L’avenir du Québec ne passe pas par le Plan Nord mais par un Plan Numérique !!!

Je rebondis sur le billet publié cette semaine par Michelle Blanc à la suite de sa présence à la conférence LeWeb11 à Paris. Michelle note avec justesse que le gouvernement français a démontré de façon évidente son implication dans le numérique (voir son billet) surtout en étant présent lors de la plus grande conférence européenne sur le Web mais aussi en invitant 300 des plus influents acteurs présents à la conférence à rencontrer le chef de l’État Français. Et Michelle de se demander pourquoi le gouvernement du Québec n’en fait pas autant ou qu’il ne soit pas présent à webcom-Montréal, la plus importante conférence sur le Web au Québec…

plannord

Jean Charest lors de l’annonce de son Plan Nord

Surtout que Jean Charest, notre premier ministre, ne daigne pas recevoir les acteurs les plus influents d’ici afin de parler du fameux Plan numérique au lieu de se pavaner avec son Plan Nord. Faut dire que le gouvernement a fait un premier pas en étant présent au dernier webcom avec le OpenGouv, une initiative commandée par le premier ministre au député Henri-François Gautrin. Mais ce n’est peut-être que de la poudre aux yeux, on verra bien mais la présence de Jean Charest à webcom aurait marqué la volonté affiché du gouvernement de faire un virage.

Un virage vers l’avenir. D’aligner le développement économique du Québec vers les nouvelles technologies et entreprises numériques. Au lieu de cela, on parle de développer les ressources naturelles comme on le faisait dans les années 50 ou 60. Brader nos ressources pour que d’autres en fassent des produits de la nouvelle économie. Quel poids aura le Québec face à des géants comme les USA, l’Europe, la Chine, l’Inde, la Russie ou le Brésil ? Pourtant, le Québec occupe une position stratégique, un créneau que nous pourrions occuper si nous ne dormions pas collectivement au gaz comme c’est la cas présentement.

Géographiquement le Québec occupe, d’une part, une place stratégique pour la transmission de données par fibre optique, Il est sur le chemin le plus court pour relier l’Europe et la Chine, donc en mesure de profiter des retombées potentielles de l’installation d’une autoroute à méga-débit, un peu comme le PC1-Cable (PC pour Pacific Crossing et à 640 Gigabits/seconde) qui relie actuellement le réseau WIDE Internet (Widely Integrated Distributed Environment) au Japon au réseau américainAbilene (Advanced Networking for Learning-edge Research and Education) du projet nommé ambitieusement Internet2.

Le Québec pourrait profiter de ce nouvel Internet qui se met en place aux USA et au Japon, certes mais aussi en Europe avec le Projet DANTE (Delivery of Advanced Network Technology to Europe) et son réseau GÉANT2 mais aussi en Chine avec CERNET2 (China Education and Research Network). À la croisée des chemins numériques et virtuels, le Québec pourrait se tailler une place de choix, tant au point de vue économique, technologique que politique et socio-culturel.

L’urgence pour nos gouvernements locaux est d’investir au plus vite dans les infrastructures du futur et non seulement dans celles du présent ou du passé. Imaginez seulement ce que le réseau GÉANT2 a pu réaliser pour le CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire) et le projet EGEE (Réalisation de grilles pour la science en ligne) :

«Au cours du mois d’avril 2006, la Grille a en effet été utilisée dans la lutte contre le virus mortel H5N1 de la grippe aviaire. Grâce à l’infrastructure de grille du projet EGEE, six laboratoires en Europe et en Asie ont analysé 300 000 composants de médicaments potentiels pour le traitement de la maladie. Cette recherche, menée sur 2 000 ordinateurs dans le monde entier avec l’aide d’un logiciel développé au CERN, a permis d’identifier et de classer les composés chimiques les mieux à même d’inhiber l’enzyme N1 du virus. En un mois, la collaboration est parvenue à traiter autant de données qu’un seul ordinateur en 100 ans».

C’est donc l’utilisation en réseau ultra-rapide du potentiel des ordinateurs de la planète, ce que l’on nomme le «Grid Computing» mais ces «grilles« sont déjà remplacées par un nuage… Le «Cloud Computing», soit la possibilité de transférer dans le nuage Internet, l’ensemble des données et applications de la planète, le sujet de l’heure et dont j’ai traité en détails ICI.

entrepotsmontage

Lors de l’un de mes passages à San Francisco, pour la conférence Web 2.0 Expo, j’avais relaté l’entrevue entre Tim O’Reilly et Jonathan Schwartz, alors président et CEO de Sun Microsystems, dont voici un extrait :«Ce qu’il veut dire par entrepôts-containers, c’est que Sun, Google et les autres doivent penser à des entrepôts mobiles, qui peuvent suivre les sources d’énergie. Encore plus intéressant, il en est arrivé à parler des entrepôts situés dans des endroits où on réchauffe les équipements au lieu de les climatiser. De l’antigel au lieu de l’air climatisé… Et aussi en arriver à les automatiser complètement. Un peu comme les postes et les centrales hydroélectriques qui sont opérés à distance… En ce sens, certains joueurs comme Microsoft  planifient l’installation d’entrepôts en Sibérie…»

Vous voyez les opportunités ici, entre autres, pour l’économie québécoise. En effet, le Québec est un pays nordique et théoriquement assez froid. Il a une source inépuisable d’énergie : l’eau. Et il a des infrastructures industrielles à recycler dont des alumineries, idéales pour installer des méga-entrepôts de données puisque déjà équipées de l’infrastructure de transformation électrique. Vous imaginez pour l’économie de Shawinnigan ? Ou de Jonquière, ou de Baie-Comeau ? Le gouvernement et l’entreprise privée devraient comprendre et exploiter ce nouvel atout…

Il est clair que le gouvernement du Québec n’a pas compris car il a justement refusé la permission à Google de venir s’installer au Québec… Il y a des sous-ministres qui pensent plus à ne pas faire de vagues jusqu’à leur retraite plutôt qu’à prendre des risques pour assurer le développement économique et technologique du Québec et ainsi assurer notre compétitivité sur la scène mondiale où se joue actuellement le grand positionnement technologique, la «Data War» dont je parle souvent… Il n’ont pas compris que l’installation de méga-entrepôts de données, même s’ils ne créent que peu d’emploi à long terme créent pas contre un environnement favorable à l’installation à proximité d’une foule d’entreprises de haute technologie ayant besoin de deux commodités essentielles fournies au départ aux entrepôts de Google, d’Amazon ou de Microsoft: l’énergie et la bande passante.

Pour mettre en place un véritable Plan Nord technologique et non pas minier,  le Québec pourrait tout de même tabler sur ses atouts traditionnels : sa situation géographique et son climat, ses ressources naturelles, pas les mines mais l’eau et l’hydroélectricité mais aussi la créativité de l’ensemble de sa population qui l’a longtemps placé au-devant de l’industrie du numérique, tant dans les entreprises du Web 1.0 avant l’éclatement de la Bulle, que maintenant avec l’industrie du jeu, celle du eCommerce et du Web 2.0 mais aussi du Web 3D avec des initiatives comme le Panoscope 360 de la SAT et de l’UdM, l’unité Métalab ou encore le programme TOT. Avoir sur son territoire, à la fois les meilleurs réseaux et les entrepôts qui feront partie du «Nuage Internet» est essentiel à notre développement en tant que société et il est urgent d’agir.

Et comme le dit Michelle, il est aussi urgent de reconnaître le travail qui se fait sur le terrain maintenant. Nous étions une dizaine de québécois(ses) à Paris lors du Davos du Web et cela à nos frais. Un peu décourageant quand on voit les Français et les Suisses y être en délégations officielles. Où étaient l’Ambassade du Canada ou la Maison du Québec ? Est-ce normal que les organisateurs de webcom ou de Montreal International Startup Festival doivent payer de leur poche pour faire la promotion des entreprises québécoises du Web à l’étranger ? Poser la question c’est un peu y répondre…

 

 

 

6 commentaires sur “L’avenir du Québec ne passe pas par le Plan Nord mais par un Plan Numérique !!!”

  1. Heri Rakotomalala dit:

    J’ai vu ce qu’a fait MontrealOuvert, essentiellement du lobbying pour l’ouverture des données à montréal, et ça a relativement bien marché. Je pense que ça prend une initiative comme ça, avec la fédération de toutes les communautés web/technos à Montréal, qui fasse la démonstration du web et la nécessité pour le gouvernement de prendre des mesures là-dessus

  2. Josée Plamondon dit:

    Je plussois Heri.

    On va se le faire notre plan numérique. Pourquoi laisser cette mission à ceux dont nous dénonçons l’incapacité à comprendre le changement en cours ?

    Ça commence par faire travailler ensemble toutes les associations et tous les groupements du numérique pour que le Québec puisse profiter au maximum des ressources et des opportunités. Ce soir, à la Maison Notman, le comité Internet d’Alliance numérique ouvre à tous une discussion sur ses orientations. Je crois que l’Alliance peut porter le message et connecter les pôles d’expertise entre eux.

    Pour faire un plan, il faut travailler ensemble. C’est un grand défi quand on constate les silos d’activité dans les différentes pratiques (TIC, Web, comm interactives) et jusque dans les structures de projets (problèmes de gouvernance).

    Je me fais peut-être des idées, mais je crois qu’on peut y arriver.

  3. Cédric dit:

    Acteur dans le commerce électronique, je suis de plus en plus mitigé au fait qu’un gouvernement irait mettre son nez dans l’internet.
    On l’a vu en Europe oú ils veulent passer des lois ahurissantes pour le commerce électronique (obligation de vendre dans tous les pays de l’Europe, taxes, frais de retour à la charge du commerce), on l’a vu en France avec la folie de l’Hadopi et des taxes ecommerce, on le voit aux US avec SOPA…
    En quoi le gouvernement peut nous aider ? C’est à nous de nous prendre en main, en aidant les plus petits…
    OVH un des plus gros hébergeurs mondiales a signé il y a quelques jours l’implantation d’un data center au Québec pour le marché US, plusieurs dizaines de milliers de serveurs. Ovh n’a jamais bénéficié de soutien de l’état en Europe, bien au contraire…
    Demander au gouvernement d’intervenir, cela va juste donner de l’argent aux gros CGI, et autres et n’aura aucun impact concret pour nous, vrais acteurs…

  4. Claude Malaison dit:

    Cédric on ne parle nullement d’une aide financière du gouvernement ou qu’il légifère à la Hadopi, non ! Mais plutôt de favoriser l’éclosion des entreprises numériques et du savoir et les aider à tirer leur épingle du jeu. Les autres gouvernements le font et offrent ces conditions aux entreprises qui veulent bien investir chez eux. Alors pourquoi pas ici ? Les gros n’ont pas besoin d’aide. Ils sont déjà des acteurs sur la scène internationale et ont déjà assez de contrats avec le gouvernement ;-) Le gouvernement doit favoriser la mise en place d’incubateurs numériques et pour ce faire doit forcer les «carriers» à grossir leurs pipelines pour accélérer les vitesses de transmission de données. Mais aussi de permettre aux gros comme Google de venir s’installer au Québec avec ses entrepôts de données. Google s’organisera pour avoir suffisamment de bande passante sans rien demander au gouvernement et créera ainsi un espace favorable à l’incubation numérique. Tout ce que le gouvernement a à faire c’est de favoriser de telles initiatives privées.

  5. Cédric dit:

    En quoi le gouvernement peut aider dans la mise en place des tuyaux ?
    En annonncant 360 000 serveurs au Canada, OVH amène ses propres tuyaux et son infrastructure. Google est aussi déjà également présent ici avec un bureau à Montréal, et au moins un autre à Toronto.
    Je suis par contre d’accord qu’on doit faire quelque chose pour les incubateurs et l’investissement dans les nouvelles technos. Je suis aussi d’accord que la presse doit faire son boulot en parlant des réussites d’ici (ton billet précédent sur votre visite à LeWeb).
    Mais un plan numérique je ne suis pas sûr que j’en veuille un…

  6. Le Québec doit prendre sa place dans l’économie du WEB | Blogue sur les technologies – iPaquet.com dit:

    [...] le Plan Nord de M. Charest et le plan numérique que l’on devrait se doter comme richesse. : L’avenir du Québec ne passe pas par le Plan Nord mais par un Plan Numérique !!! par les gens [...]

Laisser un commentaire