Parcourir la catégorie

Web 3.0

Communication interactive Événements Réalité virtuelle Web 3.0 Web politique

CNN, Star Wars et le mur magique…

6 novembre 2008

Partout à la télé, dans les journaux et sur le Web, on parle de la couverture de CNN de la soirée des élections aux USA, le 4 novembre dernier et en particulier de l’apparition de la technologie des hologrammes, utilisée à deux reprises durant la soirée pour faire apparaître, entre autres, la reporter Jessica Yellin.

Ce n’est pas le première fois que cette nouvelle technologie est utilisée hors des officines du cinéma qui l’a popularisée dans le premier film de la première trilogie de Star Wars (le message de la princesse Laila délivré par R2D2). Elle a été utilisée ici, à Montréal, il y a quatre ans lors de la conférence Boule de cristal de la FIQ pour présenter à distance la conférence de Ray Kurzweil. Voici ce qu’on en disait alors.

Vous vous souvenez de M. Kurzweil ?  Je vous ai déjà parlé ICI de la conférence qu’il avait livrée à TED et de son obsession pour le phénomène de la singularité technologique et de la symbiose homme-machine-ordinateur. Bref, rien de nouveau dans ces hologrammes présentés par CNN mais qui ont tout de même fait sensation, probablement parce que présentés pour la première fois à un auditoire planétaire et grand public.

Mur magique…

Moi, ce qui m’a beaucoup plus fait «tripper» (Et je ne suis pas le seul, parlez-en à l’ami Sylvain Carle), c’est le mur digital ou encore «mur magique» utilisé depuis des mois par John King, de CNN pour sa couverture de la campagne. J’avais vu une première version de cette technologie à la conférence Wired NextFest à New York en octobre 2006. À mon avis, cette technologie est moins spectaculaire que les hologrammes mais ô combien plus efficace.

Une technologie inventée par Jeff Han, fondateur et premier scientifique de la compagnie Perceptive Pixel. Pour vous en convaincre, regardez cette fascinante vidéo sur l’utilisation qu’en fait John King et la montagne d’information qu’il est capable d’en tirer pour les téléspectateurs…

N’en demeure par moins que CNN a prouvé une fois de plus qu’elle avait une longueur d’avance dans l’utilisation des nouvelles technologies dans cette campagne. Et je ne vous parle même pas de son utilisation des médias sociaux tels que YouTube, Twitter et les blogues…

Cloud Computing Communication interactive Entreprise 2.0 LifeLogs Web 3.0

Avis aux mauvais augures : Le Web 2.0 n’est pas mort. Il évolue !

27 octobre 2008

Le tout a commencé le 14 octobre par un billet de l’ami Philippe Martin sur la mort du Web 2.0, intitulé :«Le Web 2.0 est mort, vive le Web 2.0 !». Je ne sais pas si c’est la morosité ambiante, la crise financière, la récession annoncée et les coupures de postes dans les startups du Web 2.0 mais on dirait que bien des gens sont rapides sur la gâchette à prédire la fin de Web 2.0 et en particulier de son phénomène le plus connu : les blogues.

L’ami Laurent Maisonnave a été le premier à relever les propos de Paul Boutin dans le magazine Wired d’octobre où ce dernier écrit :« @WiredReader: Kill yr blog. 2004 over. Google won’t find you. Too much cruft from HuffPo, NYT. Commenters are tards. C u on Facebook?», un clin d’oeil à l’utilisation de plus en plus grande de Facebook et Twitter pour communiquer et s’exprimer sur le Web. Pour Boutin, les blogues sont un phénomène de 2004, récupéré par les médias et les entreprises. Les blogues seraient devenus «affaires», impersonnels…

Oui, il y a plus de blogues d’affaires et donc Yulbiz.org mais impersonnels ? Alors là, pas d’accord ! Boutin n’a pas lu «Pourquoi bloguer dans un contexte d’affaires» et n’a pas suivi nos conversations sur la puissance des blogues de niche ou encore les billets de l’amie Michelle Blanc sur la passion et les affaires… Les blogues ont certes évolué depuis 2004 mais ne sont pas un phénomène à la veille de disparaître.

Selon le plus récent recensement de Technorati, il y en a 133 millions. Difficile de sortir du lot selon Boutin mais est-ce le but premier du blogueur que d’être dans les 100 premiers au monde ? Pas du tout…. Ce n’est pas pour cette raison qu’on commence à bloguer et pas pour cette raison qu’on continue. On commence et on continue parce qu’on a envie d’écrire et pas seulement que 140 caractères… On continue parce qu’on se sent un peu coupables de ne pas publier une journée, on continue pour s’exprimer sur les sujets qui nous passionnent, sur les sujets sont les moteurs de notre vie professionnelle. On blogue parce qu’on veut demeurer «à la fine pointe», parce qu’on tient à ce que notre expertise soit visible, reconnue. Qu’elle soit dans les 100 premiers, tant mieux mais ce n’est pas le but !

Et les blogues vont continuer à évoluer. Le micro-blogging à la Twitter fait partie de cette évolution et oui, on peut y retrouver les «pionniers» tels que Calacanis, O’Reilly et Scoble mais cette tendance à la communication instantanée ne fera pas disparaître pour autant le blogue, comme le blogue n’a pas fait disparaître le journal traditionnel. Les blogues, comme les autres médias sociaux ont changé le rapport de pouvoir face à la liberté d’expression. Twitter n’amène rien de neuf de ce côté. Toutes ces formes d’expression écrites sont complémentaires, s’influencent et évoluent dans le fond comme dans la forme…

Et cette évolution passe par la vidéo, les podcasts et les vlogues. «Join the video conversation» dit Seesmic Il s’agit bien de l’appropriation de l’image par tous, comme ce fut le cas de l’écrit. Mais l’image, ce n’est pas que la vidéo : il y a la photo, donc Flickr et autres clones du genre… Et quand on parle ensuite de partager vidéos, photos et texte, on pense alors aux réseaux sociaux, à Facebook, Ning, Flickr lui-même et bien d’autres dont Twine

Twine, c’est le Web sémantique, donc le Web 3.0. À tous les mauvais augures qui annoncent le mort du Web 2.0 : Il n’est pas mort, il évolue ! C’est d’ailleurs ce que notent plusieurs observateurs du Web, dont les rédacteurs de ReadWriteWeb. Ces derniers ont identifié récemment dix tendances lourdes en termes d’évolution :

1. Le Web sémantique
2. L’intelligence artificielle
3. Les mondes virtuels
4. Le mobile
5. «L’Attention Economy»
6. Les sites Web comme services Web
7. La video en ligne / Internet TV
8. Les «Rich Internet Apps»
9. Le Web international
10. La personalisation

À mon avis, ils ne se trompent guère sur les deux premiers et sur le mobile mais oublient la suite logique soit les carnets de vie, ou si vous préférez «LifeLogs», et le «Cloud Computing»  avec ses entrepôts de données.

En terminant, je vous réfère aussi à ce billet, paru sur le blogue de Chris Brogan. Il est de Dennis Howlett et est intitulé «Web 2.0 – Was it ever alive?». Un autre mauvais augure qui dénigre le phénomène et son extension en entreprise, soit l’entreprise 2.0. Lisez ce billet mais surtout, lisez les commentaires de Tim O’Reilly en réponse. Non, le Web 2.0 n’est pas mort. Il évolue !

.

Communication interactive Événements Réalité virtuelle Web 3.0

La vie est faite de ces hasards… et de ces Couche-Tard !

6 octobre 2008

Drôle de hasard…Le 30 avril dernier, à San Francisco, je rencontrais à Web 2.0 Expo, Claude Mallick, Michael Hughes et Scott Gray, tous trois représentant une autre «startup» montréalaise spécialisée dans les avatars 3D générés par les utilisateurs, soit xtranormal.com. J’ai alors fait un billet sur cette rencontre et sur leur produit en version beta, billet que vous retrouverez ICI et le produit ICI.

Scott Gray et Michael Hugues de xtranormal

Quelle ne fut pas ma surprise de les retrouver mélangés à une histoire d’avatars Couche-Tard lors du récent Podcamp Montréal. Vous me suivez ? Non ? Alors voici l’histoire : Lors du récent Podcamp qui a eu lieu à l’UQAM, des participants des USA et du Canada anglais ont découvert nos dépanneurs Couche-Tard et ont initié sur Twitter, une conversation sur le sujet de cette marque allant même jusqu’à créer des avatars personnels avec le logo de la marque pour leur photo dans Twitter.


Bon pour la marque comme l’a d’ailleurs remarqué Michelle Sullivan sur son blogue, Michelle étant une des organisatrices de Podcamp mais aussi participante à cette conversation virale mais surtout à contrat avec xtranormal. Elle est d’ailleurs présentement en campagne de presse pour leur «coming-out» montréalais… Voilà le lien mais attendez, il y a encore mieux :

Ce qui est tout à fait génial dans cette histoire c’est que Michelle s’est servie d’xtranormal pour produire, à date, deux capsules vidéo 3D qu’elle a baptisées les Couche-Tard Chronicles et qui mettent en vedette des participants au dernier Podcamp-Montréal, dont Sylvain Grand’Maison, Wankergirl et Scarborough Dude. C’est hilarant de les voir se donner ainsi la réplique dans un dépanneur Couche-Tard. J’ai hâte à une future capsule mettant en vedette Laurent LaSalle et Isabelle Lopez ! Et pourquoi pas une série sur le Yulbiz ou encore sur webcom-Montréal ?

Communication interactive Événements Internet2 NTIC Réalité virtuelle Web 3.0

Et quand Microsoft Surface refait surface…

15 septembre 2008

C’était en octobre 2006, à New York. Plus précisément au Javits Convention Center où se déroule actuellement la conférence Web 2.0 Expo. J’y étais alors pour l’évènement Wired TechFest, qui cette année, aura lieu à Chicago. J’avais vu alors une foule de gadgets, robots, spères virtuelles et autres avancées technologiques, allant même jusqu’au projet de vaisseau spatial de Richard Branson de Virgin.

surface

Mais ce qui m’avait le plus impressionné, c’était un mur et une table tactile (voir le montage ci-dessus). J’avais eu une démo de la part d’un représentant de Microsoft sur la fameuse table qui est, en fait un ordinateur qui permet de travailler, entre autres, avec Google Earth en 3D. Je n’en avais pas alors parlé sur ce blogue mais avais intégré une photo de la présentation dans une de mes conférences sur le futur du Web.

Le projet d’ordinateur de table de Microsoft a finalement abouti commercialement en mai 2007 avec le lancement de Microsoft Surface. Ce lancement n’a pas eu la couverture des médias traditionnels ou sociaux qu’ont eu le iPhone ou encore la navigateur Chrome de Google. Presque passé sous silence, il était voué, semble-t-il, à sombrer dans l’oubli. Sauf que le semaine dernière, le produit a refait«surface» au TechCrunch50 et fait sensation, entre autres avec les commentaires d’Ashton Kutcher.

Et encore ce matin, voici ce que je lis sur Twitter :

Christophe Lauer CLaueR Ca y est, on a une table Microsoft Surface au MTC de Paris !!! 

Alors là… Plus question de passer sous silence…  Alors voici une démo faite un peu plus tôt cette année à CES 2008 à Las Vegas.

[youtube Zxk_WywMTzc&hl=en&fs=1]

Selon moi, la démo ci-dessus ne rend pas crédit à la partie intéressante et 3D que j’ai vue à New York  et dont vous voyez juste une parcelle des possibilités, surtout en matière de conception architecturale, sur ma photo ci-haut. Intéressant aussi le lien qu’essaie de faire Microsoft entre Surface et l’agonisant ZunePhone. Et vous, vous en pensez quoi ?

Cloud Computing Communication interactive Identité numérique Internet2 LifeLogs Web 3.0

L’avenir du Québec passe-t-il par le numérique ? Réponse : OUI !

8 juillet 2008

J’ai eu la semaine dernière, une conversation passionnante avec René Barsalo, directeur, Stratégie et partenariats de la SAT, Société des Arts technologiques. La conversation a porté sur notre civilisation de plus en plus numérique ou «digitale», sur les données que nous générons quotidiennement et sur l’identité numérique que nous nous bâtissons. Une identité faite de documents Word, PowerPoint, Excel mais aussi d’informations personnelles incluses dans nos profils sur Facebook, LinkedIn et autre sites de «networking social», de photos, de vidéos et de micro-conversations à la SMS, Twitter, Skype ou encore Seesmic. Le tout j’expliquais à René, doit former nos «LifeLogs» ou carnets de vie, la génération évoluée et 4.0 des blogues…

Le projet de LifeLog, MyLifeBits

Pour sa part, René travaille beaucoup à la SAT sur l’arrivée prochaine de la vague audiovisuelle (téléprésence, télémanipulation, espaces branchés, etc.), qui nous fera passer de plus en plus en mode “temps réel” plutôt qu’en mode asynchrone. Il se penche aussi sur les impacts à surveiller : sur nos partenariats, nos carrières, nos traces, notre société. Bref, il pousse notre conception actuelle du Web (2.0) vers une nouvelle, déjà identifiée comme celle du Web 3D mais pose aussi une autre question essentielle, soit celle de la place que nous occupons dans la société réelle et celle que nous occuperons dans la société numérique et de plus en plus virtuelle que se met rapidement en place.

Une place individuelle qu’on nomme «identité numérique» (pensez au ePortfolio de Serge Ravet) mais aussi collective et que nous nommerons comment : Culturello-numérique ? La bataille sur la diversité culturelle revue et corrigée et ayant une portée beaucoup plus vaste car touchant pas seulement le production culturelle traditionnelle mais TOUTE la production culturelle, professionnelle, sociale et personnelle de tous les membres de la société. Et quel poids aura le Québec face à des géants comme les USA, l’Europe et la Chine ? René prétend, avec raison, que le Québec occupe une position stratégique, un créneau que nous pourrions occuper si nous ne dormions pas collectivement au gaz comme c’est la cas présentement.

Géographiquement le Québec occupe, d’une part, une place stratégique pour la transmission de données par fibre optique, Il est sur le chemin le plus court pour relier l’Europe et la Chine, donc en mesure de profiter des retombées potentielles de l’installation d’une autoroute à méga-débit, un peu comme le PC1-Cable (PC pour Pacific Crossing et à 640 Gigabits/seconde) qui relie actuellement le réseau WIDE Internet (Widely Integrated Distributed Environment) au Japon au réseau américain Abilene (Advanced Networking for Learning-edge Research and Education) du projet nommé ambitieusement Internet2.

Le Québec pourrait profiter de ce nouvel Internet qui se met en place aux USA et au Japon, certes mais aussi en Europe avec le Projet DANTE (Delivery of Advanced Network Technology to Europe) et son réseau GÉANT2 mais aussi en Chine avec CERNET2 (China Education and Research Network). À la croisée des chemins numériques et virtuels, le Québec pourrait se tailler une place de choix, tant au point de vue économique, technologique que politique et socio-culturel.

L’urgence pour nos gouvernements locaux est d’investir au plus vite dans les infrastructures du futur et non seulement dans celles du présent. Imaginez seulement ce que le réseau GÉANT2 a pu réaliser pour le CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire) et le projet EGEE (Réalisation de grilles pour la science en ligne) :

«Au cours du mois d’avril 2006, la Grille a en effet été utilisée dans la lutte contre le virus mortel H5N1 de la grippe aviaire. Grâce à l’infrastructure de grille du projet EGEE, six laboratoires en Europe et en Asie ont analysé 300 000 composants de médicaments potentiels pour le traitement de la maladie. Cette recherche, menée sur 2 000 ordinateurs dans le monde entier avec l’aide d’un logiciel développé au CERN, a permis d’identifier et de classer les composés chimiques les mieux à même d’inhiber l’enzyme N1 du virus. En un mois, la collaboration est parvenue à traiter autant de données qu’un seul ordinateur en 100 ans».

C’est donc l’utilisation en réseau ultra-rapide du potentiel des ordinateurs de la planète, ce que l’on nomme le «Grid Computing» mais ces «grilles« seront bientôt remplacées par un nuage… Le «Cloud Computing», soit la possibilité de transférer dans le nuage Internet, l’ensemble des données et applications de la planète, le sujet de l’heure et dont j’ai traité en détails ICI.

Lors de mon récent passage à San Francisco, pour le conférence Web 2.0 Expo, j’avais relaté l’entrevue entre Tim O’Reilly et Jonathan Schwartz, président et CEO de Sun Microsystems, dont voici un extrait :

«Arrivé avec quelques minutes de retard, je comprends que la conversation va dans les deux sens, que le CEO a parlé avec beaucoup de ferveur de MySQL et que O’Reilly prend beaucoup de place. Il tente d’amener Schwartz sur ses terrains de prédilection soit le «Cloud Computing», et «The Internet as the OS», part dans de longues réflexions alors que Schwartz attend patiemment qu’il lui redonne la parole par une question…

La conversation prend une tournure très intéressante quand Schwartz finit par aborder innocemment le sujet des données et surtout les méga-entrepôts de données. Il lance une des meilleures citations de la conférence :« If the network is the computer, data is the currency»…Et fait surprenant, il ouvre la porte verte… En effet, selon lui, Sun Microsystems se doit d’être «power efficient» dans son offre de serveurs et que la nouvelle gamme ira en ce sens avec comme objectif de couper leur consommation d’électricité du cinquième.

Comme Sun est un des grands fournisseurs de serveurs, ses clients sont les propriétaires des entrepôts de données, les Google, Microsoft et maintenant Amazon et SalesForce. Selon le CEO, ces derniers ne devront pas seulement avoir des serveurs moins gourmands en électricité mais aussi avoir des entrepôts-containers… Et dans cette partie, Sun ne veut pas être uniquement un fournisseur d’infrastructure. Elle veut jouer à armes égales et aussi avoir ses propres entrepôts, lui donnant ainsi un avantage concurrentiel…

Ce qu’il veut dire par entrepôts-containers, c’est que Sun, Google et les autres doivent penser à des entrepôts mobiles, qui peuvent suivre les sources d’énergie. Encore plus intéressant, il en est arrivé à parler des entrepôts situés dans des endroits où on réchauffe les équipements au lieu de les climatiser. De l’antigel au lieu de l’air climatisé… Et aussi en arriver à les automatiser complètement. Un peu comme les postes et les centrales hydroélectriques qui sont opérés à distance… En ce sens, certains joueurs comme Microsoft planifient l’installation d’entrepôts en Sibérie

Vous voyez les opportunités ici, entre autres, pour l’économie québécoise. En effet, le Québec est un pays nordique et théoriquement assez froid. Il a une source inépuisable d’énergie : l’eau. Et il a des infrastructures industrielles à recycler dont des alumineries, idéales pour installer des méga-entrepôts de données puisque déjà équipées de l’infrastructure de transformation électrique. Vous imaginez pour l’économie de Shawinnigan ? Ou de Jonquière, ou de Baie-Comeau ? Le gouvernement et l’entreprise privée devraient comprendre et exploiter ce nouvel atout…

Cela me fait penser à ce qu’écrit Nicholas Carr dans son bouquin «The Big Switch», sur le fait que les compagnies comme Google sont en train de devenir des nouvelles «Utilities». Les précédentes fournissent de l’énergie. Les prochaines fourniront un nouveau service essentiel : l’Internet et nos données. Schwartz et Sun ont bien compris… «Free software and free ideas are the best way to reach the consumers». Une fois atteints et fidélisés, Sun peut se concentrer à faire son $$$ ailleurs soit en devenant un des joueurs majeurs de la «Data War» et aussi en vendant ses serveurs à Google, Amazon, et autres nouvelles «Utilities».

Ce que je ne savais pas alors, c’est que le gouvernement du Québec a justement refusé la permission à Google de venir s’installer au Québec… Il y a des sous-ministres qui pensent plus à ne pas faire de vagues jusqu’à leur retraite plutôt qu’à prendre des risques pour assurer le développement économique et technologique du Québec et ainsi assurer notre compétitivité sur la scène mondiale où se joue actuellement le grand positionnement technologique, la «Data War» dont je parlais…

Et pourtant, le Québec pourrait encore une fois tabler sur ses atouts traditionnels : sa situation géographique et son climat, ses ressources naturelles, plus particulièrement l’eau et l’hydroélectricité mais aussi la créativité de l’ensemble de sa population qui l’a longtemps placé au-devant de l’industrie du numérique, tant dans les entreprises du Web 1.0 avant l’éclatement de la Bulle, que maintenant avec l’industrie du jeu, celle du eCommerce et du Web 2.0 mais aussi du Web 3D avec des initiatives comme le Panoscope 360 de la SAT et de l’UdM, l’unité Métalab ou encore le programme TOT.

Car il faut comprendre, comme se tue à l’expliquer René Barsalo, que le futur du Québec n’est pas dans les technologies du Web 2.0 mais bien dans celles du Web 3.0 ou 3D et de ce que nous ferons des opportunités que nous offrent nouvel Internet et ses réseaux. Avoir sur son territoire, à la fois les meilleurs réseaux et les entrepôts qui feront partie du «Nuage Internet» est essentiel à notre développement en tant que société et il est urgent d’agir !!!

Cloud Computing LifeLogs NTIC Sécurité des données Web 3.0

HP ajoute sa pierre à la construction du Web 3.0 : Le memristor

5 mai 2008

Après la résistance, le condensateur et le solénoïde (resistor, capacitor et inductor en anglais), HP vient d’identifier l’identifiable, soit un quatrième composant passif fondamental de l’électronique : le Memristor, une appellation qui est la contraction de Memory Resistor. Ces recherches ont été réalisées par une équipe du laboratoire Information and Quantum Systems Lab d’HP placée sous la direction de Stanley Williams alors, qu’elle travaillait sur l’électronique moléculaire. Elles ont fait l’objet d’une publication dans le magazine scientifique Nature du 30 avril.

Cette découverte intervient 37 ans après que Léon Chua, un ingénieur à l’université de Berkeley en Californie ait postulé, en sa basant sur des raisons de symétrie, l’existence d’un tel composant. Il partait de l’idée qu’un tel composant jouerait un rôle similaire par rapport au flux magnétique et à la charge qu’une résistance par rapport à l’intensité électrique et la tension. En pratique, cela signifie que ce nouveau composant aurait une «mémoire» lui permettant de se rappeler des valeurs du courant après que celui-ci soit passé.

Cette «mémoire» électrique a des répercussions énormes en informatique, comme le note l’auteur de Science Blog : «This scientific advancement could make it possible to develop computer systems that have memories that do not forget, do not need to be booted up, consume far less power and associate information in a manner similar to that of the human brain».

 

Source : ITNews

Comme le mentionne Stanley Williams, la découverte des chercheurs de HP risque de donner un sérieux coup de pouce à Google, Microsoft, Amazon et autres joueurs qui se lancent actuellement dans le Cloud Computing et leurs essentiels méga-centres de serveurs de données.«By providing a mathematical model for the physics of a memristor, HP Labs has made it possible for engineers to develop integrated circuit designs that could dramatically improve the performance and energy efficiency of PCs and data centers».

Vous imaginez les économies réalisées, juste en temps de traitement et de récupération des données après une panne de serveurs ? Actuellement les ordinateurs se servent de leur DRAM pour ce faire (Dynamic Random Access Memory). La DRAM n’est pas capable de se «souvenir» de l’information en cas de panne. Une fois le courant rétabli à l’ordinateur équipé d’une DRAM, un lent et énergivore processus de récupération des données s’accomplit à partir de disques magnétiques. Le «re-boot» traditionnel.

Imaginez alors un ordinateur/serveur qui n’a pas besoin de «re-booter» et qui se souvient de toutes ses données instantanément. Des économies énormes en temps et en énergie qui pourraient bien servir des projets tels que Amazon et ses AWS… Et il y a d’autres applications possibles à cette découverte. Comme l’ordinateur est à même de se souvenir, cela ouvre encore plus grande la porte au Web sémantique avec des systèmes qui se souviennent et associent des séries d’événements ou de faits d’une façon semblable à celle du cerveau humain et ensuite proposent des choix.

On arrive, là encore aux LifeLogs et au système qui pourra gérer et interpréter ces montagnes de données mais aussi offrir les protections nécessaires quant à la sécurité de ces données, comme le mentionne Stanley Williams : «This could substantially improve today’s facial recognition technology, enable security and privacy features that recognize a complex set of biometric features of an authorized person to access personal information, or enable an appliance to learn from experience.»

Bienvenue au Web3.0 !

Communication interactive Entreprise 2.0 Événements Internet2 Web 3.0

Dieu le Père, les VC et le party…(1)

24 avril 2008

Habituellement, dans une conférence, les présentations spéciales ou «keynotes» ont lieu en début de journée et à la fin. Les gens de chez O’Reilly, qui organisent le Web2.0 Expo ont décidé de faire différent en les concentrant au début ou à la fin. Ainsi, hier, elles étaient concentrées à partir de 16h00. Et devinez qui a s’est amené pour débuter le festival ? Dieu le Père en personne… Je parle bien entendu de Tim O’Reilly. Ce dernier est venu parler des prochaines tendances.

Et ainsi, Dieu m’a donné sa bénédiction en identifiant les tendances suivantes : l’Entreprise 2.0 et le Cloud Computing. Sur les deux sujet, il n’a rien dit de bien nouveau. Ce qui m’a le plus frappé c’est la façon dont il a livré son discours. On aurait dit qu’il était là pour fouetter l’ardeur des 3 000 personnes et plus présentes dans la salle. Façon de leur remonter le moral face à une économie américains qui stagne, fait du sur place. Il a même lancé : «Do you really think we’re done yet?» Et la salle de répondre en choeur :«Nooooo, nooooooooooo!».

À ce stade, je me suis dit : j’assiste à une grande messe technologique à l’américaine . J’exagère ? Tim O’Reilly a terminé sa prestation en citant un poème de Rainer Maria Rilke, The Men Watching. Il l’a lu comme une prière et non par hasard, on y parle des anges. O’Reilly a parlé de l’importance de lutter avec les anges, d’avoir des buts démesurés bref, de faire une différence sur cette terre ! Et oui, il a parlé de «Inconvenient Truth» de Al Gore

Communication interactive OpenSocialWeb Réalité virtuelle Web 3.0

L’armée du futur est-elle mésadaptée au présent ?

14 avril 2008

Vous connaissez le principe du «Network Centric Warfare» ? Ou encore «Battlefield Internet» ? À ceux qui auront répondu des jeux vidéo, je dirai : Vous brûlez mais ce n’est pas tout-à-fait cela… C’est en fait l’application des jeux vidéo, des intranets, de l’Internet, de la connectivité à extrême haute vitesse et du «Grid Computing» au service de la stratégie militaire américaine. «Battlefield Internet», dont j’ai déjà parlé ICI, c’est la puissance d’un intranet global (armée, marine et aviation + services spéciaux) mis au service d’un nouveau concept de guerre chirurgicale et hautement technologique, soit le «Network Centric Warfare», dont Michel Cartier faisait état dans ses conférences.

Mais c’est bien plus que cela… Dans son édition de décembre 2007, le magazine Wired a consacré un reportage percutant sur les ratées de l’armée américaine en Irak et en Afghanistan ainsi qu’aux ratées de Tsahal au Liban et intitulé : «How Technology Almost Lost the War : In Iraq, the Critical Networks are Social». Selon l’auteur Noah Shachtman, ces ratées sont le fait et l’oeuvre du concept de NCW, un concept créé au début des années 1990 par Arthur Cebrowski et John Garstka, tous deux alors capitaines, un dans la marine et l’autre dans l’aviation.

Tous deux maniaques de nouvelles technologies, ils ont élaboré ce tout nouveau concept de guerre technologique avec soldats quasi-virtuels reliées par intranet à leur poste de commandement, lui-même relié à un centre des opérations. De même pour les véhicules, les tanks et ainsi de suite… Le concept a fait ses premières preuves lors de la guerre du Golfe. Vous vous souvenez la foudroyante avance dans le désert, les pertes énormes chez les Irakiens, les frappes chirurgicales ? Tout cela, c’est le résultat de leur théorie de guerre en réseau.

Le concept, on le voit, a eu du bon… Ils en concluaient que moins de soldats étaient nécessaires pour faire des plus vastes dommages à une armée ennemie et infliger moins de pertes chez les civils. En fait, ils parlaient d’une avancée historique dans le concept de la guerre. On aurait rien vu de tel depuis Napoléon !!! Rien de moins… Forts des résultats obtenus dans le désert du Koweït, les américains et surtout Georges Bush et Donald Rumsfeld en tête, ont décidé d’y mettre le paquet et de créer l’armée du futur. Investissement prévu : 230 milliards de dollars !!!

On a complètement revu les télécommunications, les serveurs et le stockage de données, fusionné les intranets inter-armes, branché les véhicules et les soldats. Mais ce n’est pas tout, on a amélioré les technologies de ciblage et de tir, les armes elles-mêmes, etc… Et finalement, par-dessus le tout, on a formé officiers et soldats à cette nouvelle réalité. Et c’est bien de parler de nouvelle réalité car toute la formation a été remaniée pour être donnée sous forme virtuelle, soit en simulation, soit en gaming ! Avec une population dont l’âge varie entre 18 et 25 ans, quoi d’autre ???

Bienvenue donc dans l’armée du futur. Une armée technologique, rapide, puissante, mobile mais pas nécessairement énorme en termes de nombre. De quoi se croire tout-puissants et ainsi jouer aux gendarmes du monde… Piège dans lequel sont tombés Bush et Rumsfeld. Et c’est reparti : Tout d’abord l’Afghanistan et ensuite l’Irak. Les choses ont été relativement bien dans la première phase de ces deux guerres. En fait tant que la guerre a été traditionnelle. Une guerre de mouvement où on cherche à détruire les forces de l’ennemi.

Mais là où cela ne va plus, c’est dans une guerre de résistance et de terrorisme alors qu’il faut occuper un large territoire avec peu de troupes. Dans pareil cas, rien ne faut une bonne vielle bombe artisanale ou un kamikaze, concepts historiques… Et comme dans l’histoire, les USA ont eu tendance à se protéger comme dans le Far-West où les soldats pas assez nombreux restaient dans leurs forts et faisaient des sorties punitives. Même chose d’ailleurs au Vietnam. Donc, le reportage montre que les USA sont en train d’apprendre que le NCW n’est pas une panacée et ne fonctionne pas dans de pareils cas. Ils apprennent à la dure n’ayant pas tiré de véritables leçons des guerres précédentes.

Ce qui fonctionne ? Le Web 2.0 voyons !!! Vous riez ? Sachez que les cours de simulation virtuelle portent maintenant sur les relations avec les Irakiens, sur les traditions, les us et coutumes, sur comment engager une conversation et comment se faire des amis… Bref, comment faire de «networking» avec la population afin de contrer les «insurgés», comment collaborer avec les élus locaux, «mettre les Irakiens de leur bord».

Pour ce faire, ils ont créé les HTT, pour Human Terrain Teams et ces derniers ont même des blogues !!! Et ils ont aussi engagé 150 «Social Scientists» qui seront «embeddés» dans 26 unités et qui travailleront sur les «Six Degrees of Separation». Ces derniers travailleront sur les contacts humains, certes, mais auront aussi à leur disposition des serveurs et logiciels sociaux… Déjà en socialisant avec la population locale, en entrant en contact sur des bases culturelles et sociales, la stratégie commence à payer et le nombre de morts et blessés est en baisse.

C’est un peu ce que voulait dire l’ambassadeur américain Robert Gates en parlant du manque de préparation des troupes de l’OTAN à cette nouvelle réalité. Je vous reviens sous peu avec un autre billet car il est beaucoup question ces temps-ci, de connectivité et d’Internet 2. Devinez quel est le réseau utilisé par l’armée américaine ???

Cloud Computing Identité numérique LifeLogs OpenSocialWeb Sécurité des données Web 3.0

Nicholas Carr à Québec : Google et l’ordinateur planétaire…

10 avril 2008

Intéressante conférence que celle à laquelle j’ai assisté ce matin, au Centre des congrès de Québec, lors du colloque international «Villes, régions et territoires innovants» organisé par le Cefrio et animé par Réal Jacob des HEC. Sur le podium, Nicholas Carr, l’auteur de livre «The Big Switch», un livre qui parle des intentions de Google de créer l’ordinateur planétaire, ce dernier s’alimentant de «l’Info Cloud» généré par des mégacentres de serveurs de données, les «Information Factories» décrites par Georges Gilder dans la revue Wired.

Dans sa présentation de ce matin, Carr a présenté une nouvelle photo du mégacentre de The Dalles en Orégon. La qualité de ma photo de la photo sur l’écran est moyenne mais je la remplace dès que j’accède à la présentation .ppt de la conférence. Les deux compères (Carr et Gilder) se connaissent bien car ils écrivent tous deux pour Wired à propos des nouvelles technologies et ont comme sujet de prédilection : Google.

J’avoue que je partage entièrement leurs propos, surtout après avoir entendu Nicholas, parler ce matin de l’origine de sa fascination pour les velléités hégémonistes de Google. Le principe de base de son bouquin est le suivant. Il fait une analogie entre l’électricité et l’informatique. Aux débuts de l’électrification, la propriété de cette source d’énergie était privée. Elle a graduellement glissé vers des grandes entreprises privées ou sociétés publiques, que les américains nomment les «Utilities». Ici, c’est Hydro-Québec.

Ce sont ces grandes entités qui fournissent maintenant à tous, la source d’énergie essentielle à notre confort et notre développement. Vous le voyez venir ? Même chose pour l’informatique. Elle résidait sur nos postes de travail (client-serveur). Le «Big Switch» c’est la glissade graduelle vers les services Web qui nous sont distribués et pour lesquels nous payons mensuellement. Les ordinateurs personnels sont en train de devenir des terminaux branchés sur des mégas-centres de serveurs de données et/ou applications. De là, la possibilité du «One Laptop Per Child» ou encore du Air mais on va bientôt faire encore plus petit et portable…

Pour l’instant, plusieurs joueurs se font la lutte pour le contrôle de l’information mondiale et donc, de vos données. Un thème que j’ai souvent abordé dont ICI et qui devient de plus en plus sensible : l’identité numérique, le «Digital Divide», la portabilité des données, la sécurité des données, la neutralité du Net, la Charte des droits des utilisateurs, les ePortfolios et les «LifeLogs». Tous des sujets d’actualité et qui découlent de cette lutte que se livrent actuellement Google, Microsoft et aussi Amazon et qui font la manchette.

Ce qui fait moins la manchette, c’est comment ces géants pourront trouver la bande passante nécessaire pour être capables d’alimenter leurs clients. J’ai déjà écrit sur Internet2 , son existence et ses capacités. On sait que Google s’est positionné pour être en mesure de l’intégrer le plus rapidement possible. Pour l’instant, comme du temps d’ARPANET, il est réservé aux militaires, aux universitaires et scientifiques. Le Times of India vient lui aussi d’y faire écho. Et que dire des récents évènements entourant la lutte entre Google et Microsoft pour le contrôle de Yahoo. Encore là, ce n’est pas joué pour Microsoft.

[youtube IfbOyw3CT6A]

Nous vivons des moments déterminants que certains, comme Ray Kurzweil, nomment «The Singularity», un temps dans l’histoire où tout va basculer et faire prendre à l’humanité et la planète une nouvelle direction. Et il y a, comme toujours, les optimistes comme Kurzweil qui s’y préparent comme pour la venue d’extra-terrestres et les autres qui croient que «la Matrice» nous attend derrière cette singularité de l’histoire. Une belle journée à Québec non ?

Cloud Computing Communication interactive Événements LifeLogs NTIC Réalité virtuelle Web 3.0

De Nicholas Carr à Ray Kurzweil : «The Machine is Us» !

15 mars 2008

Le 9 janvier dernier, j’écrivais un billet sur ce blogue où je référais à un article, The Data Wars, paru dans le magazine Wired du mois de janvier 2008. En fait, je relatais le prénomène du «Scraping des données».

Une bonne façon d’introduire le prochain sujet, soit une courte entrevue avec Nicholas Carr, auteur du livre «The Big Switch- Rewiring the world, from Edison to Google».Ce titre dit tout… Sur les intentions de la firme de Mountain View. L’article de Wired est intitulé, lui, «Do you trust Google?» Et la réponse de Carr est sans appel : Non !

Il y parle des méga-entrepôts de données, des ordinateurs personnels qui vont devenir des terminaux, que Eric Schmidt et Google vont finalement réaliser le rêve de Sun Microsystems : «The network IS the computer». Un seul ordinateur mondial relié aux méga-centres de données et qui créent un «data cloud». Et je rajoute VOUS et vos données, «scrapées» et regroupées dans des carnets de vie, les fameux LifeLogs. Ces derniers, accessibles de cet ordinateur unique par des terminaux tout d’abord bien réels mais ensuite…

Le méga-entrepôt de serveurs de Google à The Dalles en Orégon

Et Carr y va de deux phrases terrifiantes :«Welcome to Google Earth. A bunch of bright computer scientists and AI experts in Silicon Valley are not only rewiring our computers, they’re dictating the future terms of our culture» et «We’re transferring our intelligence into the machine and the machine is transferring it’s way of thinking into us».Vous trouvez qu’il va loin ?
[youtube IfbOyw3CT6A&hl]

Voyez plutôt ce qu’en dit Ray Kurzweil dans un exposé donné à la conférence TED… Il se rend jusqu’en 2029 et là, attachez vos tuques!!! Il parle de fusion entre l’humain et les les nano-machines de la disparition de l’ordinateur traditionnel, d’intelligence artificielle, de cerveau aidé par des nano-robots et pouvant passer de l’univers réel aux univers virtuels !!!

Qui est ce monsieur ? Voyez ce qu’en dit Wikipedia… Tout cela pour dire que notre ami Carr, sera parmi nous les 9 et 10 avril prochains. En fait, il sera conférencier à un colloque international du CEFRIO à Québec sur le thème : «Comment favoriser le développement des villes et des régions du Québec ?». Il y parlera de «La révolution Web et le développement de nos sociétés : une histoire qui débute à peine !». Je ne sais pas pour vous mais moi je m’inscris…