Parcourir les Tags

Microsoft

Entreprise 2.0 Gestion des organisations Intranet Réseaux professionnels internes Social Business

Six tendances TI qui vont bousculer les entreprises en 2013 (Dernière partie)

29 décembre 2012

Je continue l’analyse des six grandes tendances Ti ou NTIC qui devraient bousculer les entreprises au cours de le prochaine année. Au cours des deux derniers jours nous avons passé en revue les trois premières, vraiment orientées Ti. Les trois dernières sont plus orientées vers le volet organisationnel du travail avec de nouveaux outils technologiques, certes, mais orientés vers les communications et la performance organisationnelle.

Lire la suite

Big Data Cloud Computing Entrepôts de données Gestion des organisations

Six tendances TI qui vont bousculer les entreprises en 2013 (Première partie)

27 décembre 2012

Je l’ai déjà écrit aussi bien sur ce blogue que sur Twitter… Je n’aime pas les listes, genre 10 meilleurs ou encore les inévitables prédictions de fin d’année. Toutefois, je n’ai pas pu m’empêcher de traduire et de commenter celles faites par Antone Gonsalves pour ReadWriteWeb, une publication qui, avec ZDNet donne de très bons billets et analyses du Web et de ses tendances pendant toute l’année.

Lire la suite

Communication interactive Internet of Things Médias sociaux Mobilité Real-Time Web

Web tactile et mobile: la nouvelle évolution a pour nom Flipboard!

30 juillet 2010

On a beaucoup dit et écrit sur la fin des médias traditionnels, en particulier les grands quotidiens papier. On a annoncé leur disparition et suivi leur lente agonie en termes de lectorat et de revenus publicitaires au profit des médias sociaux. On a aussi annoncé la fin prochaine du livre traditionnel au profit du livre électronique, surtout depuis la mise en marché du Kindle et encore plus du iPad. On a un peu moins  parlé des magazines pris en sandwich entre les deux. Ces derniers sont aussi en danger et on en retrouve de plus en plus qui abandonnent le format papier pour l’électronique encore là et surtout depuis l’arrivée des interfaces tactiles mobiles.

Mais il n’y a pas que les médias traditionnels qui vont devoir s’ajuster à une nouvelle réalité Web du XXIe siècle, soit le Web tactile et mobile. Les autres médias sociaux tels que Facebook ou Twitter vont aussi devoir s’adapter à cette nouvelle réalité… Mais, me direz-vous, ils sont déjà mobiles avec des applications pour les ordinateurs portables, téléphones intelligents et tablette iPad. Certes, mais il sont loin d’être prêts pour la nouvelle évolution qui pointe à l’horizon et qui a pour nom Flipboard, le premier magazine social qui présente les médias sociaux en format inspiré des magazines traditionnels…

Créée et disponible pour le moment uniquement pour le iPad, cette nouvelle application va devenir LA sensation du Web au cours des prochains mois car elle se concentre sur la livraison de contenus riches à partir de potentiellement toutes les sources du Web (Facebook, Twitter, Flickr, et) et présente cette information en forme de petits magazines dont on peut littéralement «flipper« les pages.

En synchronisant avec mes comptes Twitter et Facebook, je peux ainsi consulter tous les contenus texte, photo ou vidéo publiés par mes relations dans ces deux flux. Je peux me créer des albums ou mini-magazines avec les flux de mes amis ou contacts ou en faire des thématiques qui vont regrouper l’information de plusieurs sources. Déjà, Flipboard offre par défaut, des sources comme TechInfluencers, Fliptech, FlipPhotos, etc. Flipboard les nomme SECTIONS. Pour l’instant, Flipboard n’offre qu’un potentiel limité à neuf sections mais pariez sur une expansion rapide.

Ce faisant, la création de Mike McCue pourrait bien devenir un NewsGator, un Netvibes ou iGoogle sur stéroïdes. Et finis les fils RSS traditionnels qui ne présentent que des liens. Je vois déjà le potentiel pour mon blogue… Mais pour l’instant je dois attendre avant de pouvoir me connecter avec mes comptes sociaux… En effet, je suis comme pour plusieurs sur une liste d’attente car Flipboard connaît une telle popularité que son fondateur Mike McCue a dû faire CE BILLET sur le blogue de cette «startup» qui vient de lever 10,5 millions $ en financement.

Une popularité auprès des «Early Adopters» qui n’est pas étrangère aux louanges des spécialistes des nouveaux médias de Silicon Valley tels, que Robert Scoble et Kara Swisher. D’ailleurs, regardez cette entrevue qu’elle a faite récemment avec McCue, où il présente Flipboard.

Et dire qu’on prévoit que la production de tablettes va passer de 16 à 117 millions d’ici quatre ans. Pas besoin de vous dire que tous les grandes compagnies de ce monde regardent avec envie l’éclosion de ces nouveaux produits. Justement, Microsoft vient de se donner comme priorité absolue le développement d’une tablette à la iPad, ce qui devrait aider la «startup» québécoise ExoPC, dont j’ai parlé récemment dans CE BILLET.  J’attends d’ailleurs un exemplaire de ce dernier afin de le tester et le comparer au iPad que je me suis procuré récemment au grand dam de certains…

Entreprise 2.0 Mémoire d'entreprise wikis

Entreprise 2.0: Google serait-il un SharePoint «killer»?

3 avril 2010

Vous vous souvenez que dans plusieurs de mes billets antérieurs, j’ai abondamment traité de la monoculture propriétaire nord-américaine en matière informatique, qui alourdit et quelquefois immobilise les entreprises. Encore ces dernières semaines lors de conférences que j’ai données à Québec et Montréal, la question est revenue de la part de l’auditoire: «Que fait-on de l’Open source et surtout vers qui nous tourner???»

Bien sûr pour les PME et les petits organismes à but non-lucratifs, une myriade de petites solutions légères et agiles existent, que ce soit pour les blogues, les wikis, le micro-blogging et même les suites bureautiques. Mais pour les grandes entreprises et organismes publics et para-publics la partie et les enjeux sont différents…

Ce n’est un secret pour personne: Microsoft domine ce segment de marché avec 80% des entreprises dotées du portail SharePoint, Le 20% restant allant à IBM, SAP et autres. Mais à mon avis, le principal concurrent de Microsoft, le prochain «SharePoint killer», n’est pas la suite IBM mais bien l’univers Google. La firme de Mountain View a lancé il y a presqu’un an Wave en Open Source aux individus, comme aux entreprises afin de simplifier les processus de communication et de collaboration.

Puis, quelques mois plus tard, Google Buzz, venait fusionner messagerie traditionnelle et messagerie instantanée-agrégatrice de flux. Une entrée remarquée,  par des voies détournées, pour conquérir le marché de la communication et de la collaboration, marché largement associé à l’Entreprise 2.0 mais pas par l’autoroute… Plutôt un chemin en pente raide afin de faire subtilement entrer l’Open Source dans les grandes entreprises nord-américaines mais aussi ailleurs dans le monde.

Et pour ce faire, Vic Gundotra et les frères Lars et Yens Rasmussen ont demandé à la communauté des développeurs de les aider à terminer le produit qui a toujours une forme assez rudimentaire. Bel exemple de «crowdsourcing», en cohérence avec la philosophie Linux. Mais déjà, des voix se font entendre, entre autres sur Twitter, pour dire que le produit parce qu’il est Open Source, sera bien pour les individus mais pas pour les entreprises. Le débat est lancé…

Mais ce qu’il ne faut surtout pas oublier c’est que Google offrait DÉJÀ aux entreprises des solutions en logiciel libre aux entreprises. La preuve ? Tapez Google enterprise dans le moteur de recherche. J’ai pris l’exemple du gouvernement, constatez par vous-mêmes:

Mini-suite et Rock Stars

Mini-suite «Office», engin de recherche, partage de vidéos, gabarits de sites Web et wikis, bref un bon début et surtout à un prix défiant toute compétition. Bien avant l’arrivée d’Obama, une certaine agence fédérale avait compris… C’était il y a presque deux ans, à l’occasion de la conférence Enterprise 2.0 de Boston, j’avais commis un billet sur les «rock stars» de la conférence, en l’occurence Don Burke et Sean Dennehy de la CIA.

Ces derniers étaient venus présenter un projet qui a pris ses assises en 2005 dans un document de réflexion publié à la CIA et intitulé : «The Wiki and the Blog: Toward a Complex Adaptive Intelligence Community». Le projet se nomme Intellipedia, bien sûr pour Intelligence et Wikipedia mais il ne s’agit pas d’une encyclopédie des agents secrets… Loin de là ! En fait Intellipedia est un ensemble d’initiatives 2.0, soutenues par nul autre que Google dont voici les composantes :

  • Intellipedia or aggregation
  • Intelink blogs for communication
  • Tag|Connect (similar to the Internet’s del.icio.us) for organization
  • Inteldocs (a document management system for file sharing community-wide)
  • Gallery (similar to the Internet’s flickr)
  • iVideo (similar to YouTube)
  • Intelink Instant Messaging (IIM)
  • Really Simple Syndication (RSS)

Huit composantes… Pas très loin des dix que j’identifie comme étant requises à la création d’une mémoire d’entreprise™

Ce que je retiens également de leur présentation, c’est que d’une part, la CIA n’a pas de problèmes générationnels avec ses jeunes employés de la génération Y puisque ces derniers sont jumelés, dès leur arrivée, avec des «mentors» qui leur expliquent non seulement leur travail mais aussi les «us et coutumes» de la boîte. Et Burke d’affirmer :«They need to fit in». D’autre part que l’environnement collaboratif mis en place n’est pas le vaste agora communautaire que l’on imagine mais plusieurs environnements avec des niveaux de sécurité adaptés :

  • TOP SECRET (JWICS)
  • SECRET (SIPRNet)
  • Sensitive But Unclassified (SBU) (Intelink-U)

Et que finalement, en arriver à implanter cet environnement horizontal dans une structure si hiérarchique et secrète relève du tour de force. Et j’ai lu récemment que le projet risquait de disparaitre… Mais bref, le pîed est solidement inséré dans la poste gouvernementale et aussi dans celle des entreprises. Ne manque plus à Google qu’un portail personnalisé pour regrouper tous ces outils et fonctionnalités. Prendra-t-on iGoogle comme point de départ?

Je tiens aussi à vous souligner le billet publié par Dion Hinchcliffe. Dans ce billet écrit pour le compte de ZDNet, Hinchclife y va d’une très sérieuse analyse du potentiel de Wave en entreprise et publie, entre autres, cet intéressant diagramme :

Et il termine son analyse avec le paragraphe suivant :

«Google has launched many communication services since its inception including Gmail, Gtalk, Blogger to name just three, yet none of these have had such obvious business utility or attempted to reinvent the collaborative process from the ground-up. While it’s always possible that Google Wave will never broadly take off (see Mary Jo Foley’s analysis of Wave here), I’m betting that it’s likely to be one of the most interesting offerings to businesses that the company has created yet. With the open positioning, early outreach to the world, and the clarity of purpose and design, Google Wave has a good shot at helping take Enterprise 2.0 to the next level in many organizations.»

Et les gadgets sociaux ?

Donc, résumons-nous: une suite bureautique, une suite applicative, un moteur de recherche, une suite collaborative et comme le mentionne Hinchcliffe, la possibilité d’avoir aussi un portail personnalisé ainsi que celle d’y intégrer des réseaux sociaux-professionnels. C’est là qu’entrent en scène les gadgets sociaux…

Ce phénomène est rien de moins que l’apparition de  mini-plates-formes «sociales» en logiciel libre en provenance de nos Voisins du Sud. C’est en écoutant une conférence de Patrick Chanezon de Google, où il expliquait à propos de l’Open Social Initiative comment entreprises et institutions pouvaient tirer profit de l’adoption des réseaux sociaux ailleurs que sur l’Internet public, que j’ai accroché sur cette «diapo» :

Patrick venait ainsi de me faire connaitre le travail effectué par la compagnie Sun, sous forme de logiciel libre, pour favoriser de façon efficace l’intégration de réseaux socio-professionnels à un intranet ou portail d’entreprise avec Socialsite. Depuis ce temps, d’autres compagnies suivent le mouvement, dont Google avec Wave et iGoogle (voir image ci-dessous).

Propriétaire VS libre

D’un coté les fournisseurs traditionnels qui proposent des produits licenciés et de l’autre, les adeptes du logiciel libre de droits. Dans le cas de Socialsite comme pour Google, on propose aux entreprises l’intégration sans peine de «gadgets sociaux» à l’intérieur d’une interface Web, que ce soit un portail intranet, un wiki ou un blogue.

Les gadgets sociaux «libres» offerts par iGoogle (cliquez sur l’image)

J’explique rapidement. De nombreux outils de portail, comme SharePoint de Microsoft ou Enteprise Portal de SAP, offrent la possibilité d’insérer dans la page d’accueil ou ailleurs des boîtes de contenus que l’on nomme «portlets». Dans un blogue ou un wiki, on insère régulièrement des composants graphiques ou «widgets».

Un exemple de portlets sous licence IBM

La dernière mode, c’est d’insérer les caractéristiques des réseaux sociaux (liste d’amis, profil, statut personnel, etc.) dans les wikis, agrégateurs à la iGoogle ou Netvibes ou portails traditionnels et de les appeler «gadgets» au lieu de «portlets» ou «widgets».

Une mode qui pose cependant une question importante : que feront maintenant les fournisseurs de produits licenciés de réseaux socio-professionnels face à menace  des gadgets libres? Et cette suite d’applications Google viendra-t-elle à bout de Share Point dans les entreprises ? Qu’en pensez-vous ?

Communication interactive Identité numérique

Courriel de Biz Stone: que prépare Twitter ?

11 septembre 2009

Courriel dans ma boîte GMail en provenance de Biz Stone, le co-fondateur de Twitter. Oh, ce n’est pas que j’entretienne une correspondance avec ce dernier. C’est plutôt que comme des millions d’utilisateurs, j’ai reçu un avis officiel signé de sa main. Un avis qui va ainsi :

Hi,

We’d like to let you know about our new Terms of Service. As Twitter has evolved, we’ve gained a better understanding of how folks use the service. As a result, we’ve updated the Terms and we’re notifying
account holders.

We’ve posted a brief overview on our company blog and you can read the Terms of Service online. If you haven’t been by in a while, we invite you to visit Twitter to see what else is new.

Overview: http://blog.twitter.com
Terms: http://www.twitter.com/tos
Twitter: http://www.twitter.com

These updates complement the spirit of Twitter. If the nature of our service changes, we’ll revisit the Terms as necessary. Comments are welcome, please find the “feedback” link on the Terms of Service page.

Thanks,
Biz Stone, Co-founder
Twitter, Inc.

Les nouveaux termes d’utilisation de Twitter vont faire couler de l’encre et de la salive… Parce que Twitter prépare l’entrée de la publicité sur sa plateforme et qu’il se réserve des droits étendus sur l’utilisation de nos contenus, même si Stone et compagnie réitèrent que nos Tweets nous appartiennent. Voyez par vous- mêmes deux extraits qui me laissent songeur:

« Now that we know more about how Twitter is being used, we’ve made changes to our Terms of Service—these are the basic rules that go along with using Twitter. The revisions more appropriately reflect the nature of Twitter and convey key issues such as ownership. For example, your tweets belong to you, not to Twitter. With these revisions, we expect some discussion so here are a few highlights from the updated page.
Advertising—In the Terms, we leave the door open for advertising. We’d like to keep our options open as we’ve said before.

Ownership—Twitter is allowed to “use, copy, reproduce, process, adapt, modify, publish, transmit, display and distribute” your tweets because that’s what we do. However, they are your tweets and they belong to you. »

J’ai mis en gras et italique tout ce que Twitter compte faire avec notre contenu. Même si ce dernier nous appartient c’est énorme… Modifier nos contenus ? Les adapter ? Les « processer » ? Pour le reste, je suis d’accord mais pas du tout en ce qui concerne les modifications et les adaptations. Et pour ce qui est de la pub, j’ai hâte de voir le modèle et me demande si Stone et Twitter ne préparent pas ainsi le terrain à une entente avec Google et ainsi contrer la manoeuvre Microsoft-Facebook-Friendfeed…

Cloud Computing Communication interactive Entreprise 2.0 Intranet Web 3.0

Entreprise 2.0: les employés poussent à l’adoption, les Ti ont les deux pieds sur le frein…

22 août 2009

C’est rare que je fasse cela. En fait c’est plus que rare… Ce n’est jamais arrivé que je reprenne mot pour mot un billet paru ailleurs. Mais vous allez voir qu’il va bien servir mon propos. Car nous allons encore traiter d’entreprise 2.0. Donc, au lieu de mettre un lien sur le billet paru dans la version française de ReadWriteWeb, intitulé « Pour Google l’école mène à l’entreprise 2.0 », je le reproduis ci-dessous:


« Aux États-Unis, et pro­ba­ble­ment ailleurs dans un second temps, Google a offert gra­tui­te­ment sa suite Google Apps aux écoles, aux lycées et aux uni­ver­si­tés. La cam­pagne ‘Going Google’ insiste par­ti­cu­liè­re­ment sur l’adoption par le monde étudiant des appli­ca­tions Google. Quelle est donc la stra­té­gie de Google ?

Même si la cam­pagne de Google a pour prin­ci­pal but de conver­tir des entre­prises à l’utilisation des ver­sions pro­fes­sio­nelles des Google Apps, les offrir au monde étudiant relève d’une stra­té­gie par­ti­cu­liè­re­ment intel­li­gente : habituez-les dès le plus jeune âge.

De l’école pri­maire au lycée, Google est omni­pré­sent dans l’espoir que les enfants et les ado­les­cents, une fois habi­tués à tra­vailler avec les Google Apps, en feront usage lors de leur arri­vée dans le monde de l’entreprise.

De la mater­nelle au doctorat

La plu­part des évolu­tions faites sur les Google Apps cette année étaient des­ti­nées au mar­ché de l’entreprise. Quand les Google Apps ont été com­mer­cia­li­sées, les plans de Google à ce sujet étaient clairs.

Mais depuis que la cam­pagne ‘Going Google’ est appa­rue, cer­tains de ses com­po­sants comme le compte Twitter GoogleAtWork et le blog Google Entreprise, n’ont jamais cessé de par­ler de la ver­sion ‘Education’ de la suite Google.

Presque chaque semaine, Google annonce qu’une nou­velle uni­ver­sité a adopté les Google Apps, la semaine der­nière, c’était au tour de l’université de Notre Dame, mais Google ne s’arrête pas aux uni­ver­sité, les écoles pri­maires ne sont pas en reste.

Les jeunes tra­vailleurs sont le moteur de l’entreprise 2.0

Dans un rap­port sur l’entreprise 2.000 publié début août, Jakob Nielsen, l’un des grands gou­rous de l’ergonomie et des usages en entre­prise, sou­ligne l’importance qu’ont les jeunes géné­ra­tions dans l’évolution des usages de la tech­no­lo­gie au sein des entre­prises, dans l’adoption de nou­veaux outils et de nou­velles pra­tiques liées aux tech­no­lo­gies pour faire des affaire et gérer le quo­ti­dien des entre­prise. Il sou­ligne égale­ment que les pra­tiques pro­fes­sion­nelles de ces jeunes géné­ra­tions, en terme de tech­no­lo­gies, sont avant tout déri­vées de pra­tiques adop­tées ailleurs.

Microsoft, pour suivre, devra non seule­ment offrir gra­tui­te­ment ses pro­duits, mais égale­ment mettre à dis­po­si­tion des ver­sions en ligne per­for­mantes. Gageons que nous assis­te­rons à cela sous peu.

“Alors que les gens adoptent les média sociaux dans leur vie pri­vée, ils s’attendent à uti­li­ser des outils simi­laires dans leur entre­prise. C’est par­ti­cu­liè­re­ment vrai pour les plus jeunes qui uti­lisent ces outils dans leur vie quotidienne

La stra­té­gie de Google, qui consiste à faire adop­ter ses appli­ca­tions durant les études des tra­vailleurs de demain, se révèle dès lors par­ti­cu­liè­re­ment intel­li­gente et redoutable. »

Un bon billet de Fabrice Epelboin, qui met en lumière ce que je dis dans mes conférences depuis 2006: pas seulement les jeunes mais TOUS les employé(e)s (ou collaborateurs pour les français) sont aussi des consommateurs dans leur vie hors entreprise et leurs habitudes de consommation du Web, en particulier leurs usages des blogues, micro-blogues, wikis et médias sociaux vont se répercuter inévitablement dans l’entreprise.

Si cette dernière n’est pas prête, ne fait rien, elle risque une saignée de personnel qui elle se traduit en des saignées dans la performance et la rentabilité. Ce qui est le plus drôle ou surprenant c’est que la phrase de Nielsen, citée ci-haut, je ne l’utilise pas seulement en conférence depuis 2006 mais aussi avec tous nos clients.

SharePoint en perte de vitesse ?

D’ailleurs, la sortie de Jakob sur l’entreprise 2.0 a généré, il y a quelques jours, ce billet de l’amie Michelle Blanc et mes commentaires. Ce que je dis souvent aussi dans mon blogue quand je parle de Google c’est qu’on sous-estime la compagnie de Mountain View quand il est question de savoir qui va dominer le marché de l’entreprise, qu’elle soit 2.0, 3.0 ou autre 0. Historiquement, IBM et Microsoft sont les deux grand opposants. Microsoft avec SharePoint, qu’on l’aime ou non, s’est accaparée avec les années de près de 80% de marché des intranets en entreprise. IBM avec WebSphere et les autres petites compagnies de portails ou « d’intranet-in-a-box », se partagent le reste.

Mais SharePoint s’essouffle, les critiques sont de plus en plus acerbes surtout quand vient le temps de parler de ses potentialités collaboratives. SharePoint FUT un bon portail 1.0… À Boston, en juin dernier, Il était clair qu’IBM avait le haut du pavé. Ce n’est pas pour rien… Big Blue s’est positionnée depuis 2006 comme LA compagnie entreprise 2.0 et en prêchant par l’exemple comme l’indique le tableau suivant tiré de chiffres fournis par IBM-France en juin dernier.

Mieux, IBM tente de se faire reconnaître comme le navire-amiral du changement collaboratif et le champion de l’innovation. Poussés dans leurs derniers retranchements les représentants de Microsoft tentent de regagner le terrain perdu avec la prochaine version de SharePoint. Dans leur suite à Boston, ils ont d’ailleurs donné cette entrevue à l’ami Oliver Marks.  Bref, SharePoint2010 saura-t-il freiner la poussée d’IBM mais surtout mettre en échec celui dont je n’ai pas encore parlé.

Quand je vous dis que la stratégie est discrète… Je parle bien sûr de Google et de sa stratégie aussi bien scolaire, relatée ci-haut mais de sa stratégie globale Entreprise 2.0 qui a aussi comme autre arme Google Wave en « Open Source »! Du logiciel libre en entreprise ? Jamais en Amérique du Nord ! C’est ce tous nous serions portés à dire en réaction à ce que va faire Google mais, comme je l’ai déjà écrit dans cet autre billet, la forteresse logiciel propriétaire est en train de se fissurer…

En juin, à Boston, Lockheed Martin et Booz Allen Hamilton ont expliqué que leur suite de « business networking », construites au départ par-dessus SharePoint sont passées au logiciel libre en cours d’année. Et rajoutez que Google a travaillé activement avec la CIA pour mettre en place la suite Intellipedia, là aussi du libre…. Cette tendance, pour une fois, est née en Europe en réaction à la domination de Microsoft, IBM, Oracle, Sun et autres. Mais elle gagne les rivages de l’Oncle Sam. Et le Québec dans tout cela ? Vous me voyez venir… Notre retard général se confirme une fois de plus.

À qui appartient l’intranet: la gouvernance

Nos entreprises se débattent encore avec leurs intranets 1.0 et quand elles veulent les faire évoluer, se butent souvent à la résistance des départements TI qui, au lieu de générer l’innovation, comme ce fut jadis le cas, la freinent furieusement afin de conserver leurs prérogatives et leurs architectures si familières, si rassurantes mais pas si sécuritaires… Elles se butent entre autres au problème de la gouvernance Web.

Dans le temps du 1.0 la bataille faisait rage à l’interne entre les départements de communication et ceux de Ti. À qui appartient l’intranet a longtemps été au centre des débats. Généralement et cela partout en Amérique comme en Europe, la proportion s’était stabilisée à 70/30 en faveur des communications. Mais j’ai toujours soutenu que la solution d’une bonne gouvernance réside plutôt dans un partenariat et que l’intranet n’appartient pas plus aux Communications qu’aux Ti. L’intranet appartient à ses utilisateurs ! Certains ont compris d’autres pas. Gartner continuerait à dire que la gouvernance globale du Web n’est pas nécessaire, que plusieurs gouvernances en silo sont possibles. Je m’excuse mais cela c’est du 1.0.

Des gouvernances en silo empêchent l’intégration des trois « Nets », intranet-Internet-extranet ou encote les BtoE, BtoB et BtoC. Elles empêchent également toute horizontalisation de l’entreprise, toute stratégie intégrée, toute possibilité de prendre vraiment en compte les usagers. Elle ne fait que solidifier le pouvoir des Ti. Une entreprise peut avoir plusieurs portails internes et externes mais leur gouvernance globale, celle qu’on nomme Web, doit regrouper tous les acteurs et prendre en compte le propriétaire-utilisateur. Les portails ont des responsables mais l’entreprise elle a UNE stratégie. Les communautés ont aussi des responsables mais l’entreprise elle est LEUR finalité. L’intranet 2.0 a des responsables mais l’entreprise, elle EST ses employés.

Regardez d’ailleurs ce dernier tableau publié récemment sur le blogue de la conférence Enterprise 2.0 et qui porte sur les leaders de l’intégration des outils du 2.0 dans l’entreprise. Clairement et majoritairement c’est du bottom-up: les usagers imposent les usages. On en revient aux propos du début. Les usagers poussent pour l’adoption de leurs usages externes et donc favorisent l’innovation. Les Ti eux, ont les deux pieds sur le frein.

Bref, il y a encore loin de la coupe aux lèvres ici au Québec. Et le libre dans tout cela, vous me direz ? Demandez à Cyrille Béraud qui se bat encore en cour avec le gouvernement du Québec en soutenant que ce dernier favorise Microsoft dans ses appels d’offres. Là aussi on est loin de la coupe aux lèvres…

Donc, en 2010, il faudra surveiller attentivement les gestes stratégiques posés par Google. Et oui, Google à l’école, c’est génial !

Mise à jour

Pour en savoir un peu plus sur les conditions de succès de l’intégration des stratégies et outils du Web 2.0 dans l’entreprise et aussi pourquoi certains se plantent royalement, je vous suggère de lire attentivement le billet publié par Dion Hinchcliffe, intitulé: « 14 Reasons Why Enterprise 2.0 Projects Fail ». Comme par hasard, il y traite entre autres de « bottom-up » et de gouvernance… Dion est l’un des grands spécialistes de l’entreprise 2.0 et devrait d’ailleurs être à Montréal en mai prochain avec son University 2.0, dans le cadre de webcom-Montréal. En passant, c’est un pré-scoop !

Et parlant de scoop, ceux qui sont allés sur le site de webcom-Montréal auront certainement remarqué que Walton Smith, de Booz Allen Hamilton, dont j’ai parlé plus haut, sera de la partie et viendra parler du projet de communauté interne baptisé « Hello ». BAH ce n’est pas rien aux USA, c’est un des principaux fournisseurs du gouvernement américain avec 22 000 employés.

Cloud Computing Entrepôts de données

MAJ : Comme Microsoft, Google met fin au secret : les futurs entrepôts seront “verts” !

11 avril 2009

C’est samedi de Pâques et pour cet évènement peu banal, je m’offre une petite gâterie… Je vais écrire un billet sur les entrepôts de données, ou comme les appellent nos Voisins du Sud, les «Information Factories». J’en ai déjà parlé à profusion mais c’est un billet de Tristan Péloquin qui m’a un peu forcé la main. La semaine dernière, il a publié un billet sur la voracité de ces méga-infrastructures de serveurs. En particulier celles de Google.

Je vous cite un passage : «Chacun de ces conteneurs contient jusqu’à 1160 serveurs, et pompe jusqu’à 250 kilowatts d’électricité. Chaque fois que vous faites une requête sur le moteur de recherche, votre demande passe inévitablement par un de ces monstres».

Quand il parle de monstres, il se réfère à une classe bien particulière d’entrepôts, ceux faits de conteneurs. Et l’ami Tristan de noter que Google jouait pour une première fois la transparence en ce domaine, n’ayant jamais parlé de ses installations depuis 2005. La firme de Mountain View, chacun le sait, ne fait jamais rien à moitié. Alors elle a tout mis l’information concernant ses serveurs, leur composition, ainsi que tous les détails des entrepôts disponibles sur le Web. C’est CNet et YouTube qui ont hérité du trésor d’informations.

Pour y avoir accès, facile… Un premier billet de CNet sur la composition des serveurs intitulé : «Google unlocks once-secret server». et un autre billet de CNet avec une foule de vidéos provenant de YouTube et dont s’est inspiré Tristan. Le billet est intitulé : «YouTube tour reveals Google data center designs».

Une des vidéos disponibles

En cela, Google ne faisait qu’imiter Microsoft, qui a joué cette transparence l’an dernier en permettant un reportage intéressant réalisé  par J. Nicholas Hoover, d’InformationWeek sur la construction du dernier méga-bébé de 550 millions $ de Microsoft. Plus d’un demi-milliard investi dans les montagnes à l’ouest de San Antonio au Texas, donnant ainsi de l’emploi à près de 1 000 personnes sur presque deux ans. (Et vlan dans les dents au gouvernement du Québec qui a refusé à Google de venir en construire un au Québec).

Des classes comme pour les porte-avions

Dans le reportage, on apprend aussi deux autres informations intéressantes sinon fascinantes. D’une part que Microsoft veut être le plus «vert» possible et a demandé à son contracteur de sauver tous les arbres du site mais qu’il va dévorer des quantités énormes d’énergie et d’eau (pour le refroidissement). L’énergie proviendra des filières nucléaire et éolienne. D’autre part, on y apprend également que Microsoft a en chantier entre 40 et 50 de ces méga-centres et que comme pour les porte-avions américains, ils sont identifiés selon des «classes» .

Source : InformationWeek

Celui de San Antonio est de la classe «Quincy», la plus vieille et la plus traditionnelle dans son design. La classe «Chicago» sera la prochaine et la plus gigantesque avec des centres faits d’immenses containers remplis de serveurs, (comme dans la vidéo de Google) prêts à être démantelés et déplacés au besoin. des entrepôts mobiles, quoi… J’avais d’ailleurs entendu parler de ce concept à la conférence Web 2.0 à San Francisco et par des gens de Google à Boston lan dernier.

À San Francisco, le CEO de Sun, Jonahtan Schwartz avait aussi parlé de l’importance que prendrait l’économie d’énergie, donc la virage vert mais pas seulement pour les arbres épargnés. Surtout en consommation d’énergie. Microsoft y pense déjà et prévoit ainsi une nouvelle classe d’entrepôts, soit la classe «Dublin» dont le focus sera entièrement sur les économies d’énergie. Et comme pour les porte-avions, Microsoft entend bien annoncer prochainement d’autres constructions, d’autres classes de centres et le démantèlement des plus vieux et plus énergivores…

Des entrepôts au Québec ?

Dans mes lectures hebdomadaires je tombe aussi sur deux articles similaires et écrits dans Le Monde.fr et Libération.fr, faisant état de la gourmandise énergétique des entrepôts de données de Google.

Dans l’article du Monde.fr, voici ce qu’on dit :«Selon Alex Wissner-Gross, physicien à l’Université de Harvard, deux requêtes sur Google consommeraient autant de carbone qu’une tasse de thé bien chaud. Selon les travaux de ce scientifique, deux requêtes sur Google généreraient 14 grammes d’émission de carbone, soit quasiment l’empreinte d’une bouilloire électrique (15 g).» et encore :«Les centres de calcul( entendre entrepôts de données) sont parmi les infrastructures les plus coûteuses en énergie qu’on puisse imaginer». Libération.fr reprend les propos du même physicien, M. Winnser-Gross.

Ce cher physicien a raison dans un sens. Les entrepôts actuels et les serveurs qui y travaillent à votre service 24/7, ont besoin d’une énorme quantité d’électricité pour fonctionner mais l’entrepôt lui-même a aussi besoin de grandes quantités d’énergie pour les refroidir, surtout que plusieurs de ces entrepôts sont situés dans des endroits secs et chauds.

L’entrepôt de données de Google à the Dalles en Orégon et ses immenses refroidisseurs

Mais la tendance est en train de s’inverser. Comme pour Microsoft et Google, Amazon, IBM, SUN et autres en sont à mettre la dernière touche à leur propre future génération d’entrepôts «portables» qui peuvent être installés facilement dans des endroits froids comme la Sibérie car il en coûte moins cher de chauffer que de refroidir et les coûts de l’électricité y sont habituellement moins chers, disons dans un pays comme le Canada et en particulier au Québec.

Ce n’est pas pour rien que Google s’est intéressé à nous l’an dernier tout en essuyant une fin de non-recevoir du gouvernement du Québec en manque de vision… En passant, quel avenir réserve-t-on aux alumineries qui ferment une à une à Shawinigan, bientôt à Jonquière, etc ? Regardez la photo ci-haut. Cet entrepôt de Google est installé dans.. Oui, oui, une ancienne aluminerie avec une centrale hydro-électrique tout près. Moi ça me fait penser beaucoup à Shawinigan…

Mise à jour sur Microsoft

Je savais que j’avais déjà vu les conteneurs de Microsoft quelque part. Alors pour le pas être en reste avec la vidéo de Google, ci-haut, voici la vidéo d’une présentation faite par le «Director of Data Center Research» de Microsoft, Daniel Costel lors de la conférence GigaOm Structure 08 à San Francisco le 25 juin 2008.

Des entrepôts pour le Cloud

Dans un autre ordre d’idées, il y a aussi les serveurs et comptez sur IBM et Sun pour produire des serveurs plus verts, plus éco-énergétiques. Et l’industrie en est pleinement consciente du phénomène «vert» et a organisé le 26 décembre dernier à Londres, sous l’égide de Sun, une conférence intitulée Data Center Efficiency and Cost Management Seminar, où le thème a été : «Reducing Energy and Management costs, increasing Flexibility and delivering the data centre of the future.»

En terminant, regardez la vidéo ci-haut. Tous les principaux acteurs de l’industrie sont réunis autour de cette table ronde. L’introduction est un peu longue mais j’aime bien les propos de Werner Vogels, le CTO d’Amazon, dont je vous avais parlé à la suite de son apparition sur le podium à LeWeb08 en décembre dernier ainsi que les propos de Vic Gundotra de Google dont j’ai reproduit la récente entrevue avec Tim O’Reilly cette semaine. Tous parlent de la finalité des entrepôts de données : soutenir leur offre de Cloud Computing. J’ai aussi un faible pour Gina Bianchini, la co-fondatrice et CEO de Ning mais cela, c’est une autre histoire…


Cloud Computing Entreprise 2.0

Microsoft : L’Empire peut-il se métamorphoser en «startup» ?

26 décembre 2008

Pourquoi Bill Gates dit-il de Ray Ozzie qu’il est l’un des cinq meilleurs programmeurs de l’Univers ? Réponse : Parce qu’il en a fait son successeur à la tête de l’Empire Microsoft. Mais comme dans la série de SF de Georges Lucas, avant que n’arrive le Sauveur, l’Empire a contre-attaqué mais pas avec les résultats escomptés… La Rébellion (Google, Amazon, etc., mais aussi Apple) a riposté avec le support du peuple, a vaincu…

Conclusion hâtive ??? Peur-être car dans le scénario de Gates, Ray Ozzie n’est pas Darth Vader, loin de là… Darth Vader, c’est Steve Ballmer, tentant d’écraser la compétition avec les moyens technologiques et financiers d’un empire du Web 1.0 : Suites logicielles personnelles et d’entreprise, systèmes d’opération installé dans tous les PC vendus sur le marché ou presque, navigateur Web forcé, jeux vidéo sur consoles, etc.

Le résultats ? Un Empire que est toujours un formidable joueur dans le domaine des technologies et du Web mais plus dominant… En fait, il croule… Rien de mieux que cette pub d’Apple pour résumer la situation.

Alors, que pouvait faire Gates devant un pareil constat d’atteinte de son propre niveau d’incompétence ?  Une partie de la réponse est contenue dans un superbe reportage paru dans la revue Wired du mois de décembre 2008 et signé par Steven Levy et dont je reproduis ici l’essence : Cette réponse c’est s’auto-limoger et se faire remplacer par celui qui a été désigné par tous et je dis par TOUS dans le domaine des Ti et du Web comme LE génie du siècle, celui qui a créé  Lotus Notes.

Eh oui, celui qui à l’Université de l’Illinois au début des années 1970 a fait la rencontre de sa vie avec  le système PLATO (personel logic for automated teaching operations) et surtout son système alors révolutionnaire et “avant-gardiste” de collaboration en ligne appelé Personal Notes, l’ancêtre du courriel.

Depuis cette découverte, Ozzie n’a jamais cessé de rêver et de vouloir concevoir le parfait système collaboratif qui relierait l’ernsemble des Internautes de la planète. De là, entre autres, Lotus Notes, acheté par IBM et maintenant le squelette de toute la stratégie collaborative du géant américain qui se pose comme la référence en matière d’Entreprise 2.0.

Ray Ozzie dans son bureau chez Microsoft
Photo: Lionel Deluy parue dans la revue Wired

Donc, voici notre Ray Ozzie à la tête de l’Empire aux pieds d’argile… Avec comme mission de sauver les meubles et mieux, d’insuffler une nouvelle vie 2.0 et au-delà, à une bureaucratie hiérarchique tout ce qu’il y a de 1.0. Résultat : le projet nom de code : Red Dog devenu depuis Azure avec une toute petite équipe fonctionnant à l’horizontale, hors des règles établies par la “Corporation”. Regards de travers et jalousie pour cette bande d’hurluberlus se promenant en «runnings» rouges et défiant ouvertement les règles de fonctionnement interne et la hiérarchie établie…

Mais en bout de ligne, il y a eu l’accouchement de la stratégie de Ray Ozzie. Cette dernière ne vous semblera pas particulièrement innovante puisque nous en parlons depuis au moins un an : «Windows in The Cloud». Bref, la dématérialisation, entre autres, de la suite Office (Word, Excel, Power Point, Outlook) dans le «nuage Internet». Rien de neuf une fois de plus… Google le fait déjà. Mais pour Microsoft, il s’agit là d’une RÉVOLUTION. De dire Ozzie : «Our greatest challange may lie within». En bref, ramener la vie, la créativité et l’innovation à un géant sclérosé avec ses 90 000 employés et ses 60 milliards $ de revenus.

La stratégie de Cloud Computing, déjà amorcée par la mise en place d’une multitude de méga-entrepôts de données, ne s’arrête pas à la suite Office. Cela inclut aussi ce que nos Voisins du Sud appellent la Killer App : Live Mesh… Qui selon les propres termes de Ozzie «will allow people to seamlessly synchronize all their information with as many people and places as they want, across as many devices (computer, phone, camera) as they want.».

Les cadres de Microsoft auraient dû porter encore plus d’attention au mémo leur ayant été expédié par  Ozzie le 30 octobre 2005 et qualifié tout de même de tremblement de terre interne au même titre que le célèbre mémo à la Paul Revere de Gates. Celui de Ozzie disait en substance que Microsoft était sur le point de rater le train de l’innovation et de la compétitivité :

Our products have embraced the Internet in many amazing ways. (Implicite dans le massage : pas assez.)

But for all our great progress, our efforts have not always led to the degree that perhaps they could have. (Nous traînons de la patte….)

And while we continue to make good progress on many of these fronts, a set of very strong and determined competitors is laser-focused on Internet services and service-enabled software. (Et nous ne le sommes pas)

Even beyond our large competitors, tremendous software-and-services activity is occurring within startups and at the grassroots level. (Des p’tits jeunes de 20 ans dans leurs garages nous surpassent!)

Many startups treat the “raw” Internet as their platform. (Pendant que nous essayons de finir Vista !)

Les principaux lieutenants de Ray Ozzie dans les bureaux de Microsoft Windows Live Core  (de gauche à droite) David Treadwell, Debra Chrapaty, John Shewchuk, Jack Ozzie, et Amitabh Srivastava.
Photo: Lionel Deluy parue dans la revue Wired

Microsoft, avait écrit alors Ozzie, doit penser et agir plus comme une compagnie Internet et si possible comme une «startup» «Consider ad-supported or subscription business models», avait-il conseillé, «viral distribution, and experiences that “just work.” Instead of the clunkiness that Microsoft products so often displayed, focus on being “seamless» . En bout de ligne, changement et innovation ou…

Changement, innovation, Cloud Computing et guerre de données sur le Web entre les grands du Web que sont Google, Amazon, SalesForce et dans une moindre mesure IBM et SUN, tous appelés à devenir les prochaines «utilités publiques» du Web. C’est là le défi de 2009 pour Microsoft. Rester à tout prix dans la course, redevenir agressive, inventive, innovante, apte à rêver de nouveau :

“Live Mesh is very Ray,” Mitch Kapor says. “It’s the son of Groove, which is the son of Notes.” Which was, of course, the son of Ozzie’s beloved Plato. Thirty-three years later, Ozzie is still trying to build on what he saw in sophomore year. But it’s no longer the Ray Ozzie vision. It’s Microsoft’s.

Les 90 000 employés de Microsoft suivront-ils Ozzie dans le nuage ???