Parcourir les Tags

Internet

Événements

Revue de l’année 2014: de Snowden à Sotchi en passant par les seaux d’eau et les selfies…

31 décembre 2014

Dans mon premier billet sur ma revue de l’année 2014, version Facebook, j’ai glissé quelques mots bien sentis sur la psychose sécuritaire, engendrée par deux hommes en particulier à compter de 2013, psychose qui a grandi en 2014 et qui, selon moi, devrait atteindre des sommets en 2015. Ces deux hommes, vous l’aurez compris sont Julian Assange et Edward Snowden. Lire la suite

Événements Réseaux sociaux Sécurité des données

Revue de l’année 2014: je ne suis pas un algorithme de Facebook !

30 décembre 2014

Voici en plusieurs billets, échelonnés au cours des prochains jours, ma revue de certains événements marquants de 2014 sur mon mur Facebook mais contrairement à l’algorithme (qu’on peut améliorer mais avec des limites), j’ai creusé beaucoup plus profondément et vais agrémenter le tout de commentaires, comme dans toute bonne revue qui se respecte. Lire la suite

Big Data Communication interactive Identité numérique OpenSocialWeb Réseaux sociaux Sécurité des données

Vous en avez marre de la pub sur le Web ? Eh bien, faites-la disparaître !

27 juin 2014

Il y a un peu plus de deux semaines, Facebook annonçait qu’il commencerait à utiliser votre historique personnel de navigation sur le Web pour créer des annonces ciblées, sous le prétexte de vous donner plus de contrôle sur les annonces que vous voyez. J’ai déjà écrit à propos de l’extension Adblock Plus, en particulier pour Chrome, et de ses effets dissuasifs sur l’envahissement de la pub sur le Web. Lire la suite

Médias sociaux Réseaux sociaux

Petit coup de gueule pour tirer l’Internet vers le haut !

13 novembre 2013

Je reproduis ici le billet que j’ai publié hier sur le Huffington Post: On dit bien des choses sur les médias et les réseaux sociaux… Surtout de mauvaises dans le sillage des excès du Far Web et de l’Internet poubelle, mais aussi de l’intrusion de l’espionnage dans nos statuts et de nos relations, NSA oblige… Il y a de quoi s’inquiéter ou encore rager… Cette semaine, le père de l’Internet, Sir Tim Berners-Lee s’est à juste titre inquiété de ce glissement. Lire la suite

Entreprise 2.0 Gestion des organisations Intranet Mémoire d'entreprise

L’intranet est-il en train de mourir, oui ou non ?

1 décembre 2011

Ancré dans mes certitudes (ce qu’il ne faut jamais faire) je croyais bien que non mais le copain Patrice Leroux m’a forcé à reconsidérer le problème la semaine dernière. En effet, je suis intervenu dans son cours à l’université de Montréal sur la mémoire d’entreprise™. Après ma prestation, Patrice y est allé de plusieurs diapos dont celle-ci :

theintranetis...

La citation sur la mort de l’intranet est tirée d’un billet de blogue commis par Toby Ward, président et fondateur de Prescient Digital, sur Intranet Blog avec comme titre:«IBM’s Galactic Intranet Redesign ? The Death of the Intranet»:. Cet article porte en fait sur l’important travail de refonte qui se fait actuellement sur le site intranet d’IBM, communément appelé W3 et qui est un des plus avancés au monde.

Ce que Ward explique dans son billet c’est qu’IBM pense maintenant en fonction d’un seul écosystème Web intégrant aussi bien l’Internet, l’intranet et les extranets. Drôle de retour vers le futur car le second ouvrage collectif que nous avons commis en 2005 portait exactement sur le même sujet soit l’intégration des 3 Nets. Pour plus d’infos cliquez sur l’image ci-dessous et surtout lisez le paragraphe de présentation !

int3nets

En effet, depuis 2005, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts du Web et des intranets. Mais de là à annoncer la mort de ces derniers? Possiblement pour le plus avancé de tous qui lui prend la direction de l’intégration des 3 Nets ou de la convergence, si vous préférez… Mais il neigera plusieurs années avant que nos intranets québécois en arrivent à ce constat.

Actuellement il est bien plus question de les faire évoluer, de les adapter à un nouvel écosystème en devenir, celui de l’entreprise 2.0 et de sa mémoire corporative. Par la suite et comme je l’ai écrit dans un billet en juillet dernier, il faudra penser à un portail évolutif et complètement intégré aux processus et ouvert sur l’Internet et sur des extranets spécialisés pour les fournisseurs et clients et cela, nourri par des magasins d’applications ou services, consommables à la demande.

Mais cela, c’est une vision du futur qui ressemble à celle qu’ont eu les IBMers. En fait, lisez par vous-mêmes une partie du manifeste qu’ils ont publié et que Ward a reproduit :

“No longer is there a single information workplace. No longer are we bound by the strict confides of a firewalled digital destination. The way we work transcends the binary notions of ‘internal’ and ‘external’. The body of knowledge we access and to which we contribute is now globally distributed across individuals, communities and disciplines. And our communication is constant, immediate and ubiquitous.

The vehicle through which we interact with our colleagues, customers and communities of practice needs to reflect this shift. As an organization, we must reconceive how to serve and empower a global workforce – professionally and culturally – in a way that enables everyone to achieve his or her full potential.

W3 must change to serve the expanding needs of IBMers by seamlessly integrating with IBM.ocm – evolving from distinct toolkit to integrated service; from a walled garden to a mode of engagement. W3 can become the service through which digital citizens (users/employees) engage to make the world work better.

In the future, w3 will cease to be a separate destination for IBMers. Instead, it will seamlessly integrate into IBM.ocm and the Web, serving as the frame through which they relate to their colleagues, the enterprise, their clients and partners. It will inspire and enable each of them to be a steward and standard-bearer of the IBM brand.

This service will exist as a series of permissioned information modes, customized to perfrom a variety of functions:

  • As a private space (Individual) for IBMers to be served, supported and advised by IBM
  • As a forum for dialogue (Enterprise), collaboration and learning with IBM
  • As an inviting workspace (Partner) for the communities of practice both inside and outside of the company
  • As a clearinghouse (Global) for essential information, news and content»

Bon, c’est clair pour eux mais pas autant pour les autres. Qu’est-ce que cette position signifie ? À court terme, rien du tout… Les millions d’intranets existants vont continuer à opérer, à  se raffiner, à devenir plus utiles, plus collaboratifs, moins complexes à utiliser, avec des données plus facilement recherchables, etc. Pour les vendeurs de solutions tout en un, les prochaines années vont être commercialement très rentables, Mais à longue échéance, ils sont mieux de prendre garde.

montagevendeurs

Un de ces derniers Jostle (voir capture ci-dessus)  incite même de potentiels clients à se débarrasser de leur «dead intranet». Ils devront faire attention car l’alternative à la mort de l’intranet n’est résolument pas dans leurs solutions tout inclus, derrière le pare-feu de l’entreprise.

Ce que fait IBM présentement va dans le même sens que ce que proposera bientôt Google. Si j’étais encore en charge de la stratégie intranet de mon entreprise, je regarderais sérieusement de ce côté…

Communication interactive Événements Mobilité

Nouveau Twitter: «The name of the game is mobile content»

15 septembre 2010

Partout sur la planète Web 2.0, on fait grand état de la mise en ligne toute proche de la nouvelle version du site de micro-blogging Twitter. Que ce soit ici au Québec, en France ou aux USA, on y va d’analyses et d’interprétations sur les intentions du duo Stone-Evans mais il est clair que cette nouvelle mouture marque un important changement de cap pour la plate-forme californienne.

Comme le fait remarquer le copain Benoît Descary, Twitter deviendra une véritable application Internet en non plus un simple site Web. Et si l’on se fie à l’autre copain Éric Blot, un réseau social à part entière. Mmmm… Il y est presque mais il est sûrement en train de devenir une application qui offre la possibilité d’afficher des contenus véhiculés dans le «stream» de façon beaucoup plus conviviale. Des contenus tels que photos, vidéos et cartes de géolocalisation.

twitcomp

Le nouveau Twitter versus Flipboard

Cela ne vous fait pas penser à quelque chose d’autre ? Les propriétaires de iPad auront compris que je fais allusion à Flipboard et de sa présentation très graphique, en magazine des contenus Twitter ou Facebook. À mon avis, les motivations profondes des fondateurs (sans jeu de mots) de Twitter sont directement orientées à ce nouveau segment de marché qui s’ouvre. Le marché de l’application mobile.

Déjà, dans sa version iPad, Twitter propose une approche applicative à son fonctionnement et à ses contenus. Voyez plutôt ci-dessous :

fliptwit

Reste maintenant à cibler tous ceux qui ne sont pas sur la tablette d’Apple mais qui risquent d’être sur les autres modèles à base Android ou Windows et qui vont pousser comme des champignons au cours des prochains mois. Comme diraient les Chinois : «The name of the game is mobile content»… Le Web est mort, longue vie à Internet, a écrit récemment Chris Andreson dans Wired, faisant référence à notre utilisation de plus en plus grande d’applications qui roulent sur Internet au lieu d’utiliser des sites proprement Web. En voilà une autre illustration frappante…

Et pour ne pas être en reste avec mes confrères, je vous laisse avec la vidéo dont tout le monde parle:

Cloud Computing Identité numérique NTIC Sécurité des données

Quand le père du Web s’en prend à Google et au «snooping»…

11 mars 2009

Vous connaissez le «snooping« ? Non, non, cela n’a rien à voir avec Snoopy et Charlie Brown… Je suis tombé, par Twitter et non par hasard, sur un article publié sur le site Web de la BBC, où l’auteur (inconnu) relate les propos tenus sur ce phénomène par le fondateur du WWW, Sir Tim Berners-Lee devant un comité des communes en Angleterre.

Selon le père fondateur, Internet est en danger et c’est le snooping exercé, entre autres par Google, qui en est la cause. Bon, ok, je vais vous expliquer… Le snooping est une technique en sécurité informatique qui consiste à vérifier la nature des sites Web consultés par le personnel d’une entreprise utilisant le réseau Ethernet, et, le cas échéant, à bloquer l’accès aux sites indésirables.

Des logiciels de surveillance de trafic ou logiciels-espions tels que Spector Pro permettent de visualiser en direct un site consulté par un employé et d’en bloquer l’accès immédiatement. Ils permettent aussi de constituer une liste des sites qui ont déjà été consultés, de créer un fichier de sites indésirables et d’en interdire l’accès automatiquement.

La légalité de cette pratique a toujours été sujette à caution…. Mais vous voyez tout le potentiel commercial qu’elle implique…  Alors,  elle est maintenant utilisée par plusieurs entreprises Web, dont Google pour surveiller nos habitudes de navigation, quels sites vous visitez, ce que vous y faites, etc. pour ensuite vendre cette information à d’autres compagnies intéressées à vous vendre leur salade. C,est ce qu’on nomme pompeusement le «Behavioural Advertising» ou encore «Behavioural Targeting» .

Sir Tim, maintenant professeur au Massachusetts Institute of Technology (MIT), a déclaré, entre autres, ce qui suit devant le All Parliamentary Group on Communications à Londres  : «People reveal “very sensitive” details through their Web use and their privacy should be not be infringed. We must not snoop on the Internet», a-t-il martelé en concluant : «What is at stake is the integrity of the Internet as a communications medium».

Pour plus de détails, je vous invite à lire les deux articles suivants sur le site de la BBC :

Web founder’s ‘snooping’ warning
Google serves up behavioural ads