Parcourir les Tags

MyLifebits

Gestion des organisations LifeLogs

L’entreprise perd la mémoire… Le remède: les carnets de vie ?

15 mars 2013

NDRL: Toujours en vue de la publication prochaine de mon nouveau livre sur la mémoire d’entreprise™ , je fusionne et actualise ci-dessous deux billets commis il y a quelques années déjà et qui sont référencés ci-dessous dans les billets relatifs. Mais vous verrez, le tout est criant d’actualité et annonce de grands bouleversements dans notre façon de consommer le Web, aussi bien dans notre vie de tous les jours que dans notre travail en entreprise.

En conclusion de mon dernier billet, j’ai mis la table pour  traiter des LifeLogs, de conservation de cette mémoire, donc comment bien documenter les savoirs corporatifs. C’est bien beau de parler aux hauts dirigeants de leur devoir de mémoire, de leur responsabilité de legs corporatif mais pour ce faire, il faut une stratégie. Lire la suite

Événements LeWebParis LifeLogs

#LeWeb11: Entrevue avec Phil Libin d’Evernote. Des carnets de vie personnels mais aussi pour les entreprises.

12 décembre 2011

La journée de jeudi à la conférence LeWeb11 s’est terminée sur les chapeaux de roues alors que vendredi, j’ai pris du recul et n’ai pas publié de billets du tout comme vous avez ou le constater. Pour cela, il y a plusieurs raisons. De un, pour aller voir ailleurs et aussi pour faire du «réseautage». Ce qui fait que j’ai accumulé une montagne d’infos qui vont me permettre de vous écrire une série de billets dont un bilan global mais je veux débuter presque par la fin.

Vendredi, j’ai requis une entrevue avec Phil Libin, CEO d’Evernote. Pourquoi ? Parce que j’ai écrit mercredi que Facebook en était arrivé avec l’aide de Microsoft à créer une «timeline», le première vraie initiative de LifeLog. Je m’excuse ci-devant car j’avais complètement oublié le travail acharné des gens d’Evernote et en particulier de Phil Libin. Le rendez-vous a été conclu en dernière minute mais l’effort valait cent fois les efforts déployés pour le rencontrer.

libin1

Photo par Caroline Bindner

Le CEO d’Evernote est venu à LeWeb cette année, en partie pour annoncer un partenariat stratégique avec Orange pour pénétrer le marché Européen. Orange qui se positionne de plus dans le marché des contenus pour appareils mobiles tels que la musique et la vidéo avec d’autres partenariats avec Deezer et DailyMotion. Mais je crois qu’Evernote vient donner  à tous les utilisateurs d’Orange la possibilité de conserver, classifier toutes leurs interactions au fil des jours et des ans. Vous me voyez venir non ? Paul-François Fournier, VPE chez Orange, venu faire l’annonce, a parlé d’Evernote comme étant un produit addictif et multi-plateforme. Mais c’est surtout un produit de mémoire…

Comme le dit lui même Libin, Evernote a été créé «pour moi. J’ai de la difficulté à me souvenir des gens que je rencontre. Nous avons donc créé Evernote pour que trois choses se marient lors d’une première rencontre: la physionomie, l’endroit et le contexte». Lors de sa présentation, le jeudi matin, j’étais assis avec Benoit Descary, un utilisateur du produit depuis le tout début et c’est lui qui m’a fait prendre conscience de l’importance d’Evernote. J’ai été en ligne pour m’abonner pour m’apercevoir que je l’étais déjà !!!

evernote

Je suis un de ceux qui ne sont pas revenus après leur première visite mais là je comprends mieux où les gens d’Evernote veulent aller et Libin l’a clairement dit aussi bien sur scène que lors de notre rencontre privée :« Ce que nous voulons faire avec Evernote c’est le «next productivity software», Vous savez, la dernière évolution date d’il y a 30 ans et s’appelle Office et depuis ce temps, la suite n’a guère évolué pour prendre en compte es nouveaux usages du Web» Et vlan!

Après les questions de base pour mieux nous connaître, je lui ai demandé de un pourquoi le produit avait une si forte «addictivité» au Japon avec sept millions d’usagers dont beaucoup de très actifs. Et Libin de rétorquer:« Vous savez, c’est je crois une question de culture… Au Japon, les gens se préoccupent de la mémoire; de la mémoire des ancêtres, la mémoire collective, la mémoire des rites et même des objets. J’ai même vu quelque’un collectionner des emballages de papier».

Des carnets de vie pour les entreprises ?

Mais ce n’est pas au Japon qu’Evernote a le plus d’usagers. C’est plutôt aux USA, patrie de Libin (qui vit actuellement en Californie) qu’il y en a le plus soit neuf millions. Parlant de ces derniers, j’ai demandé à Libin de préciser sur la stratégie de croissance, sachant que la vision était de devenir la suite Office des années futures, en lui parlant entre autres du travail fait par Gordon Bell de Microsoft avec son projet MyLifeBits. Libin, bien sûr, connaît… «Vous savez, je suis un grand admirateur de Gordon et de ses travaux. Nous nous sommes déjà rencontrés et avons discuté longuement sur la capture des connaissances mais aussi des expériences de vie. C’est ce qui a été à la base de notre travail de développement».Donc, Bell a inspiré le travail des gens chez Evernote car les deux visent le même but. Créer les fameux LifeLogs.

Théoriquement c’est quoi un LifeLog ? «C’est de capturer, stocker et rendre accessible tout le bagage et l’expérience de vie d’une personne ainsi que ses interactions avec le monde afin de nourrir des agents intelligents et autres potentialités d’un système global d’agrégation de données». Pour compiler les immenses bases de données nécessaires et ainsi créer un «Carnet de vie», le système suit systématiquement toutes les activités électroniques de l’individu, des transactions par carte de crédit aux courriels en passant les appels cellulaires, le sites Web visités, les déplacements enregistrés par sondes GPS, les dossiers médicaux, les données biométriques, etc.

Plusieurs parlent de Big Brother mais Libin préfère voir le côté positif de la chose, surtout pour les entreprises. «Imaginez être capable de capturer les savoirs tacites et explicites d’un employé tout au long de son passage en entreprise. Ça devient un outil extraordinaire de productivité. Nous à Evernote, on veut se situer dans ce créneau de productivité. Aider les gens et les entreprises au lieu de simplement offrir un autre outil de divertissement». En effet, imaginez Evernote en entreprise, capturant toutes les interactions professionnelles: rien ne se perd quand il quitte après cinq ou dix ans car maintenant prendre sa retraite après 25-30 ans de service est devenu une rareté… Donc, lentement mais surement les entreprises sont en train de perdre leur mémoire collective dont dépend leur survie et surtout leur croissance car il n’y a pas que l’innovation qui prime.

Photo par Caroline Bindner
Photo par Caroline Bindner

La question suivante allait donc de soi. Et l’entreprise alors, visez-vous le marché lucratif des millions d’entreprises en train de devenir Alzheimer ? La réponse a été positive «Oui, nous allons bientôt structurer notre offre pour les entreprises. C’est un peu ce que j’ai dit plus tôt ce matin quand je parlais de redéfinir les outils pour les travailleurs du savoir modernes». Evernote a l’ambition de non seulement capturer nos fils de vie professionnelle et de les rendre facilement accessibles sur plates-formes fixes ou mobiles mais de faire le lien entre les outils de travail quotidien et l’immatérialité de l’entreposage de toutes nos interactions avec ces produits dans le nuage (Cloud computing).

J’ai conclu notre rencontre en demandant au CEO d’Evernote s’il serait intéressé à être un des conférenciers invités dans le cadre des prochains webcom-Montréal et Boule de cristal au mois de mai 2012, surtout que Gordon Bell y a aussi été invité. La réponse a été très positive et reste à être formellement confirmée mais vous vous imaginez, avoir sur la même scène le mentor et l’élève ? Un des premiers à avoir pensé le principe des LifeLogs et celui qui l’a fait atterrir dans la réalité ? Comme disent nos Voisins du Sud, «AWESOME!».

En terminant, quelques notes sur Evernote justement. Evernote c’est actuellement 20 millions d’utilisateurs dont 750 000 payants et qui paient 5$ par mois ou 45$ par année ce qui n’est pas cher payé à mon avis. C’est aussi six applications mobiles dont deux lancées à LeWeb11. Les applications ne sont pas seulement développées pour iPhone mais pour toutes les plates-formes, dont Android et Windows Phone 7. Et il y en a une qui s’en vient, développée au départ sur Android qui risque de faire un malheur dans le monde de la collaboration. Nom de l’application «Skitch». Les plus grandes inventions ou idées d’entreprises ou de projets sont souvent écrites à plusieurs sur un napperon de restaurant. Skitch c’est un peu ça mais avec une tablette électronique.

En passant je trouve singulière la stratégie de Libin au sujet des applications mobiles. Il explique qu’il préfère des applications qui vivent par elles-mêmes sur Internet et qui soient simples à utiliser en mobile mais qui peuvent être agrégées sur la plate-forme Web disponible sur nos ordinateurs portables ou fixes, ce qu’il qualifie de «unified experience». Autre note importante: Evernote a été nommée l’entreprise de l’année 2011 par la revue américaine Inc. Magazine. (Cliquez sur l’image du magazine ci-dessous pour lire l’article)

Inc Mag


En terminant, je voulais vous laisser sur ces paroles que Phil a dites en entrevue aussi bien avec Loïc qu’avec moi : «Nous demandons à nos usagers comme aux entreprises de nous confier l’agrégation leurs vies entières afin qu’ils soient en mesure de mieux les gérer donc si nous à Evernote voulons être leur mémoire de vie, nous avons besoin de leur confiance donc nous nous devons d’être transparents et rendre la pareille avec nos utilisateurs». Et dans son entrevue avec Loïc, il a aussi dit à propos de son partenariat avec Orange qu’il voulait être the «100 years company». J’espère que l’entreprise vivra encore plus longtemps. Il en va de notre mémoire.

Communication interactive Identité numérique LifeLogs Mémoire d'entreprise

LifeLogs et coffre-fort virtuel: même exercice de mémoire…

16 août 2010

Vous vous souvenez certainement que je traite abondamment sur ce blogue des LifeLogs et des portfolios numériques, le premier vrais billet ayant été publié en janvier 2007 et faisait état du projet MyLifebits chez Microsoft. La semaine dernière, j’ai eu la surprise de lire dans Technaute, un article portant sur le site LegacyLocker.com. Ce que propose ce dernier pour 300$ c’est justement  de créer un LifeLog personnel,  de faire un exercice de mémoire… Je parle souvent des LifeLogs dans un contexte de mémoire d’entreprise™ mais cela vaut aussi pour chacun d’entre nous.

Lisez plutôt ces extraits du texte commis par Glenn Chapman de l’agence France-Presse et repris par Technaute:

«Mes enfants ne savent pas encore lire», explique le fondateur du groupe américain LegacyLocker.com, Jeremy Toeman, qui propose de constituer cet héritage numérique. «Un jour, mon blog représentera pour eux une trace identique à celle des vieilles photos de votre grand-père, quand ils voudront connaître mon histoire».

S’il disparaissait, qu’adviendrait-il de ses traces sur Facebook, Twitter, gMail et autres comptes mail? Et comment ses proches y accéderaient-ils sans ses mots de passe?

Pour 30 dollars par mois, ou un paiement unique de 300 dollars, LegacyLocker met à disposition un coffre-fort en ligne pour codes d’accès, logins, et copies de documents, de photos ou de vidéos.

«Aujourd’hui, on reçoit en héritage une boîte à chaussures ou un journal intime; demain ce sera un compte Flickr ou encore un blog», explique le créateur du site.

Les clients peuvent également laisser des messages qui seront envoyés à leurs héritiers à leur disparition.

Le célèbre site de socialisation Facebook a lui aussi décidé de faire une place à ses membres décédés, en offrant la possibilité de réaliser des pages leur étant dédiées.

«Nous avons créé le concept de profils “posthumes” où les gens peuvent conserver et partager les souvenirs des défunts», est-il écrit sur le site.

Le fondateur de LegacyLocker est par ailleurs soucieux de permettre aux internautes de conserver des biens virtuels acquis en ligne, comme des gains sur un site de poker ou encore de la musique téléchargée.

On ne parle pas de LifeLog mais de coffre-fort en ligne mais le principe est le même. Sauf qu’on rajoute de nouveaux éléments dont la gestion de accès post-mortem et du testament numérique.

renée

Des notions qui sont devenues pour moi d’une douloureuse réalité après la mort tragique de notre amie Renée et de sa réapparition virtuelle régulière dans nos vies réelles grâce à sa page Facebook toujours active. Le testament numérique est le sujet dont traite actuellement Adele McAlear dans ses conférences dont celle-ci qu’elle a donnée à webcom le 26 mai dernier.

Adele McAlear – Death and Digital Legacy from webcom Montreal on Vimeo.

Déjà, plusieurs personnes ont fait ce genre de testament dont l’amie Michelle Blanc, D’autres comme Mario Asselin et Samantha Slade créent leur propre LifeLog et le documentent quotidiennement. Et vous ?