Communication interactive Entreprise 2.0 Intranet Social Business

Bon… Pour en finir avec la mort de l’intranet !

12 juin 2012

Pour une seconde fois en peu de temps, nous nous sommes retrouvés, Patrice Leroux et moi dans le même local de classe à l’Université de Montréal. Cette fois-ci, c’est Patrice qui est intervenu dans mon cours intitulé EDP2500, Communication interactive en entreprise. Je lui ai demandé de venir présenter sur un sujet qui lui tient particulièrement à coeur soit la curation de contenus. Mais ce n’est pas ce sujet qui m’a fait sortir de mon mutisme mensuel. C’est plutôt qu’il est revenu, une fois de plus, sur la prétendue mort de l’intranet dans les entreprises !

Tout part, comme je l’écrivais dans un billet le 1er décembre 2011, d’un texte commis par Toby Ward président de Prescient Digital sur Intranet Blog avec comme titre:«IBM’s Galactic Intranet Redesign ? The Death of the Intranet»:. Cet article porte en fait sur l’important travail de refonte qui se fait actuellement sur le site intranet d’IBM, communément appelé W3 et qui est un des plus avancés au monde.

Ce que Ward explique dans son billet c’est qu’IBM pense maintenant en fonction d’un seul écosystème Web intégrant aussi bien l’Internet, l’intranet et les extranets. Drôle de retour vers le futur car le second ouvrage collectif que nous avons commis en 2005 portait exactement sur le même sujet soit l’intégration des 3 Nets. Pour plus d’infos cliquez sur l’image ci-dessous et surtout lisez le paragraphe de présentation !

int3nets

Depuis 2005, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts du Web et des intranets. Mais de là à annoncer la mort de ces derniers? Possiblement pour le plus avancé de tous qui lui prend la direction de l’intégration des 3 Nets ou de la convergence, si vous préférez… Mais il neigera plusieurs années avant que nos intranets québécois en arrivent à ce constat.

D’ailleurs, le même Toby Ward a corrigé le tir vendredi dernier avec un autre billet intitulé:«The intranet isn’t dead, it’s evolving». En effet, il est bien plus question de les faire évoluer, de les adapter à un nouvel écosystème en devenir, celui de l’Entreprise 2.0 (ou entreprise sociale) et de sa mémoire corporative. Par la suite et comme je l’ai écrit dans un billet en juillet 2011, il faudra penser à un portail évolutif et complètement intégré aux processus et ouvert sur l’Internet et sur des extranets spécialisés pour les fournisseurs et clients et cela, nourri par des magasins d’applications ou services, consommables à la demande.

Mais cela, c’est une vision du futur qui ressemble à celle qu’ont eu les IBMers. En fait, lisez par vous-mêmes une partie du manifeste qu’ils ont publié et que Ward a reproduit :

“No longer is there a single information workplace. No longer are we bound by the strict confides of a firewalled digital destination. The way we work transcends the binary notions of ‘internal’ and ‘external’. The body of knowledge we access and to which we contribute is now globally distributed across individuals, communities and disciplines. And our communication is constant, immediate and ubiquitous.

The vehicle through which we interact with our colleagues, customers and communities of practice needs to reflect this shift. As an organization, we must reconceive how to serve and empower a global workforce – professionally and culturally – in a way that enables everyone to achieve his or her full potential.

W3 must change to serve the expanding needs of IBMers by seamlessly integrating with IBM.ocm – evolving from distinct toolkit to integrated service; from a walled garden to a mode of engagement. W3 can become the service through which digital citizens (users/employees) engage to make the world work better.

In the future, w3 will cease to be a separate destination for IBMers. Instead, it will seamlessly integrate into IBM.ocm and the Web, serving as the frame through which they relate to their colleagues, the enterprise, their clients and partners. It will inspire and enable each of them to be a steward and standard-bearer of the IBM brand.

This service will exist as a series of permissioned information modes, customized to perfrom a variety of functions:

  • As a private space (Individual) for IBMers to be served, supported and advised by IBM
  • As a forum for dialogue (Enterprise), collaboration and learning with IBM
  • As an inviting workspace (Partner) for the communities of practice both inside and outside of the company
  • As a clearinghouse (Global) for essential information, news and content»

Bon, c’est clair pour eux mais pas autant pour les autres. Qu’est-ce que cette position signifie ? À court terme, rien du tout… Les millions d’intranets existants vont continuer à opérer, à se raffiner, à devenir plus sociaux, plus utiles, plus collaboratifs, moins complexes à utiliser, avec des données plus facilement recherchables, etc. Le rôle des responsables intranet va lui aussi évoluer pour intégrer non plus seulement la gestion des édimestres mais aussi des gestionnaires de communautés et des curateurs de contenus.

Pour les vendeurs de solutions tout en un ou «usines à gaz», les prochaines années vont être commercialement très rentables, Mais à longue échéance, ils sont mieux de prendre garde… Un de ces derniers Jostle (voir capture ci-dessous) incite même de potentiels clients à se débarrasser de leur «dead intranet». Ils devront faire attention car l’alternative à la mort de l’intranet n’est résolument pas dans leurs solutions tout inclus, derrière le pare-feu de l’entreprise, du moins pour les grandes entreprises ou organismes gouvernementaux et para-gouvernementaux.  Pour les petits et les nouveaux peut-être…

montagevendeurs

Ce que fait IBM présentement va dans le même sens que ce que proposera bientôt Google, SalesForce, SAP et aussi plus tard Microsoft: favoriser L’INTÉGRATION «pour le moment dite sociale» !!! Si j’étais encore en charge de la stratégie intranet de mon entreprise, je regarderais sérieusement de ce côté…

Et j’entends plusieurs me dire: «Que fais-tu des logiciels libres?» . Encore là, un oui hypothétique pour les petites et moyennes entreprises, pour les associations et OSBL mais pour les grandes comme pour les gouvernements, le paradigme et surtout les mentalités en Ti sont encore difficile à changer comme le démontre cette intervention récente de la FACIL qui se débat encore avec les réticences du gouvernement du Québec et ses ministères à appliquer la loi 133.

 

Vous pourriez également aimer

7 Commentaires

  • Répondre Jean Paul Thomin 12 juin 2012 - 9 h 27 min

    Ça en fait des affaires qui meurent: Facebook, Google, l’Intranet, le Web…J’espère pouvoir me trouver un CB dans une vente de garage…;)

    Excellent article!

  • Répondre Patrice leroux 12 juin 2012 - 9 h 43 min

    Le mot “Intégration” demeure la clé. La “mort de l’intranet” est largement exagérée, bien entendu ! Par contre, cette première provocation de Toby Ward en 2011 (qui a donc senti le besoin de réajuster le tir en parlant plutôt d’évolution en 2012) avait le mérite de faire réfléchir(c’est ça qu’on est censé faire à l’université après tout!). Ce qui est certain, c’est que les entreprises de demain ne pourront plus survivre dans le vase clos de leur Intranet classique. Dans cette perspective, tu le démontres très bien. Aux entreprises de suivre, sinon…

    😉

    Patrice Leroux

  • Répondre Bertrand Duperrin 13 juin 2012 - 4 h 15 min

    Merci Claude, excellent billet (tiens…j’aurais bien aimé y assister à ce cours).

    En allant un pas plus loin et en allant dans le sens de la présentation faite par Frédéric Charles à Webcom sur le poste de travail collaboratif (http://www.slideshare.net/fcharles/le-poste-de-travail-t-collaboratif-webcom-2012) , derrière l’intégration se cache un autre enjeu majeur : l’intéropérabilité.

    Il va falloir présenter en un seul endroit des flux émanant de plusieurs types d’applications et on se retrouvera nécessairement en environnement hétérogène. A partir de là il faut que toutes ces choses puissent intéragir entre elles et intégrer une couche “sociale” transverse et commune.

    Là encore IBM ou SAP ouvrent le voie avec le support de standards ouverts (en fait la question n’est pas solution propriétaire ou pas mais standards ouverts ou non) qui permettent intégration et un début intéressant d’intéropérabilité.

    En attendant il reste encore beaucoup de travail.

  • Répondre TALCOD 13 juin 2012 - 4 h 59 min

    Votre article est très intéressant. Ce qui a notamment attiré mon attention, c’est votre ouverture concernant la question des logiciels libres.

    Comme vous le soulignez si bien, les grandes entreprises sont encore rétissantes à l’idée d’utiliser des logiciels open-source. A mon sens, c’est une erreur de leur part.

    En revanche, le secteur de l’Economie Sociale et Solidaire est bien au fait des avantages de ces technologies qui leur permettent de mettre en place des intranets (ou réseaux collaboratifs internes)à moindre coût et en toute autonomie.

    A cet égard, je vous conseille d’aller voir se qui se passe sur la communauté TALA (www.tala.coop). Cette communauté réunit tous les utilisateurs de la solution TALA, lesquels sont pour la plupart des acteurs de l’ESS. Ces derniers plébiscitent TALA car c’est un intranet social développé uniquement à partir de logiciels libres.

    Au plaisir de vous lire, bien à vous.

  • Répondre Lyne Boisvert 17 juin 2012 - 12 h 14 min

    Votre cours était très intéressant, en effet, avec Patrice Leroux à la barre cette fois-ci. Billet intéressant. Je crois pour ma part qu’il est prématuré d’annoncer la mort des intranets puisque les entreprises en sont à des années lumières (si on parle de vitesse d’évolution dans les technologies!) de suivre les tendances d’IBM. Du moins ici, au Québec.

    Tant qu’à parler de la mort d’intranet, peut-on parler de la mort du web et de ses fonctionnalités un jour??? (article dans LaPresse du 16 juin sur le virus Stuxnet destiné à l’Iran par l’armée américaine et israélienne). Peut-on s’attendre à une revanche virtuelle de l’Iran?

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Stuxnet

  • Répondre émergenceweb : blogue » Le Web a 20 ans. L’intranet suit pas très loin derrière… 2 mai 2013 - 13 h 35 min

    […] billet que j’ai commis sur l’intranet de nouvelle génération chez IBM, intitulé : «Bon… Pour en finir avec la mort de l’intranet». J’y parle de l’intégration des trois « Nets», sujet d’un livre collectif […]

  • Répondre émergenceweb : blogue » Observatoire de l’intranet 2013: peut-on vraiment parler d’âge de raison ? (1) 27 mai 2013 - 9 h 50 min

    […] de nets, soit l’Internet, l’intranet et les extranets, comme je l’ai mentionné dans ce billet qui faisait aussi référence à un autre de nos collectifs intitulé «L’intégration des 3 […]

  • Laissez un commentaire