Résultats de Recherche :

pourquoi bloguer 2007

Communication interactive Entreprise 2.0 Études Internet Ideagoras Intranet Web 3.0

L’entreprise 2.0, dans tous ses états en 2009 ?

25 mai 2009

Le premier bouquin collectif que j’ai commis et 2004, avec la complicité de Michel Germain et huit autres auteurs s’intitulait :«L’intranet dans tous ses états» et visait à dresser alors, le portrait de l’évolution fulgurante de cet outil de communication technologique, né presque dix ans plus tôt, des officines des départements Si/Ti des grandes entreprises et ministères gouvernementaux. L’intranet 1.0 a vécu, prospéré puis décliné.

En 2005, on a commencé à entendre parler de Web 2.0, de collaboration et de wikis… Dans les milieux spécialisés de l’intranet de l’entreprise, on parlait toujours d’optimisation de l’engin de recherche, d’installation de portails d’entreprise, de personnalisation, de CMS et de Single Sing On… Mais aussi d’intégration des trois Nets soit l’Internet, l’intranet et les extranets…Ce fut donc le sujet du second bouquin collectif, avec en sous titre : nouvelle dynamique d’entreprise.

Puis sont venues 2006 et 2007, les années de percée mondiale du Web 2.0. En 2007, surtout, la prise de conscience que ce phénomène ne serait pas passager et allait affecter aussi bien le Web public que le Web d’entreprise. C’est alors que nous avons mis sur pied webcom-Montréal et publié le troisième bouquin collectif :«Pourquoi bloguer dans un contexte d’affaires».

Toutes les firmes de vigie technologique le disaient, de Gartner à Forrester : 2008-2009 devaient être  les années fastes pour l’intégration des stratégies et technologies du Web 2.0 en entreprise, ce qu’on a alors nommé l’entreprise 2.0. Il n’en a pas été ainsi, crise économique oblige, même si certains avaient pris un bon départ avant qu’elle ne frappe. Qui ? Les USA bien entendu mais aussi la France et l’Angleterre. Comme je l’ai dit dans des billets précédents, la Canada a perdu l’avance ou du moins sa place au cours des dernières années, surtout ici au Québec.

Alors que nous réserve la deuxième moitié de 2009 et surtout 2010 ?

Ce questionnement vient tout droit de mes derniers billets qui montrent une adoption plus lente que prévue et surtout une poussée marquée de la vidéo et du crowdsourcing, et non comme on le croit, des réseaux sociaux et du micro-blogging. Tout droit aussi d’un billet écrit par Dion Hinchcliffe et d’une table ronde en Web télé sur l’intranet réalisée en France par TechToc.TV et mettant en scène mes vieux amis Michel Germain et Vincent Berthelot.

D’une part, Hinchcliffe part de la même étude qui m’a servi à publier deux des billets de la dernière semaine et ses conclusions, loin d’être contraires aux miennes, sont interprétées différemment. Mais pour faire une histoire courte, il clame haut et fort que 2009, sera l’année du «grand virage» et ainsi il intitule son billet paru récemment sur ZDNet :«The year of the Shifit to Enterprise 2.0».

Et que dit-il essentiellement ?

# Nearly one in two businesses will make use of Enterprise 2.0 software in 2009.
# Business use of social networking has rough parity with personal use, while a quarter of people are not planning to use the tools at all.
# Concerns about the security issues with social computing is high, around 80%.

# At least 50 percent of organizations will use wikis as important work collaboration toos in 2009.
# Management of content types like SMS/text messages, blogs and wikis are largely off the corporate radar in 75% of organizations.

Dans mes titres, j’ai été moins catégorique car tout en notant la percée de la vidéo et du Crowdsourcing mais aussi la persistante utilisation des wikis comme outils de collaboration en train de remplacer le courriel, j’ai aussi noté que les entreprises demeuraient très attachées à leurs pratiques 1.0, surtout chez les professionnels des Si/Ti, ce que ne relève pas Hinchcliffe, pourtant un ardent défenseur des SaaS et du Cloud Computing, qui, à mon avis, sont la future base technologique de l’entreprise 2.0.

Donc, je ne partage pas l’enthousiasme de Hinchcliffe sur la grande percée en 2009. Je la vois plus en 2010, avec la reprise économique mais aussi et surtout avec une maitrise plus grande aussi bien de l’oeuvre que de l’ouvrage. Nous n’en sommes qu’au début des meilleures pratiques en entreprise et aussi aux premières études de cas. Et surtout, peu de RSI

Donc, l’entreprise est-elle 2.0 ou 1.0 ? Son intranet est-il toujours 1.0 ?

Ce qui m’amène à la récente table ronde de TechToc.TV intitulée :«Qu’est-ce qui justifie le passage de l’Intranet 1.0 au 2.0 ?». D’entrée de jeu, Michel Germain a essayé de faire la différence en un intranet et l’entreprise elle-même ou du moins, c’est ce que je crois car il a insisté sur l’intranet et non l’entreprise. Pour lui, un intranet 1.0 est un intranet informationnel et surtout qui souffre d’une recherche déficiente et d’une infobésité chronique. À ce titre, il se réfère au graphique de Gartner sur les phases de développement de l’intranet :

Il pose ensuite comme comme postulat que l’intranet 2.0 pose ses assises sur la collaboration, la personnalisation et une meilleure recherche, donc beaucoup dans la phase 2 du graphique. Dans ce contexte, je le comprends de parler alors d’intranet 2.0. Par contre, vous voyez que j’identifie l’entreprise 2.0 dans les phases 3 et 4 du graphique.

Vincent, pour sa part, amalgame intranet 2.0 et entreprise 2.0, soit l’implantation d’une nouvelle stratégie collaborative, sociale et manégériale en entreprise, basée sur une nouvelle gamme d’outils issus du Web 2.0 et qui vont des blogues au réseaux sociaux en passant par les wikis, fils RSS, idéagoras, Web télé etc. Bref, voici le teneur de leurs propos recueillis par Frédéric Bascunana, le maitre de plateau. En passant, il n’y a qu’en France et aux USA où on peut avoir ce genre de site avec une programmation 2.0. À quand au Québec Christian ?

Grande différence d’approche de l’intranet 2.0. mais l’approche de l’ami Vincent a plus d’échos de ce côté de l’Atlantique. J’en veux pour preuve le travail de l’ami Chris McGrath avec sa suite logicielle Web 2.0. Voyez comment il la positionnait jusqu’à tout récemment :

En terminant, je tiens à vous souligner le fait que nous serons, Michelle Blanc et moi-même sur le plateau de TechTocTV afin de discuter :«Entreprise et marketing 2.0 état des lieux entre le Quebec et la France». Nous enregistrerons le 6 juin.

Publications, conférences et clients

31 octobre 2008

Ouvrages collectifs

intranetetats troisnets
L’intranet dans tous ses états
Editions Isabelle Quentin, 2004 Pour plus d’informations
Pour plus d’informations
Pourquoi
Pourquoi bloguer dans un contexte d’affaires
Editions Isabelle Quentin, 2007
Pour plus d’informations
Le Guide des Tendances 2009
Éditions Isabelle Quentin, 2009
Pour plus d’informations

Conférences publiques
Intracom 1999, 2000, 2002, 2005
Intracom Paris 2002-2005
Rencontre internationale des responsables intranet – Paris 2003-2008-2009
Symposium Interdoc 2002, 2004
UserGroup Red Dot – New York 2005
webcom-Montréal 2006-2008-2012
Tournée «Pourquoi bloguer» – Bordeaux 2008
Tournée «Pourquoi bloguer» – Lille 2009
Fédération des chambres de commerce 2009
Institut Canadien 2009-2010
Grands Communicateurs 2010
KMWorld $ Intranets – Washington 2011
Association de la construction du Québec 2011
Association des communicateurs municipaux du Québec 2011
Gouvcamp-Paris 2012
La matinée verte de l’entrepreneurship – Montréal 2014
La Semaine Digitale – Bordeaux 2013

claudeSD

Conférences en entreprise

Via Rail, SAQ, Loto-Québec, Cascades, Groupe Canam, Bombardier, MSSS, SAAQ, RRQ, Danone,  Université Laval, Inalco, LaCapitale, etc.

Nos plus récentes conférences disponibles sur SlideShare

slmemo

Clients récents (refontes intranet)
SAQ, Groupe Canam, CSST

 

Me connaitre

31 octobre 2008

 

Bonjour à tous et toutes !

J’ai été le fondateur et ex-président de l’Association des professionnels en intranet (API). C’est à ce titre que j’ai aussi créé et travaillé de 1999 à 2005 à l’essor d’Intracom, première conférence internationale sur les intranets au monde. C’est aussi à ce titre que j’ai établi en 2002 les bases d’une coopération intranet Québec-France avec entre autres comme résultante, deux ouvrages collectifs soit: L’intranet dans tous ses états et L’intégration des 3Nets et une collaboration à une vaste étude annuelle sur les intranets soit l’Observatoire Intranet. Le troisième ouvrage collectif Pourquoi bloguer dans un contexte d’affaires, regroupant dix blogueurs québécois émérites, viendra plus tard en 2007. (Voir Publications, conférences et clients)

Jusqu’en 2014, j’ai été Président d’ÉmergenceWeb, firme spécialisée en communication interactive et gestion de la connaissance, qui conseillait de nombreux clients corporatifs au Québec et en France sur l’intégration des technologies du Web 2.0 en entreprise, ce que l’on nomme l’Entreprise 2.0 ou entreprise sociale. J’ai travaillé avec de nombreuses grandes entreprises et organisations telles que la SAQ, le Groupe Canam, Bombardier, Vidéotron, Cascades, la RRQ, la SAAQ, la CSST, l’ACQ, la FCCQ, etc.

Depuis 2014, je suis consultant en communication interactive et stratégies d’affaires numériques (BtoC, BtoB, BtoE), aussi bien pour les entreprises que les grandes organisations publiques ou parapubliques, je les conseille sur l’impact du numérique sur la société et ses répercussions sur les entreprises et les organisations et sur les meilleures stratégies à adopter pour s’y adapter (eTransformation).

Je les conseille également sur les moyens à prendre pour favoriser la littératie numérique, ce qui implique gestion du changement et formation. Je fais également de la pratique en gérant blogues, médias et réseaux sociaux de plusieurs entreprises et organismes. J’en blogue à www.emergenceweb/blog.  à http://www.huffingtonpost.com/claude-malaison/ et http://exob2b.com/blogue-marketing-b2b/

LES CONFÉRENCES

Aussi, de 1999 à 2005, j’ai fondé et co-organisé la conférence Intracom, première conférence internationale sur les intranets aussi bien à Montréal qu’à Paris.

Puis, de 2006 à 2012 j’ai été directeur de la programmation de la conférence internationale webcom-Montréal, ainsi que des conférences webcom-Québec et de la Boule de Cristal.

Lors du webcom-Montréal de novembre 2011, on m’a remis le Prix Cartier. Ce dernier vient reconnaître l’apport exceptionnel de ses récipiendaires à l’avancement des nouvelles technologies de l’information et des communications (NTIC) ainsi que dans la promotion de la cause d’un Québec numérique fort.

Ces prix viennent aussi reconnaître l’influence et le leadership exceptionnels que ces personnes ont exercé au sein même de leur communauté. C’est donc dans cette continuité que j’ai été un des initiateurs du groupe des 13  Étonnés, militant pour une stratégie numérique pour le Québec.

https://plannumeriquequebec.org/2012/11/22/le-numerique/

En 2013,  j’ai aussi été appelé par les autorités de Bordeaux en France à participer à l’organisation de la troisième édition de la Semaine Digitale incluant deux délégations québécoises.

Je suis aussi chargé de cours en Communication interactive en entreprise à l’Université de Montréal. Je donne de nombreuses conférences publiques au Québec, en France et aux USA, des conférences en entreprise et en milieu universitaire. En voici trois exemples:

Conférence aux Grands Communicateurs en mars 2010 :

TOILE

Entrevue à TechTocTV à Paris en 2009 :

techtoc

Entrevue à Bordeaux en tournée de conférences en 2008 :


Business et web 2.0 : bloguer dans un contexte… par aec

 

Cloud Computing Communication interactive Entreprise 2.0 Événements Identité numérique Internet2

Bon anniversaire Google ! (en retard…)

30 septembre 2008

Eh oui, c’était il y a quelques jours, le dixième anniversaire de ma compagnie préférée. Alors bon anniversaire Google ! Pour l’occasion, l’entreprise de Mountain View a eu l’idée sympa de faire un peu comme nous avions fait avec «Pourquoi bloguer dans un contexte d’affaires» afin de souligner les dix ans des blogues : réunir dix auteurs et leur demander de se commettre dans un texte. La commande de Google était fort simple : demander à ces auteurs d’extrapoler sur ce que sera le futur du Web en dix tendances.

L’exercice est intéressant mais contrairement au nôtre, ils ont limité les auteurs à des billets de blogue, somme toute assez courts. Le choix des auteurs est aussi intéressant mais surtout, j’aime bien les sujets choisis et le résultat final, publié sur le blogue officiel de Google le 25 septembre dernier. Tout d’abord, la brochette d’auteurs et leurs sujets :

1- Vint Cerf  – Introduction portant sur l’intégration du Web à la vie de tous les jours
2- Larry Brilliant – Le web et la santé
3- Bill Weihl – Le Web et l’environnement
4- Hal Varian – Le Web des données
5- Andy Rubin – Le Web mobile
6- Alfred Spector – Le «nuage» intelligent
7- Chad Hurley (tiens, YouTube) – Le Web vidéo
8- Joe Kraus – Le Web social
9- Susan Wojcicki – Le Web publicitaire
10- Marissa Mayer – La recherche Web

Point n’est besoin de vous mentionner quels sujets ont particulièrement attiré mon attention… Oui ? Je dois le mentionner ? OK alors…   J’ai particulièrement apprécié les billets de Hal Varian sur le Web des données et celui d’Alfred Spector sur le «nuage intelligent». Pas de surprises donc car deux de mes sujets favoris.

Du billet de Varian, retenez ceci et c’est capital pour tous ceux qui sont intéressés par l’Entreprise 2.0 :

«A decade ago, only the big multinational corporations could afford systems to allow for international calling, videoconferencing, and document sharing. Now startups with a handful of people can use voice over IP, video, wikis and Google Docs to share information. These technological advances have led to the rise of “micro multinationals” which can leverage creativity and talent across the globe. Even tiny companies can now have a worldwide reach.»

C’est donc dire que finalement, les PME vont prendre le train du Web 2.0. Encore une fois, je tiens à tempérer ses ardeurs. Ces lignes ont été écrites avant la crise financière actuelle. La tendance risque donc de nous frapper ici à plus long terme. Toutefois, je suis d’accord avec ceux et celles qui disent que cette crise est source d’opportunités. Du moins pour des PME audacieuses comme DessinsDrummond, gagnante de prix internationaux pour son travail avec l’amie Michelle Blanc. D’ailleurs ne manquez pas leur présentation au prochain webcom-Montréal le 12 novembre.

Donc, Google voit dans les PME une nouvelle part de marché intéressante et avec raison selon Hal Varian :

«These changes will have a profound effect on the global economy. According to the U.S. Small Business Administration, “small businesses represent 99.7 percent of all firms, they create more than half of the private nonfarm gross domestic product, and they create 60 to 80 percent of the net new jobs.” Information technology has already had a huge effect on the productivity of large businesses, but the benefits from “trickle down productivity” may be even more significant.»

Même chose ici au Québec. La PME est LE véritable moteur de l’économie et doit pour rester compétitive et créer des emplois, faire passer ses technologies au Web 2.0 mais aussi sa gestion, ses communications et l’approche de ses ressources humaines. Et bonne nouvelle pour tous les experts et consultants sur le Web selon Varian  :

  • Today, only the largest companies can afford to hire consultants and experts. In the future, even small companies will be able to purchase on-demand expertise and other services via the Internet.
  • Today, marketing intelligence are costly reports describing data many months or years old. In the future, small businesses will have access to real-time data on market conditions.

Et vive les blogues d’expertise !

Et comme de plus en plus  d’entreprises et de personnes vont utiliser le Web et y générer des «térabits» de données, plus le Web aura besoin de gérer ces données, de les entreposer mais aussi de proposer aux individus et entreprises, des suites logicielles et d’applications qui quitteront ainsi l’ordinateur traditionnel. Ce dernier deviendra un terminal branché sur un «nuage Web» ou ordinateur central planétaire : le Cloud Computing». Et l’ordinateur ainsi libéré rapetissera et sera entièrement mobile ou intégré aux objets usuels.

Je pourrais ainsi continuer pour des paragraphes mais je vous laisse sur deux citations, l’une de Alfred Spector :

«In coming years, computer processing, storage, and networking capabilities will continue up the steeply exponential curve they have followed for the past few decades. By 2019, parallel-processing computer clusters will be 50 to 100 times more powerful in most respects. Computer programs, more of them web-based, will evolve to take advantage of this newfound power, and Internet usage will also grow: more people online, doing more things, using more advanced and responsive applications. By any metric, the “cloud” of computational resources and online data and content will grow very rapidly for a long time.»

Et celle-ci d’Andy Rubin :

«There are currently about 3.2 billion mobile subscribers in the world, and that number is expected to grow by at least a billion in the next few years. Today, mobile phones are more prevalent than cars (about 800 million registered vehicles in the world) and credit cards (only 1.4 billion of those). While it took 100 years for landline phones to spread to more than 80% of the countries in the world, their wireless descendants did it in 16. And fewer teens are wearing watches now because they use their phones to tell time instead (somewhere Chester Gould is wondering how he got it backwards). So it’s safe to say that the mobile phone may be the most prolific consumer product ever invented.

However, have you ever considered just exactly how powerful these ubiquitous devices are? The phone that you have in your pocket, pack, or handbag is probably ten times more powerful than the PC you had on your desk only 8 or 9 years ago (assuming you even had a PC; most mobile users never have). It has a range of sensors that would do a martian lander proud: a clock, power sensor (how low is that battery?), thermometer (because batteries charge poorly at low temperatures), and light meter (to determine screen backlighting) on the more basic phones; a location sensor, accelerometer (detects vector and velocity of motion), and maybe even a compass on more advanced ones. And most importantly, it is by its very nature always connected.»

Et vous, qu’en pensez-vous ? Pour moi, je ne tiens plus en place, vite mon gPhone !!!

Communication interactive Événements Identité numérique

Une soirée avec Isabelle Juppé et les femmes digitales

1 juillet 2008

Hier soir avait lieu à la librairie Olivieri, à Montréal, la suite de notre conversation publique amorcée quelques semaines plus tôt à Bordeaux avec Isabelle Juppé. Une conversation axée sur nos livres respectifs, soit «La femme digitale» et «Pourquoi bloguer dans un contexte d’affaires». Mais contrairement à la librairie Mollat à Bordeaux, il n’y avait pas qu’Isabelle, Philippe Martin et moi dans cette conversation. En effet, pour l’occasion, deux autres auteurs de notre Collectif étaient sur les lieux, soit Martin Lessard et Mario Asselin. Si Michelle Blanc n’avait pas été en convalescence, je suis certain qu’elle aurait aussi été du groupe.

Photo : Isabelle Lopez

Isabelle a parlé de son livre, de sa découverte des technologies et du Québec, de sa préoccupation quant à la question (cruciale) de l’identité numérique, de la place des femmes dans les nouvelles technologies et répondu à des questions très québécoises dont une sur l’emploi du mot «digital» qui est un mot anglais. À cela, elle a répondu candidement que «digital», est moins froid que numérique (01-01-01-01) que le mot implique le contact des doigts avec le clavier (le quotidien du blogueur) et que c’est aussi une plante contenant une forme de poison, qui peut s’avérer très attirante, mais aussi source de dangers… Et nous d’y aller du pourquoi de nos chapitres respectifs et du pourquoi du «Pourquoi bloguer», soit un clin d’oeil au dixième anniversaire du blogue en 2007.

Cocktail sur terrasse après la conférence. On remarque Martin Lessard et Philippe Martin (de dos)

Dix ans, dix blogueurs pour répondre à une question qui m’était souvent posée par des dirigeants d’entreprise :«Pourquoi je bloguerais ?». Le choix des auteurs (neuf hommes et une femme) a été le catalyseur d’une future initiative de blogueuses québécoises. Je m’explique : Philippe et moi avions demandé à Isabelle s’il était possible d’organiser une «Yulbouffe» à l’occasion de son passage à Montréal, un évènement que nous organisons habituellement quand une personnalité de la blogosphère visite Montréal. En plus d’acquiescer à notre demande, elle nous a demandé d’inviter à sa conférence des femmes «digitales» québécoises de notre «réseau».

Chose demandée, chose organisée et hier soir, donc, elles étaient une douzaine sur la trentaine que nous avions invitées, à assister à la conversation mais aussi à participer activement. Donc, la fameuse initiative a pris son envol d’une question posée par Muriel Ide. »Pourquoi une seule femme dans le Collectif «Pourquoi bloguer ?» Nous avons répondu à cette question mais les blogueuses présentes ont soudainement réalisé qu’elles pouvaient peut-être y aller de leurs propres réponses. De là, un mouvement spontané, lors du cocktail qui a suivi.

Un mouvement qui va donner un nouveau livre sur les blogues, écrit par neuf femmes et un homme avec une préface rédigée par Isabelle Juppé. Les auteures seront : Michelle Sullivan, Isabelle Lopez, Kim Vallée, Aurélie Ponton, Kim Auclair, Renée Wathelet, Muriel Ide, Nathalie Rivard et Marie-Louise Gariépy. Reste à trouver l’Homme…

Photo Claude Malaison

Une soirée mémorable donc, qui a débouché sur de nouveaux horizons mais qui a aussi permis à toutes et tous de constater qu’Isabelle Juppé est une femme à la personnalité attachante, comme le mentionne Mario Asselin sur son blogue : «On peut parler d’une présence généreuse de Mme Juppé, très accessible et prenant plaisir à livrer le fond de sa pensée sur les composantes de la révolution numérique en train de se faire.». En fait, Isabelle a été d’une grande disponibilité et a fait preuve d’une grande écoute.

Photo Isabelle Lopez

Elle a été de toutes les conversations en compagnie de la plus âgée de ses deux filles Charline, charmante également. Elle nous a quitté en fin de soirée avec devant elle un agenda fort chargé car elle rejoint dès aujourd’hui son mari et maire de Bordeaux Alain Juppé pour les festivités du 400e de la ville de Québec. Petite confidence : Les deux ont prévu une petite escapade au Québec : Rien de moins qu’une randonnée en vélo Québec-Montréal par le Chemin du Roy… Plus démocratique et athlétique que le Général en 1967… En route, ils feront un arrêt chez deux amis, Claude et Hélène, propriétaires de la Maison Deschambault.

Souhaitons-leur du soleil et pas trop de vent de face.

Communication interactive Entreprise 2.0 Événements Identité numérique OpenSocialWeb

Des statistiques, des livres et des événements…

31 mars 2008

Le copain Éric Baillargeon est un spécialiste du rayonnement Web et à ce titre, vient de publier les plus récentes statistiques de Facebook, illustrant des augmentations marquées depuis la mise en disponibilité des versions française et espagnole. Et puisqu’il est question de Facebook, je vous écris quelques mots sur la sortie imminente d’un bouquin français d’Éric Delcroix sur la plate-forme de mise en relation sociale, intitulé «Facebook, on s’y retrouve», un genre de «Facebook pour les nuls».

Pour en revenir à Éric Baillargeon, j’aime bien tes tableaux statistiques qu’il publie régulièrement; ils parlent…

Mais pas autant que des conférenciers en chair et en os. Cette ellipse pour vous indiquer que la saison printanière des conférences 2.0 est bien amorcée que que nous aurons droit à un grand cru en ce printemps tardif 2008… Il y aura bien sûr, les conférences organisées par O’Reilly, dont Web 2.0Expo en avril à San Francisco, ainsi que l’Entreprise 2.0 en juin à Boston. Il y aura aussi le Data Sharing Sunmmit en mai à Mountain View… Ça ne vous dit rien cette ville ? Le siège social de Google, vous pigez ? Data sharing-Google, un match parfait !

Ici au Québec, beaucoup d’action ! Le colloque international du Cefrio qui abordera vaguement le thème les 9 et 10 avril à Québec, surtout lors de la conférence attendue de Nicholas Carr, auteur du livre «The Big Switch». Toujours à Québec, il y aura Intracom à la fin avril et surtout le congrès annuel de l’ACFAS, du 5 au 9 mai. Pourquoi je parle de l’ACFAS ? Habituellement l’Association francophone pour le savoir ne fait pas dans le Web.

Pourtant, cette année, j’ai déniché avec l’aide de l’ami Xavier Aucompte, le colloque no. 435 intitulé : Web participatif : mutation de la communication ? Un colloque organisé par Serge Proulx et Florence Millerand de l’UQAM. Y feront apparition une foule d’universitaires dont plusieurs de France, ce qui a fait dire à Xavier qu’il n’avait jamais vu autant de profs. français dans une même conférence. Ce doit être le 400e…

Pendant ce temps à Montréal… Deux conférences de haut niveau. Je parle bien entendu de webcom-Montréal et le webcamp gratuit qui vient avec. C’est la plus importante journée Web 2.0 et la moins chère au Canada, de loin plus internationale que Mesh 2008 à Toronto à la fin mai. Aura aussi lieu à Montréal au début avril une très importante conférence et c’est Serge Ravet de l’Institut européen pour le eLearning qui m’en a parlé puisqu’il en est le principal organisateur. Il s’agit de ePortfolio et identité numérique, une conférence pan-américaine et francophone qui se tiendra à l’Université Concordia du 5 au 7 mai 2008. Cette conférence est importante car elle traite du sujet de l’heure, soit l’identité numérique, sujet qui sera aussi à l’ordre du jour en Californie au Data Sharing Summit mais aussi à webcom-Montréal, édition du 12 novembre prochain. De cela, je vous reparle…

En attendant il y a aussi l’Europe et surtout la France… Je vous ai parlé des prix Intrablog. Ces derniers seront remis en juin au troisième TEC à Paris. Quelques jours plus tôt, aura lieu la rencontre annuelle des responsables de communication interne qui sera à forte saveur Entreprise 2.0 et où j’interviendrai, de même que l’ami Éric Blot. Et il y aura, bien sûr, les événements de Bordeaux et Marseille…

À Bordeaux, le 3 juin, nous interviendrons Philippe Martin et moi sur les blogues et le Web 2.0 lors d’un événement qui au départ se voulait une simple rencontre autour du livre «Pourquoi bloguer…» mais qui maintenant s’étendra sur une journée complète avec la participation d’Isabelle Juppé, auteure du livre «La femme digitale» et devant un parterre de décideurs d’entreprises et de collectivités, de Bordeaux et de la région Aquitaine.

À Marseille, l’ami Éric Herschkorn, co-auteur avec Patrick Barrabé du «Livre blanc Business Social Networking», est en train de mettre en place un événement justement sur le Business Social Networking, là aussi une journée, qui aura lieu le 5 juin. De tout cela, je vous bloguerai en direct.

Communication interactive Événements OpenSocialWeb

De l’efficacité des événements Facebook…

5 décembre 2007

Cela fait plusieurs mois, maintenant, que j’utilise le mini-application «Events» sur Facebook, Cette dernière est complémentaire de celle qui permet de créer des groupes. Ainsi, on forme un groupe, disons pour le livre «Pourquoi bloguer dans un contexte d’affaires» ou encore pour la conférence Webcom et à l’intérieur on se sert du lien «Create related event». Cela permet d’inviter amis et connaissances à l’événement organisé. Ces derniers ont le choix de confirmer leur présence, de refuser ou encore de dire peut-être…

Une fantastique application que celle-ci et qui permet de viraliser un événement et de transmettre de l’information et susciter la participation (ajout de commentaires, photos et vidéos). Tellement populaire sur Facebook que le principe a fait des petits sur Viadeo, entre autres. Mais l’application est-elle si efficace qu’il y paraît ? Cette question, je me la suis posée à la suite, justement de la dernière conférence webcom-Montréal et du lancement du Collectif «Pourquoi bloguer…» au Café Méliès, le 27 novembre dernier. En théorie donc…

Je dis en théorie car dans le cas du groupe créé pour la conférence webcom, ce dernier comprend 233 membres. L’événement créé pour le 14 novembre dernier a fait réagir 122 personnes, 64 confirmant leur présence et 58 disant que peut-être… Après vérifications avec le producteur de l’événement, 65% des 64 confirmations se sont effectivement inscrites et se sont présentées. Des peut-être, seulement 12% . Donc 50 sur 122, soit 41%. Et dans les 122 personnes qui se sont manifestées, des gens de provenance inusitée et pas membres du groupe… Le score est moins reluisant encore dans le cas du lancement du livre. Ainsi, 64 avaient confirmé et seulement une trentaine se sont effectivement présentés. Dans les peut-être, une dizaine sur 88. Il y avait pourtant plus de personnes que cela…

Force est d’admettre que les événements FB et leur viralité ont un effet sur la participation, mais pas encore assez probant. J’attends d’assister au Yulbiz-Paris pour confirmer les tendances. Pour cet événement, tout a été fait sur le Web. Les invitations ont été faites sur Facebook et Viadeo, sur le wiki permanent de l’événement et aussi sur certains blogues. L’enquête va se poursuivre sur place, je vous en reparle.

Oh, en passant, savez-vous quelle est l’application la plus populaire sur Facebook ces temps-ci ? Selon TechCrunch, le Super Wall a délogé… le Fun Wall ?

Communication interactive Événements

Yulbiz et lancement de livre…

28 novembre 2007

Hier au Café Méliès, c’était le dernier Yulbiz de l’année à Montréal mais aussi le lancement «officiel» du collectif «Pourquoi bloguer dans un contexte d’affaires». Tous les auteurs y étaient sauf celui de la préface, soit Jacques Nantel. Manquait également l’éditrice, Isabelle Quentin, en vacances quelque part sur la planète. Lors de cette soirée, plusieurs personnes m’ont demandé pourquoi ce livre et pourquoi ce titre : Réponse : Parce que je me fais souvent demander par des dirigeants d’entreprise :«Pourquoi je bloguerais ?» ou encore «Pourquoi mes employés devraient-ils bloguer ?». Une question, dix réponses…

Ce fut une soirée mémorable avec, entre autres, la présence de plusieurs copains blogueurs de Québec qui ont fait l’aller-retour sur la 20 pour l’occasion. Faut lire la description que fait Steph de son aventure montréalaise et de ses rencontres… Un gros merci à tous et à Wendy Careau, dont le blogue ne saurait plus tarder, surtout qu’Alain Thériault, LE coach par excellence s’est proposé pour la conseiller.

Plusieurs des auteurs ont pu donner leur point de vue sur le livre et le phénomène du blogue à Sira Chayer, journaliste mobile de Canoe.ca. Leurs entrevues montées seront disponibles ce soir ou demain dans la rubrique Techno&Sciences du portail Canoe.ca ainsi que dans la section livres et aussi sur le blogue de Philippe Martin. Ci-haut, Martin Lessard en pleine entrevue.

Autre rencontre inopinée mais très intéressante soit Robert Gérin-Lajoie, un pote de Michel Leblanc qui est conseiller principal en technologies à la DGTIC, de l’Université de Montréal. Comme j’y suis chargé de cours en Pratiques de la communication interne, nous avons fraternisé au «After Yulbiz» qui a eu lieu, une fois de plus au Red Thai. Occasion de connaitre également la fougueuse Thalie Chevrier (pantalons rouges sur la photo ci-haut) :o)

Communication interactive Événements

À propos des Yulbiz…

27 novembre 2007

Commençons par le Yulbiz de ce soir au Méliès. Ce sera le dernier de l’année et aussi l’occasion du lancement «officiel» du livre Collectif «Pourquoi bloguer dans un contexte d’affaires». Sur le groupe Facebook, près de 90 personnes ont confirmé leur présence. Ce sera donc l’événement de l’année…pour Montréal car je vous parle de Paris tout de suite après.

Donc, pour en finir avec Montréal, le Yulbiz de ce soir sera aussi l’occasion pour Michel Leblanc, Philippe Martin et Martin Lessard d’annoncer le Yulbiz.org. En effet, ils ont créé une organisation sans but lucratif (OSBL) afin de gérer la croissance phénoménale, la viralisation et surtout l’internationalisation de cet événement pour blogueurs d’affaires.

Une croissance qui a amené la création de Yulbiz un peu partout à travers le monde. Il y a eu le Yulbiz-Québec. Plusieurs réguliers dont le fondateur Steph Guérin seront à Montréal ce soir. Mais il y en a aussi en Pologne, aux USA, en France et ailleurs à travers la planète. En France, c’est Fred Cavazza qui a parti le mouvement en juin dernier, lors d’une de mes visites à Paris. En correspondant tous les deux, lui est venu l’idée de profiter de mon passage pour organiser un Yulbiz, un peu comme nous avions fait à Montréal lors de son passage. Chose dite, chose faite. Michel Leblanc ne pouvait pas manquer pareille occasion et s’est donc joint à nous.

D’ailleurs, comme je me rends à Paris pour la conférence LeWeb3, j’ai planifié de rencontrer plusieurs copains blogueurs le 10 décembre au Urbi et Orbi, site des Yulbiz-Paris (comme le Méliès à Montréal). Voyant les proportions que prenait un simple RDV de quelques personnes au départ, Fred a décidé d’en profiter pour organiser la quatrième édition du Yulbiz Parisien.

Événements

Juste un court billet…

16 novembre 2007

Pour vous dire que je suis actuellement au Salon du livre de Montréal pour une entrevue avec Bruno Guglielminetti sur la parution toute récente de notre livre Collectif «Pourquoi bloguer dans un contexte d’affaires». J’y suis en compagnie de deux autres co-auteurs, soit Michel Leblanc et Martin Lessard. En attendant, je jette un oeil sur une petite BD fort amusante sur les entrevues de blogueurs relevée par un autre des co-auteurs, Philippe Martin, est disponible ICI.

L’entrevue avec Bruno sera diffusée dans le cadre de ses Carnets techno dans l’émission Macadam Tribus. Parlant du livre et de Radio-Canada, Stéphane Garneau en parlera aussi, dans le cadre de sa chronique techno à l’émission «Samedi et rien d’autre» de Joël LeBigot.

Communication interactive Entreprise 2.0 Événements OpenSocialWeb

Une longue absence et un grand succès !!!

15 novembre 2007

Deux jours sans écrire de billets. Pour moi, une très longue absence de blogue mais pour une bonne raison. Mardi et mercredi ont été des journées très chargées, question de mettre la dernière main à la programmation de webcom-Montréal, faire les derniers contacts avec les conférenciers et s’assurer qu’ils sont, soit arrivés à Montréal ou prêts avec leur conférence. Ensuite, aller chercher la blogueuse et conférencière-vedette Debbie Weil pour l’amener au Yulbiz-spécial de mardi soir. Ce fut une soirée fort agréable qui s’est terminée au restaurant Red Thaï (voir les photos ci-dessous).

Photos du Yulbiz-spécial : Mitch Joël, Debbie Weil et votre humble serviteur.
Sur la suivante Josh Nursing et une dame tout droit sortie des années 60 (mini-jupe et tout…)
Une partie du groupe lors du repas au restaurant Red Thaï : Alain, Josh, Kim, Claude et Julie.

Hier, c’était le grand jour : La troisième édition de webcom-Montréal qui s’est soldée par un immense succès. Nous attendions 150 personnes, nous en avons eu 250 !!! J’ai eu plusieurs coups de coeur au cours de la journée. Je retiens la présentation d’ouverture de Debbie Weil sur les blogues corporatifs et pourquoi les CEO devraient bloguer (tiens…tiens) ainsi que la conférence de Thomas Vander Wal sur le tagging, fascinant !

Aussi Sophie Beauchemin de IBM sur l’intégration d’une vraie stratégie de collaboration et de partage d’expertise chez le géant international (27 000 employés qui bloguent, etc…) Mais ma palme d’or va au quatuor «infernal»… Je veux parler du panel sur : «Comment réaliser vos objectifs d’affaires (notoriété, acquisition, achalandage…) grâce aux moteurs de recherche ?». Une discussion enlevante, animée, dynamique et décoiffante sur le sujet avec Guillaume Brunet, Guillaume Bouchard, Patrick Tapp avec Jean-François Renaud à l’animation. Un vrai petit bijou qui sera disponible pour les participants sur le site de webcom.

Bref, que des commentaires positifs sur la programmation et la qualité des conférenciers. Nos commanditaires aussi sont contents et ont dit qu’ils seraient de retour le 14 mai 2008. Justement, hier, nous avons dévoilé un pan de la programmation de mai prochain. Sachez qu’il y aura une piste particulière réservée au phénomène de l’Entreprise 2.0 ! Déjà, les amis Bertrand Duperrin et Fred Cavazza, qui ont beaucoup écrit sur le sujet, ont manifesté leur intérêt pour être avec nous. La compagnie IBM, le leader mondial dans ce domaine sera aussi de la partie.

Deux autres noms fort connus ont aussi confirmé leur présence l’an prochain. L’ami Loïc LeMeur sera de retour et parlera de son expérience actuelle de «dématérialisation» de sa nouvelle compagnie de WebTV, Seesmic. Aussi au programme Gabe McIntyre, de XoloTV, qui viendra aussi parler de WebTV. Attendez-vous à entendre aussi parler de vlogues et de poscasts et de bien d’autres sujets d’actualité. De plus, le producteur de l’événement avait une bonne nouvelles pour les participants. En effet, il a annoncé un tarif réduit pour tous ceux qui ont payé pour être sur place hier. Ce faisant, webcom-Montréal assurera encore plus sa devise : «Toujours une longueur d’avance…»

Événements OpenSocialWeb

Les conférences sur le Web 2.0 donnent l’exemple…

11 octobre 2007

Il fallait bien que cela arrive un jour… En fait l’ami Loïc LeMeur a été le premier à le faire… De quoi je parle ? Eh bien, de l’arrivée du Web social et des «communautés» dans l’organisation de conférences à saveur technologique ou carrément Web 2.0. Loïc a podcasté sa conférence le Web3 et a parti un groupe consultatif sur Facebook en plus de prévoir une diffusion «live» de la conférence sur le Web. Les responsables de webcom-Montréal ont blogué leur conférence en direct et aussi parti des groupes sur Facebook et LinkedIn et planifient aussi une diffusion en «live». Mais aucun n’a encore exploité le principe des communautés comme le fait ELearn 2007, conférence internationale sur le eLearning qui aura lieu la semaine prochaine à Québec.

Comme je m’y suis inscrit et vous en bloguerai les moments forts, j’ai droit à de nombreuses communications de la part des organisateurs. Ces derniers me font part de nombreux services offerts aux participants dont le dernier en date porte sur la création de «communautés» sur le site de la conférence. Partager avec les autres participants qui ont les mêmes champs d’intérêt, avoir une idée plus précise des sujets traités en fonction de ces intérêts particuliers, voilà ce qu’offrent les organisateurs.

Ils auraient pu pousser plus loin et faire ce qu’ont fait Facebook et maintenant Viadeo, soit offrir une mise en relation entre les membres de la communauté et la possibilité de voir qui assiste ou non et en poussant un peu les possibilités de leur «schedule planner» qui va où, qui a choisi quelle conférence…Et pourquoi pas de tagger conférences et conférenciers et aussi la possibilité de leur donner une cote sur leur prestation (les fameuses évaluations de fin de conférence) ?

Parlant de Viadeo, c’est Antoine Pic, chef de produit BtoC, qui m’a mis la puce à l’oreille. Comme je dois assister à la conférence LeWeb3 à Paris en décembre j’avais demandé à Antoine sur Facebook d’organiser un pot avec les copains lors de ma visite. Ce dernier m’avait répondu qu’il serait probablement de la conférence lui aussi. Il m’est revenu hier en me disant qu’il y serait et qu’il avait créé un événement sur Viadeo. Je me suis tout d’abord demandé s’il ne s’était pas trompé mais en répondant à sa demande de le rejoindre sur Viadeo, je me suis rendu compte de l’ajout de l’onglet Événements dans la barre de navigation. Le principe est le même que pour Facebook. Il n’y a toutefois pas de «Wall» ou de possibilités d’ajouter photos et vidéos mais offre la possibilité de discuter puisque couplé aux «hubs».

C’est donc un excellent départ même si la fonctionnalité est moins «friendly user» que sur Facebook. À noter cependant que Viadeo offre cependant ce que Facebook aurait pu offrir depuis longtemps : Une carte (Google Maps) avec le lieu de l’événement.