Communication interactive Événements Médias sociaux

#Gaza ou la récupération des médias sociaux !

4 janvier 2009

J’ai gardé un silence de blogue depuis le 29 décembre, question de célébrer le passage à la nouvelle année. Ceci étant dit, je n’ai pas fait que festoyer depuis le 29 décembre. J’ai suivi l’actualité et tout particulièrement les évènements tragiques qui se déroulent dans la bande de Gaza, en utilisant le hashtag #Gaza, mais aussi avec YouTube, Flickr et les chaînes de nouvelles continues et pour la première fois, grâce à un lien sur Livestation, trouvé justement sur Twitter, avec une foule de chaînes internationales dont Al-Jazeera.

La couverture sur Twitter #gaza et sur Livestation

J’ai donc suivi l’interminable cycle de violence qui ne cesse de consumer cette partie du monde et surtout les haines que cette situation déclenche entre factions rivales. J’ai tenté, au tout début des frappes aériennes, de «couvrir» les évènements comme je l’avais pour #Mumbai mais je me suis vite rendu compte qu’il y avait quelque chose de profondément, pour ne pas dire fondamentalement, différent…

Ainsi, quoique vous fassiez, quelle que soit l’information que vous rapportiez, quels que soient vos efforts pour être impartial et objectif, vous vous faites attaquer par les deux camps et traiter de tous les noms. Ça, ce sont les fondamentalistes, les extrémistes et autres «istes» de tout acabit. En plus, il y a les autres, plus modérés et subtils, qui vous répondent en tentant de vous prouver qu’ils ont la bonne information que vous vous devez de relayer. Et finalement, il y a maintenant, sur Twitter, comme sur YouTube, des «organes» officiels, mis en place par les deux parties pour tenter de «spinner» leur position dans ces nouveaux médias.

Sur Twitter, le compte @supportisrael et à la télé Internet, Al-Jazeera.

Cette fois, un compte-pro-Palestinien de GazaNews et à la télé Internet, BBC World News

Le cas de YouTube est particulièrement intéressant car il met en scène la machine de propagande des Forces de défense israéliennes (IDF). Pour ainsi dire, une des premières utilisations de YouTube à des fins de propagande clairement identifiés à des forces armées.

Deux sources, sur le Web, ont fait des analyses intéressantes de cette récupération des médias sociaux. Ainsi, Media Transparent, tout en recensant diverses sources pour appuyer son titre «Advent of Speciaity Reporting #Gaza», parle d’un intéressant parallèle avec la montée de CNN et de Christine Amanpour, lors de la première guerre du Golfe en 1990.

En effet, nous assistons, depuis les événements de #Mumbai en Inde, à la naissance du Speciality Reporting ou du micro-journalisme comme l’ont nommé les Français et en particulier Francis Pisani dans un article à la suite des évènements en inde et dont je rapporte ici une partie :

«Ces bouleversements mettent en cause le noyau dur du journalisme… la façon dont nous racontons des histoires, dont nous rendons compte de ce que nous voyons, comprenons, analysons.

L’info en réseau est en effet aussi une info en fragments.

L’info n’arrive plus ficelée comme un paquet soigné sous forme d’article avec un début (lead disent les anglo-saxons), un milieu et une fin, ce qui implique un minimum de synthèse et d’organisation. Pauvre Aristote.

L’info arrive comme une pierre jetée à la hâte. Pas nécessairement polie, mais lourde de faits et d’émotions.

Ne nous trompons pas sur la métaphore. Au bout d’un moment ces pierres ne sont plus que des grains de sable coulant en continu. L’info devient flux.

Synthèses, analyses et reportages sur le terrain seront toujours utiles voir nécessaires, mais force est de reconnaître que les premières interprétations ne sont plus le monopole des «têtes parlantes» qui pullulent sur nos écrans télé.»

Un second observateur, présent lui aussi lors de la crise à Mumbai, a aussi bien résumé l’utilisation des nouveaux outils de communication du Web 2.0 par les deux parties. Il s’agit de Gaurav Mishra. Ce dernier a écrit le billet suivant samedi dernier : «War 2.0, Propaganda 2.0 or Public Diplomacy 2.0 : The Role of Internet and Mobile in Israel Gaza Strip Bombing». Je vous en cite un passage :

«The Israel-friendly Help Us Win blog (Facebook/ Twitter) says that “the war is not only on the ground – but also in the international media” and encourages Israel’s supporters to “tell Israel’s side of the story” and “ensure that the international coverage of the Campaign Against Hamas is balanced”.

In fact, the Israel propaganda machinery is in full flow to ensure that everyone gets to hear Israel’s side of the story. The Israel Defense Force has a blog and a YouTube channel, the Israel consulate in New York held a press conference on Twitter and summarized the discussion on their Israel Politik blog, and the Likud prime ministerial candidate Benjamin Netanyahu is also on Twitter».

Du côté Palestinien, il note :

«There hasn’t been much sign yet of a Palestinian social media response, apart from @gazanews and #gazawarofwords on Twitter, the Palestine Video blog, and a Second Life protest (via Xeni Jardin at Boing Boing).

Hamas’s own public-relations effort has been rather unsuccessful. After YouTube censored its video posts, Hamas began using an alternative video-sharing site called AqsaTube, but even that is now inactive, according to Gwen Ackerman at Bloomberg.

However, 300 Israeli websites have been reportedly hacked, as per Kelly Jackson Higgins of Dark ReadingThe Council on American-Islamic Relations (CAIR) has urged US muslims to speak out against Israel on social media websites.»

Comme on le voit et comme je l’ai mentionné plus tôt, la bataille ne fait pas rage que sur le terrain physique. Elle est bel et bien en train de suinter dans les médias sociaux. À mon avis, si vous voulez en apprendre plus sur cette guerre larvée qui n’en finit plus avec le moins de propagande possible, consultez GlobalVoices.

Et comme ce billet sera le premier de la nouvelle année, je persiste et je signe : Le 21 décembre dernier, je vous présentais ainsi mes voeux pour cette nouvelle année 2009. Je les réitère donc :

«J’ai reçu une missive confidentielle provenant du 36, Quai des Orfèvres (Confidentiel) ! Décembre s’est fait « descendre », le 31 à minuit pile dans le premier Arrondissement ! Donc, soldez les idées reçues, flinguez les idées fausses et séchez l’encre de 2008. Préparez-vous à 2009, année qui passera à l’Histoire ! Pour l’an nouveau qui est déjà à nos portes, je vous souhaite un millésime à suspense : aventures, rencontres et amitiés. Avec la folle envie de pêcher les idées neuves, de cueillir les idées folles, de débusquer les idées larges, pour colorer les idées noires des nuances de l’arc-en-ciel. Surtout, avec quelques occasions de nous revoir. en réel ou virtuel, mes plus sincères vœux de bonheur, certes, mais aussi de sérénité, de sagesse et de plénitude à vous tous…»

Ce que je rajoute de nouveau, par rapport au 21 décembre, ce sont mes voeux de paix. Que tous les conflits trouvent une issue et que l’Homme mette de côté son EGO. Toutes les guerres ne sont en effet, que refus du partage, envie de domination de l’UN sur l’AUTRE… L’année 2009 sera-t-elle marquée par la disparition ou du moins la diminution de cet atavisme ? Yes we can !!!

Vous pourriez également aimer

2 Commentaires

  • Répondre Renée 4 janvier 2009 - 20 h 38 min

    Quel que soit le média utilisé pour rapporter les faits, je ne peux que souhaiter avec toi que l’année 2009 soit marquée par moins d’égo et plus de partage.
    Moins de préjugés, moins de guerres, plus de solidarité, plus de respect mutuel.
    Et que ces médias sociaux dont nous célébrons sans fin l’existence, nous servent non plus à relater des drames, mais plutôt à partir des mouvements novateurs qui mèneront à plus de justice, plus d’équité, plus de paix.
    À mon tour de conclure par un vibrant “Yes, we can”!

  • Répondre Henri 9 janvier 2009 - 4 h 36 min

    mouais encore un article tres peu impartiel.

    Israel: la puissance de communication
    Gaza: la faiblesse de communication

    David et Goliat sont de retour.

  • Laissez un commentaire