal de Montréal et la fin du journalisme syndiqué, à temps plein et gros salaire pour faire place à la convergence des nouveaux médias et aux postes précaires mais taillés sur mesure pour les “journalistes-entrepreneurs“, est venue la rattraper et défaire son argumentation.

Demain, on verra que les auteurs des textes sur le marketing Web,  l’identité numérique et le sans fil ont eu plus de succès et forment une partie de l’ossature du Web actuel…

Entreprise 2.0 Gestion des organisations Intranet

J’en ai marre des marchands de tapis de prétentions et d’illusions !

23 octobre 2010

Hier sur Facebook j’ai fait une ¨mimi-montée de lait¨,  en affirmant que je n’en pouvais plus de voir et d’entendre tous ces épais qui se prétendent 2.0 et qui font tout à l’envers. Et dire que des entreprises vont planifier leurs stratégies sur leurs inepties…  J’ai bien aimé le commentaire de l’ami Jean-François Poulin qui en a remis et précisé :

– Il y a ceux qui prétendent faire du web depuis 15 ans.
– Il y a les consultants qui n’ont jamais fait de sites ni en agence ni en tant que producteur…
– Il y a les nombreuses compagnie incapable de terminer leur boulot comme il faut…

Tu en veux d’autres?

Il y a beaucoup de prétention dans notre métier, ajoute Jean-Françcois.

Oui, en effet, beaucoup de prétendus spécialistes du Web qui sont apparus dans le décor d’on ne sait où en 2009-2010 et qui se bombardent spécialistes des médias sociaux, du marketing Web, des blogues ou de Twitter et osent proposer des conseils ou formations aux entreprises par le biais d’associations, organismes ou entreprises privées qui n’en connaissent pas plus long mais qui pensent venir en aide à leurs membres ou communautés mais surtout profiter de la manne, du pactole…

C’est drôle et ce ne l’est pas mais quand on regarde comme il faut les contenus et l’expérience offerts car on en revient à bien des prétentions. Le terme Web 2.0 est devenu à la mode en 2004 après un Foocamp de Tim O’Reilly mais ses bases sont bien plus profondes. Elles originent des essais collaboratifs, de knowledge management, de eLearning et de eCommerce des années 90 et qui n’a pas connu ne peut pas comprendre la toile de fond…. Presque 15 ans de développements qui ont mené à une éclosion d’outils Web beaucoup plus faciles à maitriser et utiliser par monsieur tout le monde: le user generated content. Mais il ne faut pas oublier que la publication décentralisée a fait ses premières armes avec les outils de gestion de contenus au début des années 2000, soit en même temps que les wikis et les blogues, qui eux aussi ont permis aux individus de s’exprimer plus librement dès la fin des années 90.

Spécialiste du Web? Comme le dit encore Jean-François, qui peut prétendre avoir mis les mains sous le capot et codé un site en HTML, DHTML (pour dynamic hyper text markup language) XML,  PhP et j’en passe… Qui sait ce que veut simplement dire <em>Tu en veux d’autres?</em> ou encore <br></br> , qui s’est dépatouillé dans les méandres d’une architecture de l’information, qui a travaillé à peaufiner les critères de performance d’un engin de recherche, mis en place un thésaurus ou réfléchi à une folksonomie? Qui s’est penché sur la mise en place d’une stratégie qui intègre les trois formes de Net (intra-extra-inter) pour en faire un tout cohérent et surtout performant? Qui peut se targuer d’avoir travaillé sur un CRM pour être capable d’y ajouter la lettre S ? Qui peut en toute honnêteté affirmer qu’il maîtrise toutes les facettes du Web et est en mesure d’élaborer une stratégie pour son client qui intègre non seulement des outils mais aussi les usages, qui prévoit la transformation des processus, des hiérarchies, qui prend en compte la formation et la gestion du changement nécessaires ? Qui sait que le 2.0 mettra du temps à pénétrer la fibre entreprise, qu’il faudra trouver de nouveaux talents pour gérer les communautés 2.0 créées, qu’il faudra créer une structure minimale de gouvernance au sein de l’entreprise ?

Et qui sait encore que cette gouvernance est essentielle à l’acceptation des outils Web 2.0 par les départements Ti traditionnels et que ces derniers tiennent mordicus à leur architecture technologique et leurs legacy systems et que par-dessus tout, ils carburent à la sécurité? Bref, j’en ai un peu beaucoup marre comme plusieurs autres qui l’avouent en privé. Marre que des entreprises bien intentionnées se fassent arnaquer par des charlatans qui n’ont à leur crédit que leur profil Facebook et LinkedIn ainsi qu’une centaine de Tweets et de followers…

Le marché du marketing Web est présentement une véritable jungle et s’y aventurer pour une entreprise est justement cela: une aventure. Quant à l’entreprise 2.0, le marché est encore relativement vierge mais je les vois venir de loin tous ces marchands de tapis de prétentions et bien des fois d’illusions.

Communication interactive Entreprise 2.0 Gestion des organisations Réalité virtuelle

Second Life a-t-il failli à la tâche en entreprise ?

12 août 2010

Je ne sais plus où mais j’ai lu récemment que Second Life avait mis à la porte son CEO et fait appel à son  fondateur Philip Rosedale pour redresser la barque d’un des mondes virtuels-phare du Web mais tout cela dû une désastreuse stratégie entreprise…. Intéressant même si je ne peux pas retrouver cette source malgré mon Netvibes, mes RSS et mon historique de navigation Web, j’ai retrouvé plein de sites relatant le communiqué de presse annonçant le changement de garde mais rien sur le virage vLearning et entreprise. Pourtant,  je sais que j’ai lu quelque part que la principale raison du départ de Mark Kingdon était sa stratégie entreprise qui a eu des ratées notoires… (Si vous le retrouvez je m’engage à faire une mise à jour à votre nom)

Donc, Second Life Enterprise ne séduirait pas le monde corporatif ailleurs que chez les universitaires ou chez IBM. Il y a là matière à sérieuse réflexion sur l’apprentissage en ligne. Car on a dit, et je m’inclus dans le «on», que le vLeaning allait prendre la place du eLearning. Ce dernier, issu du Web 1.0 s’est révélé à l’usage trop lourd et complexe pour faire une vraie percée en entreprise. Le premier semble avoir aussi ses défauts dont la difficulté de maîtriser sa présence en ligne virtuelle par Avatar interposé.

second life business

Ben quoi… C’est logique non ? Qui dans les employés qui ont la quarantaine ou cinquantaine en entreprise peuvent se targuer d’une présence assidue dans les mondes virtuels ? Pour avoir déjà sondé mes audiences en conférence, je dirais un maigre 2%… Bref, la stratégie de Second Life, telle que mise en évidence sur le site (voir ci-haut) était-elle prématurée ?

À mon avis, oui. Les entreprises ne sont pas prêtes à ce genre de saut quantique dans le futur mais sont plus enclines à adopter les simulations (ex. simulateurs de vol pour les compagnies aériennes) et le serious gaming. Dans ce dernier cas, on parle surtout des institutions militaires, où les «Netgeners» sont la cible des recruteurs mais en entreprise encore une infime minorité et où ils n’ont pas encore besoin de formation et de mise à jour autre que celle de familiarisation, de premier contact avec l’entreprise…

War in Iraq Simulation

Mi-simulation, mi-jeu de rôles de l’armée américaine

Donc, miser sur cette approche a-t-il précipité la disgrâce du CEO et le retour du fondateur ? Sur le blogue on s’en défend bien mais d’un autre trait de plume on annonce tout de même une réduction de 30% des effectifs, évaluée à 300 personnes et qui serait commandée par un besoin de simplicité…

Voici le discours officiel :

“We’ve emerged from a two-year investment period during which, among other things, we’ve spent a considerable amount of time improving reliability and the overall user experience. Today’s announcement about our reorganization will help us make Second Life® even simpler, more enjoyable, relevant and engaging for consumers starting with their first experience. It will also enable us to invest in bringing 3D to the web and will strengthen our profitability,” said Mark Kingdon, chief executive officer of Linden Lab.

According to Kingdon, the restructuring also better aligns Linden Lab with its two longer-term goals.  First, the company aims to create a browser-based virtual world experience, eliminating the need to download software. Secondly, Linden Lab will look to extend the Second Life experience into popular social networks. “Ultimately, we want to make Second Life more accessible and relevant to a wider population,” he said.

Faut lire entre les lignes… On a trop investi dans la partie entreprise et ses besoins en réunions virtuelles, en sessions de formation  et tout ce que ça implique comme expérience utilisateur, en soi très compliquées pour les entreprises. Donc, on recentre nos objectifs sur le lucratif marché des réseaux sociaux et du mobile et on simplifie encore l’expérience utilisateur dans le domaine du loisir et non des choses sérieuses comme l’apprentissage. Une preuve de plus se retrouve dans l’analyse de TechCrunch qui indique que Rosedale veut éliminer le téléchargement de versions logicielles tarifées en faveur d’un produit entièrement Web, donc plus attractif pour le marché du Web social et mobile alors que les entreprises étaient directement ciblées par le modèle précédent. Dans le fameux article que je ne retrouve pas, on parle que SL se doit de faire ce virage car Facebook lui soufflerait dans le dos…

Le monde du Web est changeant… Il y a à peine un an, sur  Twitter, j’étais tombé hier sur un billet du blogue de l’australien Gary Hayes, blogue intitulé MUVEDesign, un acronyme pour «Multi-User Virtual Environment Design». Le billet traitait du plus récent «Hype Cycle» de la firme de vigie technologique Gartner, que voici :

Depuis 1995, Gartner publie ces graphiques qui montrent la courbe d’adoption d’une technologie. Des graphiques semblables, ils en ont fait sur à peu près tout : Des CMS au eLearning et passant par les CRM ou même les réseaux sociaux. Bref, celui publié sur MUVEDesign est intéressant car il traite des mondes virtuels, vous l’aurez compris. Et regardez comme les prédictions, parfois sont plus qu’optimistes,..

Si on jette un dernier coup d’oeil à la fameuse courbe de Gartner (ci-haut), on s’aperçoit que c’est justement les entreprises et les institutions d’enseignement qui devaient réinstaller les mondes virtuels 1) En 2009 dans «l’enlightment slope» et 2) En 2010 dans le «Productivity Plateau». Eh bien si on se fie sur ce qui se passe actuellement, c’est pas demain la veille…

Vous voulez comprendre les méandres des courbes d’adoption des technologies publiées régulièrement par Gartner ? Eh bien, la firme américaine a publié un bouquin intitulé ; «Mastering The Hype Cycle. How to choose the right  innovation au the right time». Un must…